Ch
Logo

Droits du foot, le Qatar rit

Publié par G Groupe X Bakchich

La guerre pour les droits du foot entre BeinSports et Canal a son vainqueur. Le PSG...

Le grand combat annoncé est passé. Aux premières semaines d'avril les parieurs, Cassandre, exégètes des médias ont déclamé leurs oracles, puisées aux sources des banques d'investissement, think tank et autres analystes. La lutte pour les droits télés du sport en France laissera un vaincu sur le pré, un mort sur le champ de bataille et plus rien ne serait comme avant. Pronostics qui assurent le buzz, à court terme, tels des sondages pré-électoraux. A l'instar des scrutins politiques, les diseurs de bonne aventure télévisuels en ont été pour leurs frais. Nul n'a été terrassé lors de l'armageddon annoncé. Entre BeiNsports, le nouveau groupe télévisuels financé par Al Jazeera, le network Qatari et Canal Plus, fleuron hégémonique de la télévision payante en France, le match s'est soldé sur un match presque nul. 30% d'augmentations des droits globaux sur la Ligue des Champions et les championnats de Ligue 1 et Ligue 2. Cantonné à 607 millions de recettes annuelles entre 2012 et 2016, la LFP pourra réparti dans deux ans entre le 20 clubs de Ligue 1 près de 726,5 millions d'euros. Loin des 900 millions espérés par le président de la Ligue Frédéric Thiriez, une rustine fort utile pour des clubs au modèle économique toujours plus dépendants des retransmissions télévisuelles.

Lire: Beinsports, le Qatar ivre du ballond rond

Signe des statégies des deux groupes en concurrence, la hausse des droits repose sur Canal Plus en Ligue 1, sur BeinSports en ligues des champions.

Pour rafler la Ligue 1, la chaîne cryptée a lourdement sorti le chéquier. 540 millions d'euros annuels pour les trois affiches d'un championnat à l'intérêt qui se limite à une luttre entre les nouveaux riches du PSG et de Monaco. Pour 120 millions d'euros de moins, elle pouvait diffuser les deux meilleures affiches. 

Schizophrénie

L'attribution a été assortie d'une clause, que Canal + renonce à ses actions en justice contre la LFP. Facilement acceptée au grand soulagement des instances et sous les sarcasmes de leurs rivaux de BeinSports. «Entre l'achat de la Ligue 1, de la Premier Ligue de la Formule 1, l'augmentation des droits du rugby, Canal a augmenté son portefeuille de droits télévisuels de près de 200 millions d'euros, calcule un ancien de la chaîne qatarie. Si on ramène cela à leur nombre d'abonnés effectifs, cela fait un surcout de 2,4 euros par mois et par abonnés. Après cela ils vont encore affirmer que c'est BeInsports qui n'a aucune rationnalité économique, n'a pas de modèle financier et est un puits sans fonds?»

L'onéreuse  victoire de Canal + affaiblit un peu la réthorique employée depuis des mois à l'encontre de leur rival, financée par le Qatar. Un rival aux poches pleines, au modèle économique inexistant, seulement un instrument d'influence pour l'émirat. Le discours n'a pas été que médiatique. Un recours devant le tribunal du commerce de Nanterre, a été déposé à l'été 2013. Canal demande 293 millions à son concurrent. Réponse le 18 juin. Mais l'issue de l'appels d'offres a presque clos le différend. Par l'absurde….

Lire: Une boîte noire nommé Qatar

« BeinSports a toujours eu un modèle économique, mais nous n'avons jamais voulu le dévoiler», concède un ancien dirigeant du groupe. Qui souligne avec malice qu'une grande partie des fonds investis dans les droits du foot, en ligue 1 ou en ligue des champions sont reversés au Paris Saint Germain…. Propriété de QSI, un fonds qatari, le club de la capitale, promet d'être le principal bénéficiaire de la hausse de droits télé. Le PSG a en effet été le club le plus diffusé par Canal Plus, que ce soit en championnat ou en Ligue des champions. Et les années qui viennent, au vu des stars qui pullulent dans l'effectif parisien, ne devrait pas inverser la tendance. D'où un étrange tableau qui se dessine, en même temps qu'une certain forme de schizophrénie pour la chaîne cryptée. Canal Plus va devoir cohabiter longtemps avec la chaine financée par le Qatar, BeInsports, tout en se battant pour diffuser le club de l'émir, le PSG, club qui assure les meilleurs audiences. Et abonder ainsi les finances de Doha… l'unique bailleur de son rival. Une équation idéale pour que le Qatar rit.

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie Médias
Sur le même sujet
Small foot fisc 2 Droits télé: avant le magot, les tribunaux 0
23 mars 2014 L'appels d'offre pour les droits du foot passe par la case justice le 24 mars. Salles des pas per...
Small qatar 0 Beinsport, le Qatar ivre du ballon rond 0
31 mai 2012 Lancées ce 1er juin, Bein 1 et 2 se veulent plus qu'une chaîne de sport, un symbole de l'offensiv...
Small bakmai13vallsqatarl 0 La Valls qatari du PSG 0
17 mai 2013 Grand innocent des «évènements» du Trocadéro, le Qatar, propriétaire du club parisien, se garde a...
Droits du foot: Canal encore débouté 0
1 avril 2014 Après le Tribunal de Grande instance de Paris, c'est la cour d'appel qui a refusé d'accéder à la ...
Small bakoct12psg1 0 Quand le PSG fraudait 0
11 octobre 2012 Sous l'ère Canal+, le club de la capitale s'était fait une spécialité dans le faux, l'usage de fa...