Ch
Logo

De Mérah à Kouachi, l'art de la Taqiya

Publié par G Groupe X Bakchich

Cache cache entre terrorisme et services de police.

Ambiance à la galerie Saint Eloi. Réservé au pôle anti-terroriste du tribunal de grande instance de Paris, le couloir frémit. «Tous nous envisagions cette menace. Tous nous avions peur du solitaire, de l’auto entrepreneur. Mais cette crainte n’était que théorique. Nous n’avions pas vraiment peur. Nous jouions à nous faire peur». Des mots concis, sincères, nées de la plume du juge d’instruction Marc Trévidic. Des maux qui sortent après le carnage réalisé par Mohammed Mérah en 2012. Des militaires, des enfants, un enseignant sont assassinés dans la région de Toulouse par un Français au nom d’un idéal religieux aussi dévoyé que répandu à travers le monde. Le jihad, la lutte évoquée par le Coran, interprété en combat sanglant, aveugle, terroriste. 

De l'hybridité

Et surtout pointe le magistrat, surtout une question qui fait mal. «Pourquoi ce délinquant, était-il parvenu à nous duper? Cette dernière question était de loin la plus préoccupante». Mérah, en effet, a été pisté par les services de sécurité français et étrangers. Lors de son voyage dans les zones tribales pakistanaises où il a éprouvé l’entraînent au Jihad, lors de son retour en France où il a même été débriefé par la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), ce FBI à la française monté par Nicolas Sarkozy président de la République. L’homme pourtant a pu agir. Non comme «un loup solitaire», mais comme un «amateur en voie de professionnalisation» selon l’expression de Trévidic. «Un être hybride», «mi loulou de banlieue mi apprenti d’Al Qaida» au parcours presque symptomatique. Petits et gros larcins, radicalisation après une sortie de prison,  apprentissage auprès d’émir lointain, passage initiatique par un camp d’entraînement avant un retour sanglant en France. L’itinéraire de Merah relève du Jihad individuel. En réaction, une nouvelle loi anti-terroriste a vu le jour, sans guère de débat. Dans un bel unanimisme est né l’entreprise terroriste individuelle. Les décrets d’application du texte n’ont pas eu le temps de parvenir au journal officiel. Le 7 janvier la rédaction de Charlie Hebdo a été décimée, avec son agent d’entretien, ses policiers. Puis la mort à Montrouge le lendemain. Puis l’épicerie casher de la Porte de Vincennes. Une semaine de boucher. 

Et la même interrogation revient. Comment sont-ils parvenus à duper les services de police, de justice, qui les connaissait encore plus précisément que Mohammed Mérah. Les enquêtes du Monde l’ont notamment révélé. Quelques mois encore avant leur passage à l’acte les frères Kouachi ont été surveillés, mis sur écoute. Les deux parisiens, nés dans le Xe arrondissement ne présentent aucun atour du loup solitaire. Plus du loup blanc. En 2004, Chérif Kouachi apparaît des les radars de l’anti-terrorisme. La direction de surveillance du territoire d’abord, la justice ensuite qui démantèle la filière dite des Buttes Chaumont le 26 janvier 2005. Le cadet des jihadistes s’apprêtait à s’embarquer pour l’Irak combattre au nom d’Al Qaida. Ou plus précisément d’Ansar Al Islam. Son baptême guerrier sera reporté… Condamné à 3 années de prison, l’apprenti est de nouveau visé par l’enquête sur la préparation de la tentative d’évasion du cerveau des attentats du RER C en 1995. Ce n’est qu’après que son frère et lui voyageront. Mais pas en zone de guerres. Selon les informations du New York Times et du Monde, des soupçons d’entrainement en Oman et au Yemen affleurent. Trop tard.

Dissimulation

Pourquoi ont-ils peu duper les services. La réponse tient en un mot. «La Taqiyaa, c’est ainsi que l’on appelle cet art ancien qui, au fil des siècles, a pris diverses formes», décrit Marc Trévidic. La dissimulation. «Cela n’a rien à voir avec de la fourberie, l’image vulgaire et si facile du musulman retors qui nous planterait un poignard dans le dos. C’est au contraire une clé de compréhension indispensable au terrorisme islamique. L’art de la dissimulation est considéré comme un art de la guerre». Que les policiers éprouvent dès lors qu’ils se retrouvent confrontés aux suspects. En 2005 par exemple, l’anti-terrorisme confronte «l’émir» de Chérif Kouachi aux idées de son protégé. Dialogue un rien surréaliste selon les documents retrouvés par Bakchich. Abou Abdellah, dispense son enseignement dans les mosquées du 19e arrondissement. S’il se dit partisan du Jihad, il assure ne vouloir ni l’importer en France, ni l’exporter en Irak, quand bien même il consent avoir envoyé 50 recrues de Paris vers Bagdad… Pour dissuader «de manière subtile» Chérif Kouachi d’aller en Irak, Abou Abdellah lui présente même un homme capable de l’entraîner au tir. «Très impulsif, très agressif», Chérif Kouachi a, aux dires de son mentor, lubie antisémite… Interrogé à son tour, le disciple dément par des rodomontades son envie de combat, sa haine des juifs, se présentant en «musulman ghetto [qui] faisait sa vie, allait avec sa copine, puis allait se repentir.» Sa taqiya s’est dévoilé en 2015. Confessé par I-Télé Abou Abdellah a, lui, repris son nom civil. Ferid Benyettou a condamné les agissements de son ancien disciple, après avoir témoigné de son plein gré auprès de la direction générale de la sécurité intérieure. Sincère repentance, ou taqiya? 

NB: toutes les citations de Marc Trévidic sont tirée de son livre, Terroristes, les 7 piliers de la déraison

Mots-clefs : , , , ,

Publié dans la catégorie France
Sur le même sujet
Small djihadiste intelligence rayclid bakchich L’Anti-terrorisme manque d’intelligence 0
7 décembre 2014 La chasse est ouverte, au son d’une musique martiale. Depuis le vote de la nouvelle loi anti-terr...
Small bak15janjesuisdoncjepensel La 2ème mort de Charlie 0
12 janvier 2015 « Paris centre du monde » s’est gaussé François Hollande à l’occasion de la mobilisation-monstre ...
Small patriot act Liberté d’Expression : chronique d’une déroute annoncée 0
20 janvier 2015 Il était pas mimi’ le premier ministre turc Ahmet Davutoglu moustache au vent au premier rang de ...
Ali Baba et les jihadistes français 0
11 octobre 2012 Des arrestations sur la Côte d'Azur, en Seine-et-Marne, et en Alsace une opération coup de poing ...
Small bush valls hollande patriot rayclid Le terro, terreau sécuritaire 0
12 janvier 2015 La stupeur, en premier, a frappé, en cette fin de matinée du 7 janvier. La menace n’é...