Ch
Logo

PERFORMANCES

Publié par G Groupe X Bakchich

Le Tour est fini ; le premier français est quatrième ; si le vainqueur final avait été Thomas Voeckler, au demeurant sympathique et bien de chez nous (il habite un village nommé Mouilleron-le-Captif, cela ne s’invente pas, on se croirait à Groland), on aurait passé la fin de l’été dans la célébration de cette performance. Ce n’était pas prévu ; en revanche, on travaillait de longue date à démontrer que nos médecins étaient des gueux d’une incompétence pharamineuse – s’ils étaient bons, on n’aurait pas tant de morts chaque année. Et on y est arrivé, après de longues négociations.

WHAT’S UP, DOC ?

En fait, non contents de creuser nos tombes, ils en font autant avec le budget de la Sécu, ce qui est le comble de la contre-performance, et un manque de reconnaissance flagrant. Car dans l’immense majorité des cas, qui paie nos toubibs, si ce n’est la Sécu ? Et elle les laisse croupir dans la misère. On ne soupçonnerait pas que le revenu moyen des généralistes est seulement de l’ordre de 72 000 euros par an.

 - JPG - 46 ko

Avant impôt, évidemment, mais ils ont des frais professionnels. Il était temps qu’on leur octroie une prime, à condition (sont-ils sévères, à la Sécu !) qu’ils améliorent leurs performances. Pensez à tous ces enfants de médecins fauchés qui, à Noël, n’ont qu’une orange et trois sucettes sous leur sapin. A ces miséreux qui n’utilisent que deux roues de leur 4x4, par économie, pour partir dans le blizzard faire comme chaque année la grande noire de Courchevel pendant que leur épouse ravaude à l’hôtel des Marmottes les guenilles de la tribu. A ces familles de carabins qui n’ont de la viande qu’une fois par semaine, et en ragoût, avec les patates germées en promo du discount. Certes, il se peut qu’il existe des généralistes pauvres ; mais c’est comme les chrétiens tolérants et les poissons volants, ils ne constituent pas la majorité de l’espèce. Et ça leur apprendra à s’installer sur la Côté d’Azur, où l’on trouve encore plus de toubibs que de parcmètres au kilomètre carré, et pas en zone rurale, où les vieux crèvent à l’ancienne, sans morphine, et où l’on supprime les maternités de proximité pour que les jeunes apprennent dès l’enfance à réduire eux-mêmes leurs fractures avec un manche de pelle. Là, on pourrait améliorer la performance médicale, mais le but, c’est d’avoir une médecine économique, ne mélangeons pas les compétitions. Pour faire rentrer des sous, c’était ça, ou un contrôle fiscal généralisé. Il n’empêche :une fois la prime payée aux collabos, la Sécu n’aura plus de quoi rembourser nos suppositoires, mais quand on aime, on ne compte pas.

 - JPG - 32.4 ko

LA NOTE QUI TUE

Pas moins performantes, les agences de notations.

Dès qu’il y a « agence » quelque part, gaffe, faut raquer, dans l’immobilier comme pour les voyages. C’est pourquoi ils ont zappé l’ « agence nationale pour l’emploi », les chômeurs venaient avec un chèque, par habitude ; maintenant, au Pôle Emploi, ils viennent avec leur pingouin, et sortent généralement refroidis.

Et d’abord, elles notent quoi, ces agences ? Cela fait penser à l’ « inspecteur des platanes », inventé jadis par Fernand Raynaud  : il notait sur son calepin « ce platane penche », et rentrait se reposer.

Là, on note la santé financière. Ce ne sont pas les agences de notation qui ont dit que nos médecins avaient besoin d’une prime : ils sont forts, mais pas à ce point. Non, la veille de l’effondrement de Lehmann Brothers, elles trouvaient cette banque en pleine forme – une référence. Leur œil de lynx repère chaque jour une poutre : la Grèce coule, l’Espagne suinte, l’Irlande n’est plus dans le vert. Et ne parlons pas de l’Italie et des Etats-Unis : ceux qui, dès 1972, apprenaient dans leur livre de géo ou à Sciences-Po que ces deux pays étaient le type même des économies structurellement déficitaires sont ravis de découvrir que Chochote & Poors le confirment après des études approfondies. On ne sait pas quel est leur thermomètre, mais ils savent où le mettre, les bougres ! Alors, forcément, ça fait râler les politiques, et ça gueule dans les rues.

Dessin de Besse - JPG - 31.2 ko Dessin de Besse Dessin de Besse

Mais qui les paie, les agences de notations ? Elles vivent de quoi ? Voilà une question qu’elle est bonne, et moi qui écoute toutes les infos partout, je n’ai jamais eu de réponse précise. Va savoir, peut-être que ce sont les banques. Alors pour que les agences de notations soient payées, il faut que les banques gagnent des sous ; et pour que les banques gagnent des sous, il faut spéculer, par exemple monter les taux d’intérêts ; et pour ça, il faut que les emprunteurs soient mal notés. Si c’est pas ça, ça y ressemble.

Moi, je propose qu’on lance une agence de notation des agences de notation. Quand un système marche, il n’y a pas de raison de ne pas le développer. Après, on pourrait lancer un impôt spécial sur les agences de notation classées CCC et sur les algues vertes des cochons bretons, dans le style « pollueurs – payeurs ». Avec l’argent gagné là, on doublerait la prime des toubibs qui savent ouvrir Windows sans la notice et soigner la diphtérie sans antibiotiques, et hop, la Sécu devient performante, mourir jeune n’est plus un luxe !

