Ch
Logo

Période noire pour le 115

Publié par G Groupe X Bakchich

Les maraudes et les centres d’hébergement du 115. Vous connaissez sans doute… La plate-forme de régulation, peut-être moins.

Louise, Fatia ou Claire. Diplômées de socio, philo ou psycho. Toutes payées 1300 euros bruts environ. Ces jeunes femmes de l’ombre sont « écoutantes » au 115. Un numéro vert d’utilité publique au service des démunis, géré à Paris par le Samu Social de Paris. Les « écoutants » attribuent des places ou orientent les appels vers d’autres services sociaux.

L’oreille crispée sur le combiné toute la journée, les jeunes écoutants en viennent aujourd’hui à regretter la période hivernale. Avec la fin du froid, les politiciens ne font plus de promesses, les journalistes se démobilisent, et l’opinion publique oublie les SDF.

Faute de subvention, beaucoup de centres d’hébergement ferment leurs portes et le nombre de lits à attribuer diminue. Il faut alors choisir entre tel ou tel. Casse-tête. Il faut ensuite décider de laisser un tel dans la rue. Crève-coeur.

Pour soulager la conscience des écoutants, le 115 s’est doté d’outils informatiques qui offrent un suivi de chaque personne. Quelqu’un qui s’est vu refuser un lit précédemment deviendra prioritaire pour la nuit à venir. Cet outil permet aussi de savoir secondes après secondes combien de lits restent disponibles. Les coordinatrices du 115 tentent donc toute la sainte journée de grignoter des places supplémentaires auprès de l’Armée du salut, d’Emmaüs, du secours catholique, du secours populaire ou de la ville de Paris…

A lire ou relire sur Bakchich.info :

Xavier Emmanuelli : « L’idéal du "zéro SDF" n’est pas réalisable dans notre société » (SDF I) Bakchich débute une série de papiers consacrés aux SDF (337 morts cette année contre 200 en 2007). Pourfendeur des idées reçues, Xavier Emmanuelli ne croit pas aux solutions éloignées du terrain. Bienvenue aux « gentils » messieurs-dames du Samu social (SDF II) « La maraude » est ce moment inespéré où les bénévoles viennent, à pieds ou en camionnette, à la rencontre des sans abris. Portraits ! Sans-abris un jour, sans-abris toujours (SDF, III) Le sort des Sdf fait penser aux « perroquets », ces portes tournantes dans les grands hôtels dont on n’échappe jamais. Une fois coincés dans le circuit de l’hébergement, les sans-abris s’installent dans (…) Chaque soir à Paris, des sans-abris restent sur le carreau (Episode IV) Le gouvernement multiplie les déclarations sur la nécessité pour les centres d’hébergement de ne refuser personne. Chaque soir pourtant, quelques dizaines de sans-abris ne trouvent pas de toit. (…) Les sans-abris, nouvelle clientèle de l’ex Sonacotra (SDF épisode V) Plus connue à Kaboul sous le nom de « Centre Zinédine Zidane », qu’à Paris, où elle est invisible au citoyen lambda, « La Boulangerie » accueille chaque soir tout au long de l’année 286 personnes. Angoulême se débarrasse de ses pauvres Un arrêté anti-pauvres réglemente la présence des « SDF » dans les rues du centre-ville d’Angoulême.

Mots-clefs : , , , , , , ,

Publié dans la catégorie Médias
Sur le même sujet
Small jpg eeee Le coup de crayon de Xavier Emmanuelli 0
7 juin 2009 Xavier Emmanuelli cumule les fonctions ! Le président du Haut comité pour le logement des personn...
Small jpg bakchat Xavier Emmanuelli invité du Bakchat 0
6 mai 2009 Xavier Emmanuelli, président du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées, fondateu...
Les sans-abris ne laissent pas sans voix 0
4 janvier 2009 Faut-il donner raison à Jakback qui, les doigts gelés, pointe le côté marronnier de notre série s...
Small jpg image 3 Hommage aux SDF morts dans la rue 0
10 juin 2010 En seulement six mois, ils sont 247 à avoir succombé au froid, à la maladie, à l’alcool, aux meur...
Small jpg emmanuelli 0 Xavier Emmanuelli : «Créer du lien social sur la durée» 0
12 août 2009 Bakchich : Bonsoir à toutes et à tous, nous avons le plaisir d’accueillir Xavier Emmanuelli, l’ac...