Ch
Logo

Camarade «Frondeur»

Publié par G Groupe X Bakchich

 

Camarade «frondeur» : bonjour.

Range ton café, je vais pas rester : je suis juste passé te faire une petite demande.

C’est tout simple : je voudrais que tu cesses, maintenant – là, tout de suite -, de te.

Foutre.

De.

Ma.

Gueule.

Parce que, très sincèrement : ça commence à me gonfler, que tu me prennes si fort pour un con.

Ça fait plusieurs semaines que je t’entends pousser des petits cris (auxquels la presse dominante, jamais en retard, elle non plus, d’une moquerie organisée, donne bien sûr un long écho) - et depuis que M. Macron a été mis dans le gouvernement de M. Valls avec la complicité de M. Hollande : tu les redoubles, comme si vraiment t’étais au bout du bout du bout du bout du bout de l’extrémité de ton exaspération de progressiste outragé.

En substance : tu béguètes que t’en as quand même un peu ras le mug que ton candidat du changement soit (à ta grande surprise) devenu, sitôt qu’élu, et non moins que son prédécesseur, le président des possédant(e)s – et que ça serait bien qu’il envisage d’arrêter d’être de droite, parce que bon, toi, franchement, t ‘avais pas signé pour ça, quand t’as pour la première fois pèleriné rue de Solférino.

 

 

En clair : tu racontes, avec dans la voix du trémolo long comme un bras de mer, que le P«S» est «de gauche», et qu’il faudrait point trop l’oublier non plus - parce que ça te fait de la peine, et bientôt de la Pen, si qu’on n’y prend point garde.

(Car l’électeur fuira ce que t’appelais jusqu’à présent – jamais en retard d’un foutage : le votutile.)

Mais, mon bon : que crois-tu ?

Crois-tu qu’autour de toi, 60 millions de connards de base ont perdu la mémoire – et se laissent prendre à ta plainte ?

Crois-tu que nous n’avons pas relevé que dans la vraie vie, la droitisation de ton parti n’est pas exactement une nouveauté de la semaine dernière ?

Crois-tu que nous avons oublié qu’elle remonte, en vérité, et dans le meilleur des cas, au mitan des 1980’s – quand M. Mitterrand et ses comparses de l’époque tournaient casaque sous les hourras de l’éditocratie barbichue, pour se rallier à Mme Thatcher ?

Crois-tu que nous n’avons pas vu que vous n’avez, par la suite, plus jamais – plus jamais - cessé de prodiguer au patronat des flatteries dont même l’autre droite n’aurait jamais osé le gratifier si massivement – dans le même temps que vous négociiez, sous le même grotesque prétexte d’oser le «réalisme», mille «tournants» sécuritaires ?

Quand t’as adhéré au P«S» : tu savais où t’allais.

T’as franchi le seuil d’un parti de droite – qui avait très explicitement proclamé ses reniement(s).

T’as pas pu ne pas constater que l’endroit était pavoisé aux couleurs des marchés.

T’as pas pu ne pas humer qu’il sentait très fort le colloque de Villepinte.

Et cependant : t’es resté.

T’as trouvé que t’étais à ton aise chez les privatiseurs.

T’as estimé que t’étais chez toi chez les chasseurs d’«angélisme».

Alors, de grâce, camarade.

Épargne-toi le ridicule de te comporter comme si tu découvrais soudain des grosses touffes de libéralisme dans le potage au capital que tu lappes depuis tant d’années.

Et surtout, surtout, je te le redemande : arrête immédiatement de nous prendre pour des demeuré(e)s.

Merci pour le café : fallait pas.

 

 

Publié dans la catégorie Blogs
Sur le même sujet
Florilège 0
16 juin 2014
Small sans titre Islamophobie Et Foutage De Gueule 0
3 octobre 2014 Dans l’avant-dernier numéro de l’hebdomadaire Marianne, paru vendredi (26 septembre 2014) dernier...
Small sans titre 2 Où L’On Voit Que Les Aides À La Presse Contribuent Du Moins Aux Avancées De L... 0
30 juin 2014 1. Depuis de longues décennies : l’État français distribue tous les ans des centaines de millions...
La Poste Et Laurent Joffrin 0
10 octobre 2014   Le numéro weekendaire du quotidien Libération (rires) paru samedi dernier - 4 octobre 20...
Small sans titre 2 Pourvu Que Ça Dure! 0
26 mai 2014 Ça me gonfle un peu de devoir le reconnaître, parce que j’ai toujours pensé qu’ils se trompaient ...