Ch
Logo

Les hauts le cœur de la République exemplaire

Publié par G Groupe X Bakchich

Aquilino le petit marquis vient temporairement de jeter l’éponge ; Nadège elle, poursuit ses réquisitions contre les mineurs turbulents de Cayenne…

En ce temps-là, la République n’était pas encore exemplaire. Une société costaricienne dénommée Aston faisait quelques emplettes rue de Lille et Roland Dumas, épicurien aux pieds sensibles, se contentait de pompes sur mesures de marque Berluti à 13 000 Frs. L’histoire n’a pas retenu que leur glaçage fut jamais réalisé à la requête de leur heureux propriétaire, à l’Elysée où au Quai d’Orsay. Autres temps autres mœurs…

Lire: Les cireurs de souliers de Jean Sarkozy

Sous d’autres cieux, Nadège, Laurence, Peggy et Isabelle coulaient l’existence insouciante d’adolescentes en Terminale ES2 au lycée Schoelcher au cours de l’année scolaire 97-98. Aux dires hauts en couleur de l’un de leurs nombreux admirateurs, « elles formè un quarté + de tricheuses. Le carré magik n°1… » 

Le Bac en poche, Nadège s’est décidée pour le Droit. Bien lui en a pris. Admise au concours d’entrée à l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) en 2004, elle a su tirer la quintessence des enseignements de la prestigieuse institution qui font à l’éthique et à la morale, la place que l’on sait. De telle sorte qu’à l’issue de sa scolarité, elle a été nommée aux fonctions de magistrat par un décret présidentiel du 18 juillet 2007, au poste de substitut(e) auprès du procureur général près la Cour d’Appel de Fort de France.

Une trajectoire qui prendra un tournant inattendu le 23 août 2007. 

Les mauvaises emplettes d'une aspirante magistrate

Placée en garde à vue, elle reconnaîtra sans difficulté avoir dérobé les coordonnées de la carte bancaire d’un magistrat qui lui avait aimablement prêté un bureau durant son stage juridictionnel de pré-affectation, et les avoir frauduleusement utilisées entre le 28 juin 2007 et le 19 juillet 2007 sur des sites de vente de vêtements par correspondance. Histoire sans doute de rehausser un peu le standing de sa garde-robe dans la perspective de sa prochaine élévation au grade enviable de magistrate.

Dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, et ayant indemnisé sa victime, elle a été condamnée le 12 décembre 2008 à deux mois de prison avec sursis, assortis – Mère Justice sait faire preuve de mansuétude envers ses brebis égarées – d’une non-inscription de sa condamnation au Bulletin n°2 de son casier judiciaire. 

Avec un aplomb extraordinaire, elle n’a pas craint d’affirmer lors de l’audience que ses actes frauduleux constituaient « un appel au secours » dans un contexte personnel de grande détresse morale causée par les violences physiques que lui infligeait son compagnon dont elle était enceinte. Le loustic sera d’ailleurs ultérieurement condamné de ce chef.

Toujours est-il que vaguement perturbé on s’en souvient, le cabinet de la garde des Sceaux Rachida Dati n’a manifestement pas compris que la morale et la réprobation n’avaient aucune place dans cette affaire. Nadège Tacite a donc été logiquement exclue définitivement de l’Ecole Nationale de la Magistrature par un arrêté du Garde des Sceaux du 11 octobre 2007, celui du 13 octobre 2007 mettant un terme à ses fonctions d’auditeur de justice à compter du 30 septembre 2007. En outre, un décret présidentiel du 16 novembre 2007 (« par décret du président de la république en date du 16 novembre 2007, les dispositions du décret du 18 juillet portant nomination de magistrats sont rapportées en ce qu’elles nomment Madame Nadège Tacite, auditrice de justice, substitute placée auprès du procureur général près la Cour d’appel de Fort de France ») devait, du moins le croyait-on, annuler son accession au grade de magistrat.

Appel et contre appel

C’était pourtant sans compter sur la détermination de la bougresse qui, forte de la parfaite assimilation des enseignements qui lui avaient été prodigués à l’ENM, et puissamment assistée de ses avocats du cabinet Lyon-Caen, Fabiani, Thiriez, décida de demander au Conseil d’Etat d’annuler pour excès de pouvoir les 3 décisions prises à son encontre.

