Ch
Logo

François Pérol, superbanquier

Publié par G Groupe X Bakchich

Deux ans de prison et 30 000 euros d'amende. Voilà ce que risque François Pérol, ancien conseiller économique du Président Sarkozy, parachuté en 2009 à la tête de la BPCE (fusion entre la Banque Populaire et la Caisse d'Epargne). C'est d'ailleurs ce "conflit d'intérêts" qui la justice lui reproche. Jugé du 22 au 24 juin par le tribunal correctionnel de Paris, Il va devoir rendre des comptes.

Pourtant selon l'intéressé, entendu depuis ce lundi par le président du tribunal correctionnel, il n'y a aucun compte à rendre. On lui reproche de ne pas avoir respecté le passage de la fonction publique au secteur privé, d'avoir activement participé, dans les discussions fermées d'un cabinet présidentiel, à la mise en place de cette fusion entre les deux étabissements bancaires et d'y avoir été nommé PDG en 2009. 

Ce confilit d'intérêts n'en serait juridiquement pas un si entre les deux "opérations", s'était écoulé plus de trois ans (article 432-13 du Code Pénal), ce qui n'est pas le cas.

C'est l'Association Anticor qui a déposé plainte et qui vient à la barre, par la voix de son conseil Maître Jérôme Karsenti, plaider l'existence d'un conflit d'intérêts. La vaste mission de cette association est d' "exiger de tous les partis et de leurs élus le comportement irréprochable inhérent à leurs responsabilités politiques, et de la part de tous les fonctionnaires, la probité qu’implique la recherche de l’intérêt général".

L'Association est à l'origine d'autres affaires comme celle des sondages de l'Elysée, celle de la note salée des frais de taxi de l'ancienne directrice de l'INA, mais aussi le dossier de "favoritisme" dans l'attribution de marchés publics par Mathieu Gallet lorsqu'il était lui aussi à l'INA, et, est également à l'origine des plaintes déposées contre Jean-Noêl Guérini, ancien conseiller municipal de Marseille, pour prise illégale d'intérêts, trafic d'influence...

Le procès de François Pérol se tient sur à peine 3 jours et des personnalités comme Nicolas Sarkozy ou Claude Guéant, citées à la barre, ne se sont pas encore présentées pour expliquer la façon dont le parachutage du conseiller économique de l'ancien président à la tête de ce nouveau groupe bancaire, avait été décidé.

La suite des débats devrait nous éclairer. Ou pas. Peu importe, François Pérol, lui, pense être droit dans ses bottes. 

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Publié dans la catégorie France
Sur le même sujet
Small jpg probst 10 Probst descend les patrons voyous 0
4 avril 2009 À Lire ou relire sur Bakchich.info : Probst et les anc...
Small jpg anticorfoto Corruption : Anticor et à cri 0
27 janvier 2010 La France continue à véhiculer une image relativement dégradée de sa classe politique et de son a...
Bercy / Orange : Pas de friture sur la ligne de Stéphane Richard 0
19 mai 2009 « J’arrive à Orange avec modestie ». Profil bas : le plan com’ de Stéphane Richard est limpide. A...
Small jpg jpg sarko kerleroux 2 0 François Pérol, un pantoufleur hors du commun 0
26 février 2009 Un homme providentiel va faire renaître de ses cendres le Groupe Caisse d’épargne et le marier au...
Small jpg trader Baissera, baissera pas le taux américain? 0
16 janvier 2008 La décision sur les taux de la Réserve fédérale américaine est attendue avec impatience. Avec un ...