Ch
Logo

Need for Speed : entretien avec Scott Waugh

Publié par G Groupe X Bakchich

Série B old school, Need for Speed est un hommage vavavoum aux films de voitures des années 70. Rencontre avec son réalisateur, le cascadeur Scott Waugh.

J’ai rencontré William Friedkin à plusieurs occasions et…

Scott Waugh : Oh vous connaissez Billy ? Mon père (Fred, mort en 2012, cascadeur légendaire qui a travaillé sur Little big Man, La Tour infernale ou Heat, NDR) a beaucoup bossé avec lui.

Friedkin m’a déclaré que la poursuite de voitures était la quintessence de l’art cinématographique. Pas de blabla, pas de théâtre, du mouvement pur.

Scott Waugh : Et il s’y connaît ! Il a réalisé quelques unes des plus belles poursuites de l’histoire du 7e art. Ce que j’adore avec Billy, c’est qu’il fait ça pour de vrai, il met vraiment les acteurs dans les voitures. J’ai grandi avec ses films et c’est ce que j’ai voulu faire avec ma première mise en scène, Need for Speed, un film de poursuites à l’ancienne, sans image de synthèse. Un film comme French Connection, Bullitt, Point limite zéro, ou Cours après moi shérif ! J’adorais ces films parce que c’était réel, il n’y avait pas de trucage, pas de CGI. Je voulais revenir en arrière, à cette époque glorieuse du film de voitures. 

N’est-il pas un peu ironique de tourner l’adaptation d’un jeu vidéo sans image de synthèse ?

S.W. : Je ne pense pas. C’était juste la meilleure façon de rendre hommage au jeu, la façon la plus honnête de le faire : en live ! 

Vous avez travaillé comme cascadeur pour Michael Mann, Steven Spielberg ou Oliver Stone. Vous les observiez sur les tournages en pensant que vous seriez un jour réalisateur à votre tour ?

S.W. : J’ai toujours aimé raconter des histoires. J’ai grandi dans une famille de cascadeurs et j’ai passé mon enfance sur les plateaux. Pendant des années, j’étais à côté de génies de la mise en scène et j’ai étudié sans le savoir. Je les regardais régler un problème, gérer un plan, diriger un acteur, choisir un angle de caméra et pas un autre, raconter leurs histoires. C’était génial. C’est la meilleure éducation, la meilleure école dont vous puissiez rêver, sans avoir à payer en plus ! Je suis allé à la fac pour étudier le cinéma, mais j’ai vite arrêté. Avec les tournages de mon père, j’avais les meilleures profs du monde ! 

« Etre cascadeur, c’est être payé pour s’amuser »

Pendant combien de temps avez-vous été cascadeur.

S.W. : 25 ans. J’ai commencé à 12 ans et cela a été une vie géniale ! J’ai commencé à conduire à 14 ans. Mais un cascadeur, ce n’est pas seulement quelqu’un qui pilote des voitures. C’est les bagarres, tomber d’une fenêtre, s’enflammer et devenir une torche humaine…  Etre cascadeur, c’est être payé pour s’amuser. Vous savez, on faisait des cascades encore plus dingues à la maison… C’est ce que j’ai voulu retrouver avec Need for Speed. Faire en sorte que le public ressente l’adrénaline des poursuites, le speed quand on tourne des cascades, être dans le siège du pilote, qu’il conduise vraiment. 

Un mot sur Aaron Paul, le héros de Breaking Bad ?

S.W. : Quand j’ai vu ses essais pour le film, j’ai été époustouflé, j’avais mon nouveau Steve McQueen. J’espérais juste qu’il pourrait piloter comme Steve McQueen dans Bullitt. C’est mon coordinateur de cascades qui en parle le mieux. Il a déclaré : « Si ce gamin arrête de faire l’acteur, il pourra toujours être cascadeur. » Il s’est beaucoup entraîné, il est très talentueux. 

Quelle a été votre première voiture ?

S.W. : J’ai grandi dans une famille modeste et donc ma première caisse était une Honda Civic. 

Et maintenant ?

S.W. : J’ai des goûts classiques pour les voitures et je conduis un Chevrolet des années 70. 

Dans le film, un certain nombre de voitures assez fabuleuses sont détruites. C’étaient de vraies voitures ou des répliques ?

S.W. : Nous avons construit des répliques, pour améliorer la sécurité du cascadeur. Vous devez également savoir qu’une Lamborghini Elemento coûte plus de 2 millions de dollars. Il vaut mieux bousiller une réplique, même si elle coûte quand même 300 000 dollars… 

Vous avez effectué des cascades sur votre film. 

S.W. : Non, je reste sagement de l’autre côté de la caméra maintenant. Je laisse mes potes faire les cascades (il éclate de rires). 

Need for Speed de Scott Waugh avec Aaron Paul, Dominic Cooper Imogen Poots.

En salles depuis le 16 avril 2014

Mots-clefs : , , , , , ,

Publié dans la catégorie Médias
Sur le même sujet
Small voie rapide 0 Voie rapide: Rencontre avec Christophe Sahr 0
7 août 2012 Christophe Sahr a mis dix ans pour écrire, réaliser et sortir son premier long-métrage, Voie rapi...
Small jpg salt "Salt" : Angelina enlève le bas 0
25 août 2010 Dans "Salt", Angelina Jolie passe la moitié du film sans culotte ! Voilà, point final, c’est le s...
Small mi5 Mission : impossible Rogue Nation 0
12 août 2015 Dans la première séquence de Mission : Impossible – Rogue Nation, Tom Cruise s’accroche in extrem...
Small raid The Raid 2 : cinéma et barbarie 0
23 juillet 2014 - La suite de The Raid déboule sur les écrans. Tu dois adorer ?  - Non. - Tu avais déliré i...
Small jpg karottensticks Cabas culture (du 19 au 26 février) 0
19 février 2010 Prix du cabas : 42 euros (on triche de 2 euros) La liste des courses : un orchestre avec radis ...