Sur le fondement de l’article 16 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen combiné à l’article 64 de la Constitution garantissant le principe de la séparation des pouvoirs et l’indépendance de l’autorité judiciaire, Le Conseil d’Etat a rappelé aux moralistes en herbes, la validité du décret de nomination de Nadège Tacite en qualité de magistrate « quand bien même elle a fait l’objet d’une mesure de suspension provisoire à compter du 30 août 2007 et n’a ni prêté serment ni été installée dans ses fonctions auprès du procureur général près la cour d’appel de Fort de France ».  

Dès lors, seul le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) saisi de l’affaire par la garde des Sceaux et statuant comme conseil de discipline des magistrats du parquet, pouvait décider de son sort. Ce qui fut fait le 18 septembre 2012.

Non sans que le CSM ait préalablement constaté que « Les faits reprochés à Madame Tacite, même s’ils sont intervenus pour partie antérieurement à sa nomination en qualité de magistrat, caractérisent un manquement grave aux devoirs de l’état de magistrat, à la probité, à la dignité et à l’honneur qui s’attachent à ces fonctions. Ils sont en outre contraires aux devoirs de loyauté et de délicatesse à l’égard des magistrats de la juridiction auprès de qui madame Tacite bénéficiait d’une formation. Ils portent enfin atteinte au crédit qui s’attache aux fonctions de magistrat et à l’image de l’institution judiciaire » 

Reconduction Tacite...

Habillée de la sorte au moyen du catalogue automne-hiver du CSM et sachant qu’au nom de Christiane Taubira la nouvelle garde des Sceaux qui ne sait pas très bien si elle a été informée des écoutes de Nicolas Sarkozy, un certain Eric Corbaux avait requis sa révocation, certes non sans une modération notable, madame Tacite pouvait craindre le pire. 

D’autant qu’elle était déjà de fait, suspendue de toute activité professionnelle depuis fin 2007. La laisser officier à Fort de France où elle avait été nommée mais aussi mise en garde à vue par les services locaux de police et où sa condamnation a été prononcée, paraissait inenvisageable. Depuis sa sortie de l’ENM et malgré son décret de nomination, elle ne percevait d’ailleurs de l’école que les émoluments attribués aux auditeurs de justice, sans le bénéfice des primes attachées à l’exercice effectif de ces fonctions.

Lire: Les accrocs de Taubira

Quel ne fut son soulagement d’apprendre que le CSM recommandait au ministre de la sanctionner d’une mutation d’office hors du ressort de la cour d’appel de Fort de France où elle était devenue persona non grata…

Une perche saisie sans délai par Christiane Taubira qui prendra le 12 décembre 2012, un décret la nommant à Cayenne. Par les hasards malicieux de la géographie judiciaire, Eric Corbaux qui avait demandé – mollement – sa tête, s’est vu nommé procureur à Fort de France le 21 juin 2013.

Le 16 octobre 2013, France Guyane consacrait un article (« La délinquance des mineurs reste préoccupante ») à une question dans l’air du temps et donnait la parole à Nadège Tacite, substitut du procureur chargée des mineurs « qui s’est montrée très catégorique : depuis que je suis en poste, nous avons poursuivi de façon systématique, tout auteur d’atteinte aux biens ou aux personnes »

Y compris aux fraudeurs à la carte bancaire ?

 

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie France
Sur le même sujet
Small mur des cons 2 0 Grande muraille 0
25 avril 2013 L'existence d'un mur des cons dans les locaux du syndicat de la magistrature horrifie la droite.....
Small duchaine rc Justice: le juge Duchaine va-t-il se faire avoir? 0
16 juillet 2014 C'est un serpent de mer qui, régulièrement agite les eaux du Vieux Port de Marseille. Ou une sard...
Small jpg courroye rc Courroye de transmission rompue 0
9 janvier 2010 Le procureur de Nanterre Philippe Courroye qui briguait le siège de procureur de la République à ...
Small justice 0 Quand le gouvernement Hollande piétine la séparation des pouvoirs 0
28 janvier 2013 La Ministre de la Justice Christiane Taubira a tranquillement annoncé qu'elle avait auditionné le...
Le juge Courroye, sujet d'un livre 0
29 novembre 2007 Le juge Courroye, sujet d’un livre. Le procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye,...