Ch
Logo

Europe: L'inflation effraie plus que le terrorisme

Publié par G Groupe X Bakchich

La déflation et la menace terroriste de l’Etat Islamique seraient les pires menaces qui pèsent sur l’Europe. Un point de vue tourné en dérision par le dernier sondage de l’Eurobaromètre…

Les élites, parfois corrompues, coupées des réalités du monde qui les entourent : le sondage réalisé du 31 mai au 14 juin 2014 chez les 28 membres de l’Union Européenne, mais aussi en Turquie en Macédoine, Islande, Montenegro et Serbie ainsi qu’au cœur de la province turque de Chypre, en donne l’édifiante démonstration.

A entendre ceux qui nous gouvernent, il faudrait, toute affaire cessante, enrayer la spirale déflationniste qui menace les fondements économiques du Vieux Continent, et mobiliser une nième croisade – aérienne, point trop n’en faut tout de même - contre les djihadistes de l’Etat Islamique qui, après avoir instauré la terreur en Irak et en Syrie, s’attaqueraient aux fondements de la démocratie européenne…

De la parole aux actes il n’y a qu’un pas et l’Air Force tricolore est - symboliquement compte tenu des moyens limités dont elle dispose du fait des contraintes budgétaires – engagée dans la guerre moyen-orientale contre les hommes de l’émir à la Rolex. 

Lequel, soit dit en passant, aurait été rejoint par un transfuge des ex-des forces spéciales ou de la DGSE expert en explosif, dont l’élimination aurait été discrètement sous-traité à l’ami-américain si l’on en croit le site US mcclatchydc.com qui ne se singularise habituellement pas par sa fantaisie. Paris semble avoir fait du loustic un portrait-robot à ce point inquiétant que l’Oncle Sam a lancé pas moins de 8 attaques simultanées sur des sites tenus par les combattants du front al-Nosra pour le vitrifier. 

On imagine facilement la rancune que le garçon pourrait entretenir envers son pays natal si, comme on le murmure un peu partout dans la communauté du renseignement, il a survécu à l’averse de drones yankee.

Dirigeants sans boussole

Bref, la lutte contre l’insécurité causée par le terrorisme international et la déflation sont devenues les grandes causes européenne en général et française en particulier.

Sauf que lorsqu’ils daignent répondre dans le cadre du sondage de l’Eurobaromètre, les peuples européens ne l’entendent pas du tout de cette oreille.

A en croire sa dernière livraison, les deux soucis majeurs de l’ensemble des Européens sont…L’inflation (32%) et le chômage (21%).

 Loin devant le ras le bol fiscal (17%) la situation financière des ménages interrogés (16%) la situation économique générale de leur pays, le coût de la santé et l’état de leur sécurité sociale, ainsi que leur système de retraite qui, tous les trois représentent un méga-souci pour seulement 15% des sondés, le système éducatif de leur pays (10%) les questions d’énergie, de climat et de pollution (7%) le logement (6%) la criminalité (5%) et l’immigration (4%). 

Quant à la menace terroriste, elle n’inquiète que 1% des Européens d’après le sondage. C’est dire à quel point les tirades récentes de l’exécutif de ce pays contre la gravité de cette menace, ne sont pas de nature à maintenir bien longtemps le consensus national des forces politiques hexagonales et la bouffée d’oxygène qu’y puise momentanément l’exécutif.

D’ailleurs, même s’il manifeste une sensibilité un peu différente de celle de l’européen-moyen, le sondé hexagonal persiste et signe à considérer l’inflation comme son souci primordial (40%) avec le poids de l’impôt (21%). 

Faut-il de surcroit que le citoyen français de base soit obtus et désinformé pour persister à battre en brèche les affirmations de l’élite selon lesquelles, non seulement il n’y a pas d’inflation mais que c’est la spirale déflationniste qui nous pend au nez… 

Suivent et alimentent la sinistrose franchouillarde, la situation financière de leur ménage 17%) le chômage (15%) la situation économique générale du pays (14%) les retraites (13%) la sécu’ et l’éducation (10%) la criminalité (9%) l’environnement et le climat (8%).

Enfin, François Hollande peut rappeler d’un cœur léger nos avions de chasse qui paradent dans le ciel du Moyen Orient puisque le terrorisme sous toutes ses formes ne terrorisait qu’un pour cent (1%) de nos concitoyens au moment ou le sondage a été réalisé. 

Propagande perdue

Certes ce chiffre viendrait à être considérablement modifié si le passage à l’ennemi de l’un de nos meilleurs spécialistes des explosifs ayant fait ses classes sur les théâtres d’opérations les plus périlleux de ces dernières années d’après la source américaine évoquée plus haut, venait à être rendu public…

Sur l’autre rive du Rhin, pour nos amis allemands qu’on admire, jalouse et critique à la fois pour leurs performances économiques, les résultats de l’Eurobaromètre ne sont finalement pas radicalement différents si l’on tient compte des différences démographiques. C’est aussi l’inflation qui constitue le premier poste d’inquiétude (34%) devant la situation des retraites (18%).

Suivent dans cet ordre, la sécurité sociale (16%) à égalité de préoccupation les impôts et le système éducatif (14%) la situation financière des ménages (12%) le climat et l’environnement (9%). Sans grande surprise, le chômage n’est préoccupant que pour 8% des allemands, devant le logement et la situation économique du pays (6%). La criminalité ne préoccupe que 5% d’entre eux. L’immigration est problématique dans les mêmes proportions qu’en France (3%) et la peur de la menace terroriste y est double par rapport au voisin occidental (2%)…

Il n’y a guère qu’en Turquie – est-ce l’Europe, l’avenir nous le dira ? – que la menace terroriste (Kurde ?) (23%) est prise très au sérieux par les sondés de l’Eurobaromètre. Il est vrai loin derrière le chômage (41%) et de peu devant l’inflation (22%). 

Heureux toutefois nos amis turcs qui ne se font du mauvais sang au sujet de la pression fiscale que pour 6%, recordmen européens de l’optimisme qu’ils sont à ce chapitre après les monténégrins (3%) les serbes (4%) et les bulgares (5%). 

D’apparents paradis fiscaux peu critiqués jusqu’à présent par les tenants d’une haute pression fiscale et les distinguées instances économiques internationales….

Quoi qu’il en soit, nos élites européennes devraient être plus prudentes dans le maniement propagandiste des menaces déflationniste et terroriste. Au risque d’être taxées d’avoir complètement perdu la boussole…          

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie International
Sur le même sujet
Small deflation 0 Au secours, v’là la déflation ! 0
23 avril 2014 Depuis octobre 2008, la finance s’est goinfrée comme jamais. Comme l’économie réelle agonise, ell...
Small bce draghi De l’eau dans le gaz à la BCE ? 0
14 décembre 2014 Comme partout ailleurs, l’assouplissement quantitatif à la sauce BCE n’a pratiquement eu aucun ef...
Small bak15janqebcel BCE : les cinglés ont pris le contrôle de l'asile 0
29 janvier 2015 C'est donc le 22 janvier que le grand timonier de la BCE, Super-Mario Draghi a annoncé la nouvell...
Annus Horribilis 0
2 janvier 2009 Les superlatifs manquent pour évoquer l’année 2008. Afin d’en prendre la mesure, souvenons-nous s...
Small lagarde Quand Lagarde admet une gaffe 0
16 juin 2014 Une fois n’est pas coutume, la Reine Christine, patronne distinguée du FMI l’a joué sobre le 8 ju...