Ch
Logo

Lapins vs chasseurs

Publié par , G Groupe X Bakchich

Cinq ans après sa mort, le documentaire promis par Daniel Mermet sur Howard Zinn et son œuvre Une histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours est enfin sorti nos écrans. L’occasion d’en savoir un peu plus sur cet inlassable activiste des droits de l’homme américain.

Cela commence par une histoire de lapins et de chasseurs, encore une histoire de domination. Cela commence par la voix de Daniel Mermet, comme un jour de semaine ordinaire à la radio qui nous raconterait l’extraordinaire. L’histoire d’un jeune engagé américain en train de bombarder la ville de Royan en 1945. Au napalm, rien que ça. Mais lorsqu’il redescend sur terre, le jeune idéaliste rejoint ceux qui ont été bombardés, ceux qu’il ne voyait pas de là-haut. Peut-être même croise-t-il leurs regards. Dévastée la ville de Royan. Howard Zinn réalise l’inutilité et la gratuité du geste.

Un goût de sang

Howard Zinn, une histoire populaire américaine, c’est l’histoire d’un changement de point de vue, d’un aviateur descendu de son bombardier. C’est aussi l’histoire d’un lapin qui prend la parole. Auparavant, à17 ans, Howard Zinn, qui n’avait pas plus l’air concerné que ça par la politique, s’est laissé embarquer dans sa première manif par de jeunes communistes. Il s’est fait assommer par la police. Un premier contact qui doit laisser un goût de sang dans la bouche.

Peu avant la mort de ce grand historien qui avait su révolutionner l’enseignement de l’histoire dans son pays, Daniel Mermet avait eu la possibilité de s’entretenir longuement avec lui à Paris et à Boston. Ces entretiens au cours desquels Howard Zinn devait déclarer : « Je veux qu’on se souvienne de moi comme quelqu’un qui a donné aux gens des sentiments d’espoir et de pouvoir qu’ils n’avaient pas avant » ont confirmé l’envie, le besoin de faire ce film. Et ce ne sera pas un mais trois film au final. Du Pain et des Roses qui a emprunté son titre à une chanson ouvrière de l’époque, est le premier volet du triptyque et le film est sorti la semaine dernière sur tous les bons écrans.

Le cynisme des grandes industries

En partant de l’histoire d’Howard Zinn, celle d’un enfant d’immigrés à Brooklyn vivant de plein fouet la crise économique, le film sillonne l’histoire populaire des Etats-Unis sans faire une adaptation du livre qui s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires aux Etats-Unis. Du Pain et des Roses retrace surtout l’arrivée massive des migrants, le cynisme des grandes industries mais aussi les premières grandes luttes ouvrières, notamment le 1er mai 1886 à Chicago, qui réclamaient des journées de huit heures au lieu de dix ou douze, un meilleur salaire et l’abolition du travail des enfants. Le film présente aussi les premières figures contestataires de l’époque, étrangement des femmes, Emma Goldman et Mother Jones qui préparent le terrain de Rosa Luxembourg en Europe.

Abondant en archives et photos, mais aussi en interviews et chansons, le film de Daniel Mermet et Olivier Azam est notamment produit par les Mutins de Pangée, fabuleuse maison de production audiovisuelle française coopérative qui ne désarme devant aucune audace. Pour monter ce projet en trois parties, ils ont reçu la coopération de la propre fille d’Howard Zinn. Aujourd’hui l’aura de l’historien est telle que ce film, fait en France, est attendu aux Etats-Unis, notamment par la Zinn Education Project qui a soutenu le film dès le début de l’aventure.

Si Bruce Springsteen s’y met…

Howard Zinn aura fait oeuvre inlassable de transmission, exhortant les générations à venir à reprendre l’histoire là où il l’a laissée. Toujours du bon côté. « Le livre de Howard Zinn est important parce qu’il donne envie de lutter du bon côté, aussi souvent que possible. » déclare Bruce Springsteen.

Du Pain et des Roses de Mermet et Azam en fera-t-il autant ? Brillant, documenté, informatif, ce bel objet laisse pourtant un peu sur sa faim. Si la revendication de ne pas adapter l’œuvre monumentale de Zinn de 1492 à nos jours est louable, le propos devient du coup un peu confus. D’un portrait d’Howard Zinn tout à fait alléchant, nous passons soudain de la révolution américaine à la fin du XIXème siècle, en passant par la France et le Tarn, puis en revenant à Verdun en 1916. Le film commence donc en boitant entre le personnage historique et son œuvre. Peu après, les quelques épisodes qui font les fondements de l’histoire américaine font office d’étapes incontournables. Nous passons de l’une à l’autre, dans l’ordre chronologique certes, mais sans la passion qui incarne l’écriture de Zinn et qui fait que son ouvrage se lit comme un roman. Parfois le souffle de l’épopée surgit, comme lors de l’évocation de la grève de Lawrence en 1912 qui a vu des familles de tout le pays héberger les enfants des grévistes en acte de solidarité. Comme lorsque des grévistes américains chantent « Bread and Roses » et La Marseillaise... La partie consacrée à la première guerre mondiale est bien plus passionnante. Décollée du livre, elle livre une réflexion sur le rôle des gros industriels dans la société américaine et sur les débuts de la publicité.

Du Pain et des Roses est informatif et militant et ce n’est pas les moindres de ses qualités grâce à une recherche d’archives et une iconographie qui sont une splendeur. Le rapprochement voulu par les auteurs avec l’histoire française, que ce soit l’anecdote des enfants hébergés dans le Tarn pendant une grève ou la guerre en 1914 sont une excellente idée. J’en suis même venue à rêver d’une histoire populaire française.

Lire aussi : Howard Zinn, la griffe de l'Histoire

Howard Zinn - Une histoire populaire américaine (le film)

Mots-clefs : , , ,

Publié dans la catégorie Blogs
Sur le même sujet
Howard Zinn, la griffe de l'Histoire 0
4 février 2010 Tout ce que je savais de lui c’est qu’il était l’auteur d’une quasi-encyclopédie sur l’histoir...
Small film 2011 0 Bilan ciné : 2011 en 11 films 0
3 janvier 2012 2011 ? Une très bonne cuvée. Un chef-d’œuvre, de grands films, des confirmations, des révélations...
Small lehane 4 Un pays à l’aube : Roman de la décennie… ou de générations d’Indignés ? 0
15 juin 2013 De l'actualité des luttes sociales américaines du XIXe siècle. « Faudrait peut-être que quelqu’u...
Small jpg this must be the place 0 This must be the Place : une odyssée américaine 0
7 septembre 2011  Sur le papier, This must be the Place était un des gros morceau du festival de Cannes. Mais j’ai...
Small django unchained poster 0 1 UN ETE AVEC TARANTINO (I): Tarantino parle de Django 0
13 juillet 2013 Pendant l'été, le chroniqueur de Bakchich a préféré se faire dorer la pilule au soleil plutôt que...