Ch
Logo

LANDOLFI

Publié par G Groupe X Bakchich

Il y a dans le monde des tas de gens qui vouent à Landolfi une vénération inexplicable. Et pour cause : on n’est même pas sûr qu’il s’appelle Landolfi, puisque selon les régions, les tiares et les turbans, on lui donne des noms différents, et on lui prête des aventures toujours extravagantes, mais différentes, elles aussi.

Un vrai caméléon. Le Landolfi de la Mecque n’est pas vraiment le Landolfi de Rome, mais ça n’a pas d’importance pour ceux qui ont vu Landolfi. Le problème, c’est que ceux qui ont vu Landolfi n’ont qu’une chose en tête : emmerder ceux qui ne l’ont jamais vu, et pensent même qu’il n’existe pas.

TURBAN LEGEND

Il y a quelques années, gros bordel : des journalistes scandinaves (donc, pas forcément les plus délirants, relisez Kierkegaard) avaient fait des caricatures de Landolfi.

On y voyait en particulier un Landolfi à turban qui planquait une bombe dans son turban, pour une fois qu’un turban sert à quelque chose depuis Simone de Beauvoir. Le turban, c’est comme un béret basque, sauf que c’est plus compliqué et on n’en voit pas beaucoup aux fêtes de Bayonne, enfin, je veux dire que si vous dessinez un béret basque avec une grenade dedans, on voit tout de suite que vous ne ciblez pas les basques en général, mais juste les basques terroristes, ok ?

Eh bien là, des ahuris qui ont vu Landolfi ont pensé que c’était pour dire que Landolfi, fait chier, on aimerait bien garder nos Word Trade Centers en état de marche et se taper le condor passe par des péruviens musicaux au métro Saint-Michel sans finir en hamburger, alors ils ont foutu le souk, pardon, le marché couvert sur toute la planète.

La caricature de l’exploit

Selon eux, c’était bordille (expression marseillaise signifiant : border line) d’avoir osé caricaturer Landolfi.

Alors que c’était un exploit : faire la caricature de quelqu’un qui n’existe pas, c’est Michel-Ange sculptant Moïse, pas Plantu croquant Sarko, on peut vérifier s’il est bon ou pas bon, Plantu, en comparant à l’original, mais pour Landolfi, chapeau, ou plutôt, turban : tout le monde l’a reconnu, un génie du crayon, le gars. Et en plus, pour ceux qui croient que Landolfi existe, leur credo c’est qu’il n’a pas d’image, on ne sait même pas s’il a un nez, des moustaches, un profil à la Picasso ou la tronche de E.T., allez faire des petits mickeys dans ces conditions et, franchement, quand on aime la vie, est-ce qu’on peut vivre sans petits mickeys ? Non, décidément, vous qui nous lisez vous ne pouvez pas imaginer le talent qu’ont nos dessinateurs, y en a même qui sont caps de faire Carla Bruni en pédalo et DSK en lapin, et on les reconnaît !

LANDOLFI RECONNAITRA LES SIENS

Les adorateurs de Landolfi lui prêtent toutes les vertus : selon eux, il aurait fait l’homme, la femme et les clous de girofle, trois choses compliquées, dont le pur hasard ne saurait expliquer la venue au monde. L’homme s’est bien vengé de s’être fait coller une gonzesse dans les pattes qui lui rappelle de mettre les patins quand il rentre bourré de PSG - Quimper : pour punir Landolfi, il a chopé son gnard, un chômeur toujours à traîner avec ses potes et à multiplier les pains dans les embrouilles de sortie de boîte, le genre hippie en pampers et sandalettes, et il l’a crucifié avec des clous pas de girofle.

Ça, c’est chez nous, c’est la tribu du Landolfi des Pyrénées, celui avec les longs poils, qui fait partir les ours et planque sa meuf dans une grotte miraculeuse. Mais chez nous, le blasphème n’est pas un délit, dieu merci, on peut même traiter un évêque de pédophile ou ricaner du pape qui fout sa capote à l’index.

 - JPG - 67.3 ko

Ailleurs, c’est moins sexy et plus compliqué : l’autre Landolfi qui a fait son chemin, il s’est baladé dans le désert avec sa brochette d’épouses de neuf ans et plus, non, là, je me plante, ce n’est même pas Landolfi, c’est son prophète, il a pris sous la dictée la liste des commissions, c’est tout, faut pas charrier, mince alors, les caricatures du Landolfi à turban, c’est même pas Landolfi, c’est peut-être un intérimaire, et le bouquin s’est bien vendu, en tout cas, même s’il a pas eu le Goncourt, le Goncourt, c’est pas vingt rouleaux de virgules à lire de droite à gauche, c’est la blanche de Gallimard ou la jaune de Grasset les années paires. Quoi qu’il en soit, d’ici ou d’ailleurs, les fils spirituels de Landolfi ont la passion de la page écrite : ils sont monothéistes, comme l’étaient Hitler, Mussolini et le regretté Kadhafi, qui risquaient pas de partager le divan avec le premier con venu, et ils ont la religion du Livre (je mets une majuscule pour qu’on confonde pas avec le Salon).

VITE FAIT, AUTODAFE

Voilà pourquoi ça peut pas être eux qui ont foutu le feu à Charlie Hebdo  : quand on a la religion du livre, on respecte les journaux, cela va de soi. En tout cas, c’est la moindre des choses, et on ne s’attaque pas à un hebdomadaire sinistré qui a tant souffert du départ de Philippe Val, dit « la vraie nature de Bernadette Chirac », futur chômeur quand Sarko sera redevenu ministre des couches-culottes.

