Ch
Logo

Sin City 2: «Le scénario est une mauvaise idée »

Publié par G Groupe X Bakchich

Rencontre avec Frank Miller et Robert Rodriguez.

Bonne nouvelle, Frank Miller, le génie de la BD, est à Paris pour la promo de Sin City 2. Mauvaise nouvelle, Frank Miller, mon héros, semble miné par la maladie. Il flotte dans ses vêtements, n’a plus de sourcils, semble avoir des difficultés pour se déplacer… Néanmoins, il fait le show avec Robert Rodriguez lors d’une master class devant une horde de fans extatiques. Propos recueillis par Marc Godin

Vous pensiez que Sin City serait un jour adapté au cinéma ? 

Frank Miller : J'avais eu mon lot d’expériences malheureuses à Hollywood et je n'avais qu'une seule envie, me remettre à dessiner des comics. J'ai toujours voulu faire un polar noir et j'ai écrit Sin City pour que cela soit inadaptable à l'écran. Ce que je n'avais pas prévu, c'est que ce cinglé de Texan arrive et l’adapte pour le cinéma (Miller pointe du doigt Robert Rodriguez)

Robert Rodriguez : J'ai toujours adoré l'univers de Frank en général et de Sin City en particulier. Je savais qui si l’on réalisait une adaptation de Sin City sans prendre en compte l'univers visuel, ce serait une catastrophe. J'ai voulu transformer un film en BD. À la suite de mon expérience sur Spy Kids avec l'utilisation des fonds verts, je suis allé trouver Frank et je l'ai emmené dans mes studios Troublemaker à Austin pour lui montrer ce que cela pouvait donner. 

Frank Miller : Robert m'a téléphoné à deux reprises et j'ai dit non à chaque fois. Suite à mon second refus, Robert est venu me voir et m'a dit qu'avec des amis acteurs, il aimerait filmer une scène, à laquelle j'assisterais, et que l'on s'amuserait. Au pire, cela ferait un DVD sympa à montrer aux amis et à la famille. En voyant le résultat, j'ai dit à Robert que j’étais partant !

Est-ce que le fait que Robert Rodriguez vous propose d'être co-réalisateur a été un important ?

Frank Miller : Oui, je n’aurais peut-être pas accepté sans cela. Un auteur de BD reste devant sa table à dessin, enchaîne les pages mais on se sent parfois très seul. Ce qui a été une révélation pour moi, alors que j'étais sur un plateau avec un partenaire d'exception, est que j'étais capable de m'entendre avec les gens, que je pouvais travailler avec toute une équipe. Cela a été une expérience fabuleuse.

Comment vous répartissez-vous les tâches sur le plateau ? 

Frank Miller : Nous faisons tout ensemble et nous sommes parfaitement d'accord sur l'objectif à atteindre. Il nous arrive parfois de ne pas l'être sur la manière d’y arriver et d’en discuter avec véhémence. Le plus souvent, nous tournons alors deux prises, la sienne, la mienne. Ensuite, nous visionnons les rushs et nous choisissons la meilleure prise. Le problème, c’est que l'on ne se souvient plus qui l'a tournée !

Est-ce que Robert est plus fidèle à la BD que Frank ?

Robert Rodriguez: Effectivement, il arrive parfois qu'après avoir travaillé l'écriture, Frank enlève certains éléments que je remets derrière lui ! Parfois, il manquait des dialogues entre des personnages ou dans une scène, je vérifiais alors dans la BD et tout était là ! Il s’agit de conserver la pureté de l'original. La BD est tellement bien faite, pourquoi changer quoi que ce soit ?

«Mes attentes ont été dépassées»

Franck Miller

Y aura t-il un Sin City 3 ? 

Robert Rodriguez : Cela dépend de vous, si le public soutient le film. Nous serions emballés à l'idée de le faire.

Frank Miller : Quant à moi, je suis prêt, Robert ! Maintenant sortez de cette salle et allez voir ou revoir le film ! 

Est-ce que le résultat final sur Sin City 2 est conforme à vos attentes ? 

Frank Miller : Mes attentes ont été dépassées, surpassées. Sur le plateau, c’est un acte de création. On ne cesse d'échanger avec Robert et d'apporter quelque chose, c'est toujours complètement dingue, toujours vivant, avec plein de surprises. Une chose à laquelle je ne m'attendais pas, c’est la performance de Joseph Gordon-Levitt qui m'a poussé à réécrire entièrement son rôle. Avec les performances des uns et des autres, il fallait que j’écrive de meilleurs dialogues pour Mickey Rourke, Jessica Alba ou Eva Green. Le script n'était pas figé et je l’ai amélioré sur le tournage.

