Ch
Logo

Un appel à soutenir la Grèce, pour la vérité

Publié par G Groupe X Bakchich

Depuis l'arrivée de Syriza au pouvoir, un vent de révolte souffle sur la dette grecque : on rêve même de son annulation ! Mais face à la Troïka, les arguments doivent être solides et irréfutables, chiffres et documents à l'appui, pour en finir avec les joutes verbales. C'est dans ce but que la Commission pour la Vérité sur la Dette a été créée et qu'un appel au soutien international a été lancé début avril sur le site greekdebttruthcommission.org.

Depuis la crise de 2008, le combo « Grèce-Dette-Austérité » semble gravé dans la pierre, impossible à résoudre. Une sorte d'état de fait contre lequel il n'y aurait rien d'autre à faire que d'attendre la fameuse « relance économique » promise par la très concernée Troïka, composée de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international. Pourtant, selon l'avis de nombreux spécialistes, le trio de choc aurait des parts de responsabilité dans l'aggravation de la situation économique du pays. Comment le prouver ? C'est ce que tentera de faire la Commission pour la Vérité sur la Dette, créée à l'initiative de la Présidente du Parlement hellénique, Zoé Konstantopoulou, en enquêtant sur les origines de la dette publique, sa légitimité et sa légalité, avec un audit intégral depuis les années 1990 jusqu'à aujourd'hui. Quelles sont les causes profondes de la dette ? Comment a été dépensé l'argent prêté ? Avec quels mandats ? Les mesures d'austérité imposées étaient-elles légales ? Qui a réellement profité de l'endettement du pays ? Et bien plus encore…

Un premier rapport intermédiaire pour juin 2015.

Indépendante, dirigée par Eric Toussaint du CADTM (1), la Commission pour la Vérité sur la Dette doit rendre un premier rapport intermédiaire le 18 juin. Un travail difficile, mené par trente personnes, toutes bénévoles, dont la moitié est étrangère. Tous doivent faire face à deux problèmes majeurs : une administration étatique réduite, ralentissant fortement les procédures, et qui peut s'opposer à l'accès à certains documents, et le manque de moyens. La Commission a ainsi du mal à fournir un secrétariat… Le logement, la nourriture et le transport sont payés par le Parlement grec, uniquement pour les trente membres de la Commission, toutes les autres dépenses étant à leur charge. Certains ont pris des congés pour y participer, d'autres ont pu être « libérés » par leur travail. Parmi eux, deux Français : Patrick Saurin, docteur en histoire et employé de banque, auteur d'un livre sur les emprunts toxiques et Michel Husson, économiste à l'Institut français pour la recherche économique et sociale (IRES).

L'appel international, espoir de contagion.

Catherine Samary fait partie des 300 premiers signataires de l' « Appel à soutenir la Grèce et la Commission pour la Vérité sur la Dette ». Economiste française, engagée de gauche, elle travaille depuis longtemps sur des orientations alternatives pour l'économie. « Au niveau du droit, il s'agit de vérifier si toutes les actions étaient bien légales. Quant à la notion d'illégitimité, c'est une question plus conflictuelle et politique, qui interroge l'éthique et la morale : choisit-on la protection des intérêts privés à la défense de la société grecque ? Chacun a son avis là-dessus et chaque économiste a sa propre analyse. Il n'existe pas de consensus entre les experts, il est donc important d'avoir des contre-expertises, un contre-pouvoir qui permet le jeu démocratique. Le but de cet audit est bien de sortir de son opinion privée. » Autre signataire de la première heure, Olivier Besancenot (NPA), qui y voit l'opportunité de se munir d'« un outil pour démasquer les vrais responsables de la crise, pour relancer la résistance populaire ».

En plus de l'appel, une campagne de solidarité avec le peuple grec et une semaine de mobilisation européenne entre les 20 et 27 juin sont aussi prévues avec des manifestations à Berlin, Madrid, Paris… « Il nous faut expliquer, expliquer encore et rendre visible, à celles et ceux, par-delà leurs différences d'approches, qui partagent la volonté de rendre illégitime l'austérité et tous ses outils, ajoute-t-il. Parce qu'avec la crise, vécue plus ou moins intensément en Europe, la propagande des puissants marche trop bien, rendant le peuple grec responsable de son sort, ou visant à faire croire que nous ne pouvons rien faire à notre niveau. »

Avec plus 6 000 signatures aujourd'hui, dont le réalisateur Ken Loach ou le philosophe Noam Chomsky, son rédacteur Yorgos Mitralias, membre du Comité grec contre la dette et du réseau international pour l'annulation de la dette du Tiers-monde (CADTM), espère dépasser les frontières grecques : « La Commission pour la Vérité attire la sympathie des uns et la haine des autres parce qu'elle revendique en actes un droit élémentaire qui est en train de se faire piétiner ou même de disparaître : le droit à la transparence et celui de jouir des libertés démocratiques. Prenant l'initiative d'examiner à fond la légitimité de la dette publique de son pays, elle risque de donner le bon exemple, de faire des émules et c'est exactement ce qui fait peur ! »

En France, une première étape a été franchie avec la création d'une commission parlementaire d'enquête appelée sobrement « Mission d'information et d'évaluation » par la Commission des Finances de l'Assemblée nationale. Cette décision a été prise suite au rapport du député PCF Nicolas Sansu sur la dette publique rendu le 22 avril dernier. Cette mission d'information sur la transparence des créanciers de l'Etat débutera en 2016. Limitée dans le temps, elle donnera lieu à un rapport qui pourra, éventuellement, ouvrir le débat à l'Assemblée nationale. L'ampleur de l'investigation restera néanmoins conditionnée par la volonté de ses membres et Nicolas Sansu d'espérer, dans son communiqué sur le site du CADTM, « que son travail et ses résultats ne soient pas confidentiels et que l'audit soit, comme en Grèce, un audit intégral ».

(1) Comité pour l'annulation de la dette du Tiers Monde

Mots-clefs : , , , , , , ,

Publié dans la catégorie International
Sur le même sujet
Small bak15marsgre cel Les grecs doivent-ils haïr la France et l'Allemagne ? 0
11 mars 2015 Ils s'appellent Matthias Mors et Klaus Masuch. Ils sont allemands et respectivement chefs de miss...
Small gr ce vautour L’austérité : un remède qui tue 0
18 juin 2015 Autrefois connus sous le dénominatif de « Troïka », puis sous celui d’« institutions », ce so...
Small manolis glezosyannlevy 0 Grèce: «L'Europe porte une lourde responsabilité dans le naufrage» 0
17 février 2012 Rencontre avec Manolis Glezos, figure de la gauche  radicale grecque. Héros de la Résistance (c’...
Small jpg grece oliv Le pays de Zeus fera-t-il trembler l’Europe ? 0
27 avril 2010 Vendredi 23 avril, le soleil irradie la capitale hellénique de ses rayons. Mais le cœur des Grecs...
Small grece 1ermai 0 Les ombres du 1er mai grec 0
4 mai 2012 Montée de l'extrême droite, paupérisation, austérité. 5 jours avant les législatives, le peuple g...