Poil qui dépasse

Val n’existe plus, Landolfi n’existe pas, le fils de Landolfi vit à Rome avec son berger allemand, le secrétaire de Landolfi est en vacances en Libye, comment voulez-vous que les landolfistes à turban aient fait le coup ? Et avec des cocktails molotov, comme si c’était leur genre, eux qui se vantent de ne pas pochtronner, les cocktails molotov, ça se fait dans des litres étoilés façon Vieux Papes, pas dans des boites de Coca light ! D’ailleurs, les instances gauloises du clergé landolfiste à turban ont dit que c’était un incident regrettable, ah les braves gens, y en a qui ont bon coeur sous le turban, j’en ai même entendu un prêcheur dire que c’était peut-être à cause d’un ou deux dessins « mal interprétés », bref, des trucs provocants, il n’y a rien de plus provocable que Landolfi and Co, tu leur dit « t’as un poil qui dépasse », ils croient que tu te fous de leur barbe, tu insinues qu’ils ont semé des charniers sur trois continents, ils prennent la mouche, tu peux même plus leur serrer la main si tu as mangé du fromage de tête, de vrais délicats.

Ramadan : ça jeûne et ça ne sait pas 

Mais de l’autre côté, chez Charlie, c’est pas des saints, et c’est pour cela qu’on les aime : s’ils avaient pas déjà fait le coup historique du «  Bal tragique à Colombey : un mort  », ils seraient presque foutus d’écrire « Le Golgotha, vous pouvez faire une croix dessus ! » ou «  Ramadan : ça jeûne et ça ne sait pas ». Ils ont même un collaborateur allemand qui a écrit «  Landolfi est mort  », aux dernières nouvelles, ce qui est un gros mensonge, puisque Landolfi n’existe pas. Car si Landolfi existait, il serait parfait ; donc il n’aurait fabriqué que des trucs parfaits ; donc, sûrement pas Charlie Hebdo  ; or Charlie Hebdo existe ; donc, Landolfi n’existe pas. Et voili, et voilà.

FEU LA LIBERTE ?

Le résultat, c’est que même Claude Guéant trouve qu’avoir allumé Charlie, c’est moche. A quand une homélie de David Douillet ? Pour arriver à un tel résultat, il faut vraiment avoir du yaourt sous le turban. Mais celles et ceux qui, sur ce coup, lancent leur touchant couplet d’attachement à la liberté de la presse ont-ils une exacte conscience du problème ? Ce n’est pas la liberté de la presse qui est en jeu. C’est la LIBERTE. Et je l’écris en majuscules, pour que tous les myopes de l’intellect, supporters de Landolfi, avec tiare, avec turban, cathos, parpaillots, musulmans, bouddhistes, adventices de la dernière demie heure, mormons, shintoïstes, sectaires et associés, tous, ils apprennent une fois pour toute qu’en proportion, la liberté de la presse, c’est dix centimes de la LIBERTE de pensée, et que la LIBERTE tout court, en comparaison, c’est la dette grecque : on va pas s’en débarrasser comme ça !

A lire ou relire sur Bakchich.info

Apple désespère Charlie-Hebdo Depuis que Steve Jobs est parti en guerre contre le porno, les journaux qui osent montrer du grivois se heurtent les uns après les autres à leur développement sur la tablette tactile iPad. Caricature de la liberté d’expression Le couperet est tombé mardi : les journalistes jordaniens Jihad Momani et Hicham Al-Khalidi ont écopé de deux mois ferme de prison pour « atteinte au sentiment religieux ». Leur crime : avoir reproduit les caricatures de Mahomet parues en septembre (…) Le Maroc n’aime pas les mises à nu du roi L’affaire des caricatures de Mahomet rebondit. Le héros en est Mohamed VI, dit « M6 ». N’est-il pas descendant du Prophète ? Retour sur « l’affaire » des caricatures L’affaire Siné cet été a fait beaucoup dans l’apparition de Val dans le paysage médiatique… jusqu’à l’amener aux portes de la présidence de France Inter.

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

Publié dans la catégorie Médias
Sur le même sujet
Small jpg sarkopascontent 0 Sarko n'aime plus "l'excès de caricature" 0
25 mai 2008 Nicolas Sarkozy devient raisonnable dans tous les chapitres de sa vie, j’allais dans un abus de l...
Small jpg khalid e4047 bbc6c Grappe de dates noires pour la presse marocaine 0
28 octobre 2009 A force de vouloir museler la presse indépendante, les autorités du royaume du Maroc ne savent pl...
Small charlie indiff rence CHARLIE : Y A UN TRUC QUI CLOCHE, NON ? 0
18 janvier 2015 Quelques mots après ces semaines historiques, dramatiques, et cette belle marche. En rentr...
Small jean michel renault FN, Mahomet et liberté d’expression : Suites 0
28 juin 2015 Le dessin objet de la convocation du dessinateur devant le TGI de Boulogne-sur-Mer. © Jean-Michel...
Small jean michel renault FN, Mahomet et liberté d’expression : Suites 0
28 juin 2015 Le dessin objet de la convocation du dessinateur devant le TGI de Boulogne-sur-Mer. © Jean-Michel...