Ch
Logo

La 2ème mort de Charlie

Publié par G Groupe X Bakchich

La liberté d’expression défendue par des imposteurs qui s’emploient à la réduire chaque jour d’avantage, constitue une première victoire majeure pour les terroristes…

« Paris centre du monde » s’est gaussé François Hollande à l’occasion de la mobilisation-monstre de ce dimanche 11 janvier, au nom de la liberté d’expression et en hommage aux victimes du carnage de Charlie Hebdo : on a les victoires qu’on peut. Pourquoi pas un « Patriot Act à la française » par dessus le marché comme s’est écriée Valérie Pécresse qui en méconnaît probablement les dispositions les plus scélérates et dont 90% des parlementaires américains qui l’ont voté admettent aujourd’hui du bout des lèvres n’avoir jamais consulté le texte proposé par les âmes damnées du va-t-en-guerre Bush… 

Faute d’avoir su protéger le journal satirique des bouffées délirantes des Kouachi et autres Coulibaly qui, soit dit en passant comme le souligne avec justesse notre confrère Mediapart «…ne sont pas plus musulmans qu’islamistes. Ils sont des français passés par la délinquance et la case prison avant de s’enfermer dans une radicalisation terroriste habillée de quelques minables oripeaux idéologiques », faute d’avoir pu s’appuyer sur des services de renseignement véritablement performants comme l’avait déjà laissé craindre la bavure Merah, le pouvoir ne doit son salut public face à ce drame et le peu de respect qu’il lui reste dans l’opinion, qu’à l’improvisation dont ont fait preuve les deux baltringues sortis de route à Damartin en Goele et  l’illuminé de Vincennes. 

Le bal des faux culs

Ce n’est par ailleurs pas faire injure aux unités d’élite de la Gendarmerie nationale et de la Police de relever qu’ils n’ont pas eu à forcer leur immense talent et à puiser dans leur incontestable expérience des situations de crise pour neutraliser les meurtriers et sauver ainsi l’honneur d’un gouvernement à la dérive : à Damartin, ils savaient avant l’épilogue que les Kouachi n’avaient pas d’otage. A la Porte de Vincennes aussi la chance et l’inexpérience du fou de Dieu autoproclamé, ont pesé pour que le bilan ne soit pas beaucoup plus lourd, selon ce qu’en laissent entrevoir les images vidéo et les premiers témoignages des rescapés.

On imagine avec effroi ce qu’il serait advenu de cette course-poursuite façon Telma et Louise, si les Kouachi dont on a perdu la trace à deux reprises au cours de leur fuite, avaient disposé d’un semblant de logistique et notamment de véhicules prépositionnés dans des planques, au lieu devoir braquer des automobilistes et ainsi permettre aux forces de l’ordre de les relocaliser miraculeusement à chaque fois… 

Non, en dépit du sursaut populaire sans précédent depuis la libération dont il essaie désespérément de revendiquer la paternité au nom d’une unité nationale de pure circonstance et qui volera en éclat d’ici quelques heures, l’affaire n’est pas glorieuse pour le pouvoir.

Elle l'est d'autant moins que la brochette de chefs d'états et de gouvernements venus prêter main forte démocratique à un exécutif tricolore aux abois, constitue une véritable imposture.

Entendre entonner à plein poumon à Paris l’ode à la liberté d’expression par l’impayable Eric Holder exécuteur des basses besognes sans précédent d’Obama contre les journalistes américains à commencer par James Risen et les whistleblowers d’Outre Atlantique comme l’ont découvert les lecteurs de Bakchich, par son obligé zélé britannique Cameron, par Erdogan le néo-dictateur turc qui martyrise sa presse d’opposition, par le premier ministre espagnol qui s’emploie à réduire les libertés fondamentales ibériques, par l’immense démocrate hongrois Orban, par le ministre des affaires étrangères russe, par le chef du gouvernement tunisien et par bon nombre de despotes africains présents ou représentés au carnaval dominical de faux-culs ou lui ayant apporté leur « caution morale » à commencer par Ali Bongo, a quelque chose de franchement inconvenant voire d’obscène.

Ecoutes, prison et filatures pour les journalistes, la liberté d’expression selon le défilé des chefs d’Etat

Que Cameron vienne faire le paon à Paris sur les cadavres de la rédaction de Charlie, après avoir, le tout premier, dénoncé l’odieux crime des Kouachi contre la liberté d’expression de la presse, est simplement inimaginable. Qu’on en juge : en 2014, la Police Métropolitaine de Londres à dépensé 33,5 millions de Livres rien que pour espionner les journalistes british. Contre 19,5 millions l’année précédente. Une police qui se voit reproché aujourd’hui d’abuser de la loi dite « RIPA » (Regulation of Invest Powers Act) en dépit des dispositions législatives locales sur la protection des sources. 

Pas plus tard qu’en octobre dernier, l’ancien Lord Chancelier Falconer a affirmé – en pure perte – que la police britannique ne devait pas détourner la législation RIPA pour surveiller les activités des journalistes sans avoir préalablement obtenu l’autorisation d’un juge. Pour toute réponse, le Chief Constable Andy Trotter à eu cette phrase que n’aurait pas renié feu la rédaction de Charlie dans un immense éclat de rire : « Bien que je respecte complètement le besoin des journalistes de protéger leurs sources et leurs informateurs, il existe des besoins supérieurs de nature judiciaire pour s’assurer d’une complète transparence et que rien ne soit gardé secret ou caché… » 

Quant aux jeunes militants franchouillards d’un jour de la liberté d’expression qui ignoraient jusqu’à ce jour l’existence même de Charlie Hebdo, il ne serait pas superflu qu’on leur rappelle que c’est un ministre de l’intérieur français, pas un djihadiste exalté, qui a interdit la parution du n°94 daté du 16 novembre 1970 de son ancêtre dénommé Hara Kiri, pour sa première pages jugée offensante et titrée « Bal tragique à Colombey : 1 mort » en référence irrévérencieuse au décès du Général de Gaulle et à l’incendie de la boite de nuit le « Cinq-Sept » qui avait causé la mort de 146 personnes.

8 jours plus tard naissait Charlie Hebdo pour contourner l’obstacle. Qui vient de mourir une deuxième fois ce dimanche, étouffé sous les éloges poisseux et larmoyants d’hypocrites connus ou anonymes en représentation.      

Mots-clefs : , , , ,

Publié dans la catégorie France
Sur le même sujet
Small bush valls hollande patriot rayclid Le terro, terreau sécuritaire 0
12 janvier 2015 La stupeur, en premier, a frappé, en cette fin de matinée du 7 janvier. La menace n’é...
Small patriot act Liberté d’Expression : chronique d’une déroute annoncée 0
20 janvier 2015 Il était pas mimi’ le premier ministre turc Ahmet Davutoglu moustache au vent au premier rang de ...
Small bakjan15taquiyal De Mérah à Kouachi, l'art de la Taqiya 0
14 janvier 2015 Ambiance à la galerie Saint Eloi. Réservé au pôle anti-terroriste du tribunal de grande instance ...
Small libert  d ex Liberté d’Expression : Ripa bien qui rira le dernier 0
23 janvier 2015 Le Premier Ministre britannique David Cameron a été le premier chef de gouvernement étranger à ré...
Small jpg islande bar Terre d'asile pour la presse en Islande 0
2 avril 2010 Pour l’Islande, le 2 août 2009 pourrait devenir une date plus importante que la création du Parle...