Ch
Logo

Un journaliste macédonien menacé de mort

Publié par G Groupe X Bakchich

La Macédoine, candidate à l'entrée dans l'Union Européenne, 117e au classement de la liberté de la presse (Reporters Sans Frontières), n'est vraiment pas « charlie ». Hier, Borjan Jovanovski, journaliste estimé pour son indépendance, a reçu à son domicile une couronne mortuaire portant le message « Dernier au revoir ». Un « acte grave d'intimidation » dénoncé par la Fédération Européenne des Journalistes.

Le journaliste macédonien a reçu un bien étrange colis : une couronne mortuaire que sa femme montre sur les réseaux sociaux. (Photo DR)

C'est à son domicile, à Skopje en Macédoine, que Borjan Jovanovski a reçu une énième menace à son encontre. Outre les mails ou commentaires qu'il reçoit régulièrement sur sa page Facebook, l'intimidation est passée à un niveau supérieur hier. Alors qu'il est en voyage professionnel à Bruxelles, sa femme et ses enfants reçoivent la visite d'un inconnu. Dans les bras du jeune homme, une couronne mortuaire avec un message sans aucune ambiguïté : « Dernier au revoir ». Il ajoute que la livraison est faite au nom de Todor Aleksandrov, un héros controversé en Macédoine, célébré par le parti au pouvoir, le VMRO DPMNE. Celui-ci a condamné la menace et assure être étranger à cette affaire. « C'est cette référence à Todor Aleksandrov qui nous fait dire que c'est une affaire politique et c'est la conséquence de dix ans de menaces qui visent les journalistes indépendants. Une chasse aux sorcières. Après, est-ce l'acte d'un activiste ou un ordre du gouvernement macédonien ? On ne sait pas », nous confie Tanja Milevska, la nièce de Borjan Jovanovski, elle aussi journaliste indépendante. Installée à Bruxelles, membre du conseil de direction de l'Association belge des Journalistes professionnels, elle rapporte régulièrement les atteintes à la liberté de la presse dans son pays, notamment sur la plateforme de protection des journalistes du Conseil de l'Europe. La police, elle, s'est rendue chez Borjan Jovanovski, sans laisser de copie du PV. Une méthode classique : sans PV, pas de procédure.

Borjan Jovanovski est un journaliste connu et reconnu en Macédoine. Il a longtemps travaillé pour l'une des plus anciennes chaînes de télévision privées A1 TV, fermée en 2011. Suite à une affaire d'évasion fiscale, le propriétaire Velija Ramkovski a été envoyé en prison. « Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas cherché à récupérer l'argent ? Pourquoi n' a-y-t-il pas eu d'amendes ? Le but, c'était simplement de fermer A1 TV », dénonce Tanja Milevska. Les médias traditionnels étant sous contrôles étatiques, Borjan Jovanovski a donc dû trouver le moyen de continuer à faire son métier, très critique envers le gouvernement actuel, en créant son propre média sur le web : novatv.mk.

Les journalistes mis sur écoute

Il est loin d'être le seul à devoir faire face aux pressions. En mars dernier, Reporters Sans Frontières condamnait la mise sur écoute d'une centaine de journalistes macédoniens : "Lors d’une conférence de presse mercredi 25 février, le chef de l’opposition Zoran Zaev, a rendu public six enregistrements audio, dans le but de démontrer l’étendue de l’influence gouvernementale sur les médias. Selon lui, les personnes mises sur écoute sont à la fois des éditeurs de médias pro-gouvernementaux et des journalistiques critiques, comme l’ancien rédacteur en chef du magazine Fokus, Nikola Mladenov, aujourd’hui décédé."

L'intimidation vient aussi parfois de la profession elle-même. Dans son talk show, le présentateur Milenko Nedelkovski a ainsi demandé que « les traîtres » tels que Borjan Jovanoski « soient envoyés au cimetière ». Comme le précise Tanja Milevska, « le Premier Ministre est un invité régulier de son émission. Le parti au pouvoir a créé une atmosphère de haine envers les journalistes indépendants qu'ils qualifient de "traîtres" et d' "espions étrangers". Aucun de ces discours n'a été politiquement condamné et n'a fait l'objet d'aucune procédure légale. »

Ricardo Gutierrez est secrétaire général de la Fédération Européenne des Journalistes : « Comme l'Azerbaïdjan, c'est un point noir de la presse en Europe. Nous dénonçons ce cas grave auprès du Conseil de l'Europe dont le pays fait partie. C'est le moyen le plus efficace pour faire pression sur le gouvernement macédonien. »

Sur Twitter et surtout sur Facebook, la photo de la femme de Borjan Jovanovski tenant la couronne mortuaire se propage et les réactions de soutien se multiplient. Les journalistes macédoniens se sont rassemblés aujourd'hui 22 avril 2015 à midi devant le gouvernement « pour renvoyer la couronne funéraire à leur expéditeur ».

Mots-clefs : , , ,

Publié dans la catégorie International
Sur le même sujet
L’œuf mimosa n'est plus à la carte 0
28 juin 2008 Pendant longtemps, l’œuf mimosa fut le soleil des hors d’œuvres populaires. Sur la table du diman...
Small bakmai13islandel Islande : un doigt d’honneur officiel à l’Union Européenne 0
29 mai 2013 Le gouvernement islandais sorti des urnes le 27 avril et formé le 23 mai décide de retirer sa can...
Ironie d'une conférence avortée 0
20 février 2007 Ironie du sort, c’est le lendemain de la visite à Paris du Ministre d’État et Ministre des Affair...
Small jpg hautedef 0 Les petites menaces du Président croate 0
17 juillet 2008 Le 3 juin dernier, Mmes Crussard et Boudot, huissiers de justice à Paris, ont cliqué sur le site ...
Small menard Ménard : Après les fiches, l'affiche! 0
27 septembre 2015 La photo s’est affichée à la Une des 40 000 exemplaires du numéro 15 du « journal municipal d...