Y aura t-il une version longue ou des scènes inédites sur le Blu Ray ?

Robert Rodriguez : Il y a moins de scènes coupées dans le second film qui est plus court que le premier. Bien sûr, nous aurons un making of sur le Blu Ray avec les coulisses du tournage.

Comment avez-vous dirigé les acteurs pour qu'ils se rapprochent au maximum des personnages des comics ? 

Frank Miller : L'idée, c’est d'avantage de révéler les talents et la force des acteurs plutôt que de leur imposer un carcan particulier. Le scénario est une mauvaise idée, un outil primitif, en quelque sorte le dessin d'un architecte attardé qui limite l’acteur. 

Robert, allez-vous retravailler avec votre ami Quentin Tarantino ? 

Robert Rodriguez : En général, nous travaillons ensemble tous les dix ans. C'est donc à peu près le moment… Dernièrement, j'ai réalisé une émission The Director’s Chair (Dans le fauteuil d'un réalisateur) où j'interviewe quelques réalisateurs pas vraiment connus comme Francis Ford Coppola, John Carpenter, Guillermo Del Toro ou et normalement cela dure environ une heure. Avec Quentin, nous avons parlé cinq heures ! C’est une des meilleures choses que nous ayons faites ensemble. Nous avons évoqué une nouvelle collaboration, mais il n’y a rien de concret pour l'instant car il va réaliser son western. 

 

«Je ne me vois pas adapter une autre BD»              Robert Rodriguez

 

Une suite à Machete et Machete kills est-elle en préparation ? 

Robert Rodriguez : Danny Trejo m'a encore appelé hier soir, nous allons en discuter. Il m'appelle tout le temps. Je suis étonné qu'il ne m'appelle pas en ce moment d'ailleurs ! (rires)

Avez-vous déjà imaginé Sin City dans un format série télé ? 

Frank Miller : Robert et moi avons évoqué beaucoup de formats. Nous avons parlé d'un troisième film. Pour l'instant, nous sommes concentré là-dessus, donc allez voir Sin City 2, recommandez-le à vos amis et faites tout ce que vous pouvez pour que l'on puisse faire la suite ! Puis la série télé…

Robert, est-ce que vous souhaitez faire d'autres adaptations ? 

Frank Miller : Il bosse sur Blanche Neige en ce moment ! (rires)

Robert Rodriguez : Sin City est tellement différent, tellement décalé que je ne me vois pas adapter une autre BD.

Frank Miller : Ne le fais pas ! (rires)

Robert Rodriguez : Je ne vois pas vraiment ce que je pourrais faire après Sin City

Frank Miller : Fantastic Four 5 ?

Frank Miller, reviendrez-vous aux comics ? 

Frank Miller : ABSOLUMENT. En fait, en ce moment, mon cœur balance. Je suis partagé entre mes deux passions. Quand j'ai envie d'être seul, je dessine des comics. Quand j'ai envie de voir des gens, je tourne des films.

Si vous aviez le pouvoir de visiter l’esprit d'un autre artiste, qui choisiriez-vous et pourquoi faire ? 

Frank Miller : J'aurais adoré voir ce qu'aurait fait Stanley Kubrick à l'ère du numérique. 

Robert Rodriguez : Alfred Hitchcock, pour comprendre comment il a réalisé tout ça.

Frank Miller : Ou Orson Welles. 

Mots-clefs : , , ,

Publié dans la catégorie Médias
Sur le même sujet
Small jpg thespirit The Spirit : une boursouflure numérique 0
31 décembre 2008 Frank Miller est le grand manitou de la BD moderne. Scénariste et dessinateur de génie, il a réin...
Prédators, chasse à l'homme 0
13 juillet 2010 C’est l’histoire d’une longue dégringolade. Et d’une renaissance. En 1987, John McTiernan goupill...
"Machete", du très bon mauvais goût 0
30 novembre 2010 « T’as fait chier le mauvais Mexicain ! » C’est sûr que ce n’est pas une très bonne idée de lui m...
Small jpg yachts essi 0 La pêche aux yachts rapporte gros 0
24 août 2010 Amis millionnaires, camarades milliardaires, gare à vos joujoux ! Accessoires de plage aussi indi...
Small jpg baknovheinze OM-PSG : Gaby, oh Gaby Heinze! 0
24 octobre 2009 Dimanche 25 octobre a lieu le « Classico » OM-PSG, l’un des temps forts de la saison 2009-2010 de...