Ch
Logo

Viol de Steubenville : l'intendant du lycée démissionne de ses fonctions

Publié par G Groupe X Bakchich

Cette sombre affaire d'agression sexuelle sur mineure avait sensibilisé l’Amérique aux agressions sexuelles sur les campus

Dans l'indifférence quasi générale, Michael McVey a démissionné de ses fonctions. Le super intendant en charge des écoles de Steubenville, ville de l'Ohio qui avait défrayé la chronique en Août 2012, a accepté de démissionner pour échapper aux poursuites judiciaires. Ce fait divers avait amorcé une véritable prise de conscience aux USA quant à la culture du viol, et l'augmentation considérable des agressions sexuelles sur les campus Américains.  Rappel des faits : Dans la nuit du 11 Août 2012, une lycéenne ivre et inconsciente était agressée par deux membres de l’équipe de football du lycée de Steubenville, devant de nombreux témoins. Transportée dans différentes fêtes, la victime mineure subira plusieurs agressions sexuelles, filmées et diffusées sur les réseaux sociaux par divers témoins. Évanouie, elle sera pénétrée par voie digitale à plusieurs reprises, un viol au regard de la loi en vigueur dans l'Ohio. Fin 2012, les Anonymous s'emparent de l'affaire, et menacent de leaker des videos et photos qui impliquent de nombreux autres agresseurs.

 L’ère du slut shaming

Ce triste épisode marquera le début du vaste débat sur la rape culture, question remarquablement abordée un an auparavant par Tom Wolfe dans son roman précurseur, I am Charlotte Simmons. Son héroïne éponyme, une brillante hillbilly, surdouée de l'Amérique rurale complexée qui peine à trouver sa place parmi les pourris gâtés de l'Ivy league, l'apprendra à ses dépends. La timide Charlotte perdra sa virginité au terme d'un rapport sexuel alcoolisé et non consenti avec Hoyt Thorpe, archétype du beau gosse populaire, leader de l'une des fraternités les plus en vue du campus. Publié en 2011, le roman prophétique annonçait l'ère du slut shaming, courant machiste consistant à culpabiliser les victimes de viols tantôt trop sexy, trop provocantes, ou trop alcoolisées, sur le thème du « elles l'ont bien cherché »

Le 17 Mars 2013, le juge pour mineurs Thomas Lipps condamnait respectivement les deux adolescents Ma'lik Richmond and Trent Mays, coupables d'avoir pénétré digitalement la mineure, et d'avoir diffusé du contenu pornographique infantile la concernant. Richmond écopera  d'un an minimum de détention, et Trent Mays de deux ans minimum. Richmond  a depuis été libéré en Janvier 2014.

Mais le cas Steubenville a mis à jour la sombre réalité du personnel scolaire Américain, prêt à tout pour protéger ses éléments les plus prometteurs, en particulier ses athlètes : il a depuis été établi qu'une bonne partie du corps enseignant du lycée de Steubenville a tenté par tous les moyens de couvrir ses deux sportifs délinquants sexuels à l'époque des faits.

Certains SMS de Reno Saccoccia, l'un des coachs sportifs du lycée, ont prouvé que ce dernier, dans une tentative désespérée pour protéger ses deux poulains, n'avait pas signalé le viol. Idem pour les 5 autres adultes du personnel enseignant, mis en accusation par un Grand jury spécialement constitué.

Parmi eux, Michael Mc Vey. En Novembre 2013, le superintendent de 51 ans, principal administrateur du lycée de Steubenville, avait été inculpé pour falsification de preuves, et obstruction à la justice. Il aurait détruit des emails incriminants pour ses deux élèves, aurait effacé des données détaillant le viol sur des disques durs, et aurait même crée de fausses adresses email, tout en ordonnant à l'ensemble de son staff de faire de même.

A l'approche de son procès, qui devait débuter le Lundi 19 Janvier prochain, l'homme a accepté de démissionner sur le champ, afin d’échapper aux poursuites. En congé payés depuis son inculpation, Mc Vey plaidait non coupable. Un porte parole de l'avocat général de l'Ohio a précisé que dernier serait définitivement banni du district scolaire de Steubenville, et que tout contact avec un autre protagoniste impliqué dans l'affaire lui était formellement interdit. Une bien maigre sentence au regard des faits qui lui sont reprochés, et qui laisse présager du pire quant au fléau des viols sur les campus. Le site féministe Jezebel publiait le 9 Janvier dernier un article qui fait froid dans le dos : selon un récent sondage réalisé sur des étudiants Américains, un jeune homme sur trois serait enclin à utiliser la force physique en vue d'un rapport sexuel, si cet acte était sans conséquences .

Mots-clefs : , , ,

Publié dans la catégorie International
Sur le même sujet
Small jpg victor hugo 0 Viols au lycée français de Marrakech : la grande omerta 0
8 septembre 2009 « Le lycée Victor Hugo est le reflet de l’ambition française à Marrakech (…). Fier de ses princip...
Small jpg dissidence ump bar Voir la tour Eiffel et quitter le PC chinois 0
6 avril 2010 "Bonjour, vous venez du Sud de la Chine ? Du Nord ?" L’homme s’écarte, presse le pas. Mme Sing, 7...
Small jjifihff La Poste: nouvel avis de souffrance 0
15 octobre 2013 L'entreprise et plusieurs de ses dirigeants sont cités à comparaître par une ex-salariée, pour «h...
Small bak15avrilsifflel Bourreau des cœurs 0
17 avril 2015 Elle a enflammé les réseaux sociaux, Sophie de Menthon. Présidente du mouvement ETHIC et membre d...
Small jpg bakmaiobamabaker 0 L'Amérique guette l'Obamagate 0
7 mai 2010 Un spectre hante la Maison Blanche de Barack Obama, le spectre de Monica Lewinsky. Le week-end de...