Ch
Logo

Ces femmes qui saignent du née

Publié par G Groupe X Bakchich

Prix littéraires, prix de Formule 1, l’actualité regorge de ces innombrables, et souvent vains, micro-événements. Dans ce déluge de médailles, il est une distinction qui risque, bien à tort, de passer totalement inaperçue. La maternité du CHU de Besançon vient en effet de recevoir, a-t-on appris de sources proches du dossier, le « Prix spécial de l’Association des Périnées Méfiants » pour avoir fait baisser à 3,4 % le taux d’épisiotomie.

 - JPG - 106.9 ko © Oliv’

Pour les béotiens, l’épisiotomie consiste à ouvrir le périnée lors de l’accouchement afin de favoriser le passage de l’enfant. Une intervention qui n’est pas sans conséquence pour les femmes mais, disons, que jusque-là tout le monde s’en fichait un peu. Au menu des complications possibles (âmes sensibles s’abstenir) : douleurs post-partum, troubles de la défécation, relations sexuelles perturbées parce que douloureuses ou « parce que du tissu érectile de la vulve a été remplacé par du tissu cicatriciel » nous explique WikipediaEn clair, l’épisiotomie, c’est pas la joie. Et c’est pourtant pratiqué dans près de la moitié des accouchements (47% en 2003). Pour certains médecins et sage-femmes, de moins en moins nombreux, elle reste un moyen efficace et sûr pour favoriser l’expulsion du bébé. Or malgré un recul constant, « le système de tarification à l’acte risque de renforcer cette pratique dans les cliniques privées » souligne une sage-femme de l’hôpital Beaujon.

En juillet dernier, une patiente qui avait tenté un recours contre son médecin pour lui avoir pratiqué une épisiotomie sans son consentement a vu sa demande rejetée par la chambre disciplinaire de l’ordre des médecins de Haute-Normandie.

Méprisés, oubliés, niés, les périnées ont donc peut-être enfin trouvé leur porte-parole par le biais du Groupe radical des excitées de la naissance naturelle(GRENN) à l’origine de ce prix.

Lire ou relire sur Bakchich :

Les infirmiers anesthésistes en colère Lundi 11 mai, un mouvement de grève est organisé pour soutenir les lauréats du concours des infirmiers anesthésistes de la session 2009 et protester contre la décision de l’AP-HP de pas financer toutes leurs (…) Les infirmières en ont ras la blouse Mardi, se tenait au Carrousel du Louvre, la 12ème journée du recrutement infirmier. Les hôpitaux publics ont du mal à séduire du personnel à bout de souffle, qui déserte les salles de garde. Les internautes se mobilisent pour sauver l’hôpital ! Cette semaine « Bakchich » s’est préoccupé de votre santé avec « Les dix points noirs des hôpitaux français » et « Combien de morts dans votre hosto ? ». Deux articles qui ont titillé vos méninges. Les dix points noirs des hôpitaux français « Bakchich » a épluché les rapports de l’IGAS et de la Cour des Comptes qui pointent les dysfonctionnements de nos hôpitaux. Au bord de la syncope.

Mots-clefs : , , , ,

Publié dans la catégorie France
Sur le même sujet
Les infirmiers anesthésistes en colère 0
7 mai 2009 Le 28 Avril 2009, une manifestation historique rassemblait 8 000 à 20 000 personnes dans les rues...
Un Pelloux et trois tondus aux urgences 0
2 décembre 2008 Qui ne connaît pas Patrick Pelloux, l’urgentiste le plus actif médiatiquement, celui dont les cou...
Small jpg infirmieresweb Les infirmières en ont ras la blouse 0
10 décembre 2008 11,34 % au CHU de Strasbourg, 11,28 % au CHU de Caen, 11,19 % pour celui de Nice, l’absentéisme d...
Small jpg hopitaux Hôpitaux, noir c'est noir 0
28 mars 2009 Forts de près de quatorze années d’expérience sur le sujet [1], Philippe Houdart, François Malye ...
Small jpg greffe de la faim 07d5f En attendant une greffe de budget 0
25 avril 2009 L’étonnant marathon chirurgical ayant abouti à des greffes multiples, un visage et deux mains ren...