Ch
Logo

Yes, I Cannes : Zizi en feu et DSK

Publié par G Groupe X Bakchich

Où il est question d’un sexe en feu et de Dominique Strauss-Kahn, sans qu’il y ait vraiment de rapport entre les deux…

Deux jours de pluie. Métamorphosés en soiffards, les journalistes écument les fêtes, courent de la Plage Orange au Bar à vin Mouton-Cadet. Mais ils ne font pas que boire. Entre deux projos, les gratte-papiers publient des pronostics bidons sur la future Palme d’or et les journalistes TV font des interviews-promo, de la propagande à peine déguisée. Mais il y a pire que ces pseudo-critiques ciné. J’ai vu hier sur les chaînes d’infos quelque chose d’ahurissant. Suite au suicide d’un homme dans une école maternelle, des journalistes de M6, i>Télé ou Europe 1 interviewaient des enfants de cinq ans, leur demandant ce que ça fait de voir un mec se tirer une balle dans la tête. Ca mérite bien une carte de presse une telle saloperie…

Sous le soleil noir du Mexique

On reste dans la violence avec Heli du Mexicain radical Amat Escalante. Réalisateur de Sangre, il signait en 2009 Los Bastardos, odyssée de deux immigrés clandestins mexicains, qui, de boulots pourris en humiliations diverses, finissaient par décapiter une femme apeurée au shotgun. Pote de Carlos Reygadas, Escalante, 33 ans, est un croisement contre nature entre Michael Haneke et Sam Peckinpah, oui, c’est possible. Chez lui, la violence est crue, frontale, insoutenable. Avec Heli, Escalante poursuit sa description au scalpel de la société mexicaine. Ici, une famille va être confrontée à la violence d’un gang de flics ripoux. Cartels, drogue, flics barbares, enlèvements et la mort au bout de la route : pas de doute, nous sommes bien sous le soleil noir du Mexique. La violence est partout et entre deux plans-séquences en apesanteur, Escalante filme les corps avec une grâce absolue et une scène de torture (batte de baseball et sexe brûlé) devant des mômes, qui a vidé la moitié de la salle de projection. En conférence de presse, Escalante a déclaré : « Je pense que d'un point de vue moral, notre responsabilité consiste à montrer la violence telle qu'elle doit être, c'est-à-dire triste, sale. Montrer la violence pour la violence, ce n'est pas ce qui m'intéresse. Ce que j'ai souhaité, c'est plutôt trouver une sorte de fil conducteur qui permette de placer cette violence dans son contexte. » On ressort pantelant de cet un aller simple en enfer, K.O. debout, un peu comme à la fin de Kinatay de Billante Mendoza ou de Funny Games de Michael Haneke, encore lui. 

DSK, le retour

Pour finir, deux nouvelles du barnum cannois. Hier, JoeyStarr, le rebelle sans cause, faisait la promo d’une boisson énergisante sur un yacht. Et alors que tourne en boucle la bande-annonce du nouveau Ferrara avec Depardieu dans le rôle de Dominique Strauss-Kahn, on annonce que DSK, lui-même, en chair et en peignoir, sera sur la Croisette avec sa nouvelle fiancée le 25. Vive la société du spectacle !


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Bakchich !

   

 

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Publié dans la catégorie Médias
Sur le même sujet
Des privés américains forment l'armée mexicaine à torturer 0
15 juillet 2008 La militarisation de la guerre contre la drogue au Mexique menée avec le soutien actif des États-...
Small heli 0 Heli : Apocalypse Mexico 0
17 avril 2014 La descente aux enfers d’une famille mexicaine. Un western stratosphérique, Prix de la mise en sc...
Small jpg mexique 2 Mexique-USA, la stupéfiante guerre antidrogue 0
2 septembre 2010 Un charnier contenant 72 cadavres, dont ceux de 14 femmes, a été découvert le 24 août dans l’État...
Small jpg bakjuill11f f1 Opération Fast and Furious : un nouveau Watergate ? 0
2 août 2011 Que ceux qui détestent Vin Diesel, alias Dominic Toretto et ses bolides à la con lancés depuis 20...
Fast & Furious : l’enquête avance… 0
15 novembre 2011 Chacun sa croix. Celles de Sarkozy s’intitule frégates de Taiwan et surtout Karachigate. On ne sa...