Ch
Logo

Méprise

Publié par G Groupe X Bakchich

 

J’ai lu, ces jours-ci – après que trois millions et demi de journaleux diversement soumis l’ont écrit -, qu’un certain Nicolas Sarkozy briguait, en sus de celle de l’Union pour un mouvement populaire (UMP, droite extrême), la présidence de la République française – et qu’il ambitionnait, pour la gagner, de «reconquérir» les électeurs qui ont pris le pli, depuis quelques années, de donner de la voix à la Pen.

Entendons-nous bien : cette information est de celles dont je n’ai, en principe, rien.

Mais alors : strictement rien.

À fiche.

Pourquoi je t’en parle, dès lors ?

Parce que j’ai été pris, en la découvrant, dans une méprise.

Neffet : le Nicolas Sarkozy en question porte exactement les mêmes nom et prénom qu’un personnage qui a déjà été, naguère, président de l’UMP et de la République - et qui s’était lui aussi fait, coïncidence supplémentaire, une spécialité de jurer qu’il allait aller chercher le votat pénien avec les dents, à la fin de le ramener dans le giron de la République, pasque si c’est pas moi que j’le fais, qui c’est qu’aura les yeuks pour ça, j’vous l’d’mande, mâme Chabot?

Moyennant quoi : le mec a posément pillé le programme de Bruno Mégret, dont il a, juste après avoir investi l’Élysée, plus particulièrement confié la mise en œuvre à des sbires spécialement peu recommandables, qui se sont après cela, et comme lui-même parfois – et comme ferait plus tard Manuel Valls -, spécialisés dans la profération publique de dégueulasseries xénophobes.

En somme - et au prétexte de la contenir dans des marges politiciennes : il a adopté la plupart des codes de l’extrême droite, et il était vachement content de lui – le gars était spécialement ramenard : il dodelinait de la tête en psalmodiant qu’il osait, m’sieur Pujadas, et qu’il allait pas s’laisser emmerder par les coiffeuses peroxydées but harlemdésiristes du Café de Flore.

Moyennant quoi : l’FN était, à la fin du mandat de ce (très, très, très) grossier type, calé dans des altitudes sondagières où jamais encore il ne s’était hissé.

(Et il n’y avait rien là de surprenant, car, comme me le disait encore le tout jeune Kevin, 24 mois, pas plus tard qu’hier après-midi : «Faut vraiment être la dernière des grosses busasses – ou Alain Finkielkraut – pour pas comprendre que c’est pas en banalisant le dégueulis frontiste qu’on le lavera de nos parquets.»)

En résumé : ce grotesque sire qui prétendait renvoyer le parti pénien à ses étiages du début des 1980’s l’a propulsé vers des sommets d’où – servi ensuite, et selon les mêmes dispositions, par MM. Hollande et Valls - il n’est plus jamais redescendu.

Et moi - c’est la méprise dont je te parlais plus haut : quand j’ai lu avant-hier qu’un certain Nicolas Sarkozy voulait s’ouvrir un chemin vers la chefferie de l’État français en «reconquérant» l’électorat du FN?

J’ai d’abord cru que c’était le même, qui avait déjà fait le coup il y a sept ans.

Mais j’ai vite mesuré que ce n’était – bien sûr – pas possible, et que je m’étais laissé abuser par une étonnante homonymie, parce que d’évidence, si le même tragique tartuffe avait l’ahurissante  effronterie de retenter le même foutage de gueule qu’alors auprès d’une population qui lui a cent fois témoigné qu’elle l’exécrait : même les plus serviles des journaleux dominants lui jetteraient de pointus cailloux.

 

Publié dans la catégorie Blogs
Sur le même sujet
Small jpg breve charlie C’est dégueulasse 0
14 juin 2009 Val parti, ses pratiques perdurent à Charlie Je me réjouissais du départ de Val de mon ancien heb...
Small jpg m.propre Marques et hommes politiques : les meilleurs ennemis (II) 0
7 juillet 2008 Cela pourrait commencer comme une devinette : quelle est la différence entre Nicolas Sarkozy et T...
Dakar entre dans l'histoire 0
28 juin 2008 Un livre intelligent sur l’Afrique vient de paraître. Ça tombe bien, parce que à force de pessimi...
Quelque Chose De Milton Friedman Ou D'Augusto Pinochet 0
13 novembre 2014   L’éditocrate assisté Franz-Olivier Giesbert (1), also known as FOG, dit ce matin, dans L...
Small cine2011 0 BILAN CINE : LE PIRE DE 2011 0
11 janvier 2012 Ils nous ont pourri l’année et souillé les rétines avec leurs daubes, merdouilles et autres nanar...