BANG-BANG

En Norvège non plus. C’est dur, mais forcément la note du pays va en prendre un coup. Second PIB par habitant après le Luxembourg, ça c’est des pays, d’ailleurs, ils ont brillé au Tour de France, ce qui montre qu’ils savent gérer leurs pharmacies. Jusque là, les Scandinaves avaient bonne presse, la Finlande était le top de la pédagogie, la Norvège, le berceau d’Eva Joly, la Suède, le pays qui nous a débarrassés de ce grand pendard de Bernadotte. Rien que du bon. Oui mais il s’avère qu’Helsinki a le record mondial des suicides, des thrillers terrifiants nous exhibent des nazis suédois qui lacèrent les punkettes et persécutent les journalistes honnêtes, et un cinglé armé jusqu’aux oreilles fait le carnage après avoir fait la bombe. Un cauchemar. Si des choses pareilles arrivaient chez nous, Sarkozy annoncerait une loi interdisant les réunions de jeunes socialistes, et voilà. Mais les Norvégiens, eux, se disent soulagés dans leur fjord intérieur d’apprendre que l’assassin est un des leurs. Au Guiness book des faux-culs, le grand nord a de l’avenir. Vous vous demandiez, depuis Jospin, ce qu’être protestant veut dire ? Eh bien, être parpaillot, surtout luthérien, c’est cet art d’être de toute façon coupable, pour ne pas avoir à regretter d’être innocent. Alors un massacre commis par un islamophobe, ça les rince, et ils vont pouvoir continuer à faire repaver leurs rues par moins vingt et par des immigrés transis qui ne boivent pas d’alcool, pendant qu’ils cultivent, entre norvégiens, la vie associative et sa cuite méthodique du vendredi soir, pour oublier qu’Eva Joly les a largués.

 - JPG - 29 ko

AUPRES DE MON ARBRE

Dans ces deux secteurs, ils sont vachement performants, les Norvégiens, et en plus ils ont du pétrole. Nous, on a des forêts. Avant, quand on y trouvait un machin vert et rouge dévoré par de grosses mouches, c’était un scout mort. Maintenant, c’est seulement vert, et c’est un garde de l’ONF. On n’atteint pas les performances de la Finlande, mais tous ces suicides, ça fait vilain genre. Au ministère de l’Agriculture, on est dans l’embarras. Ils ont pensé à supprimer les arbres, pour éviter les pendaisons, mais c’était trop cher.

Alors, ils dépêchent des psychologues, ça ne mange pas de pain, au moins, les suicidaires sauront scientifiquement pourquoi ils sont déprimés. Et ils suppriment des postes : 700 de moins dans trois ans, c’est ce qui s’appelle sauver des vies. Bientôt, il y aura autant de psychologues dans nos forêts que de forestiers. On peut se demander si ça ne serait pas plus simple d’embaucher des gardes, histoire d’alléger leur déprimante charge de travail. Là, clairement, on se fout de leur boulot, de leur fatigue, de leur gueule. Surtout quand, pour les réconforter, un technocrate rugueux comme un chêne et con comme un gland les engage sans rire à « optimiser leurs méthodes de travail », ce qui signifie, en clair, bosser trois fois plus, alors que jusque là, c’était seulement deux fois plus. Les survivants auront la retraite à soixante-huit ans. Avec un bon toubib, ils tiendront encore trois ans. Après, ça sent le sapin. Franchement, monsieur le ministre des céréaliers miséreux, faire en sorte que dans nos forêts les loups et les ours soient mieux protégés que les employés de l’ONF, ça, c’est costaud. Une vraie performance.

A lire ou relire sur Bakchich.info

D’où vient le cavalier ? Un médecin du travail qui serait aux ordres de la productivité serait-il encore un médecin ? Numerus roumanus Où l’on invente les études de médecine offshore, sans concours, pas chères : une filière française, délocalisée en Roumanie. Ces agences qui donnent la note aux Etats Scrutée depuis la crise de 2008 qu’elles n’ont pourtant pas vu venir, les agences qui évaluent la solvabilité des Etats soufflent le chaud et l’effroi dans l’économie mondiale.

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie France
Sur le même sujet
Small jpg croissance large 0 Le super Conseil bling-bling de Brégançon 0
9 septembre 2010 Les comptables de l’Élysée, gens obscurs et invisibles, se sont arraché leurs derniers cheveux ap...
Small jpg besse marianne 0 Ces agences qui donnent la note aux Etats 0
10 août 2010 La réforme des retraites servirait-elle à donner des gages aux agences de notation afin de préser...
Baroin envoûté par Bercy 0
13 septembre 2010 Comment comprendre les déclarations du toujours jeune Baroin sur le fait qu’après 2013, il faudra...
Small bak13juilletneonorvegienl Un nazi en Corrèze 0
17 juillet 2013 La DCRI a arrêté un Norvégien, suspecté de préparer un attentat, en Corrèze. En exclusivité mondi...
Small jpg stan tir norvegien Tragédie d'Oslo, le scénario inédit 0
25 juillet 2011 Petit pays paisible et prospère, la Norvège est, c’est la cas de le dire, sous le choc. L’explosi...