Ch
Logo

The Ghost Company: Nikkfurie sans La Caution

Publié par G Groupe X Bakchich

Dans la famille Mazouz, je demande le frère.

Les lecteurs de Bakchich connaissent bien le parcours de Mohamed Mazouz (Aka Hi-tekk) homonyme d'un terroriste impliqué dans les attentats du 11 Septembre,  réalisateur et artiste talentueux. Moins celui de son frère Ahmed -alias Nikkfurie à la scène- incontestablement considéré comme l'un des beatmakers les plus brillants du paysage rap français. Parmi ses faits d'armes, on retiendra évidemment l'instru de Thé à la menthe, morceau qui connaîtra un succès mondial grâce au film Ocean's 12. Mais pas que, puisque l'artiste noctambule et solitaire présente en cette rentrée 2014 son nouvel album instrumental, « Ghost Company », soit 22 perles inédites et méconnues  produites entre 1996 et 2001. De quoi patienter avant le retour « massif » de la Caution en fin d'année, pour un « ultime album », du propre aveu de Nikkfurie. Rencontre.

-Comment est venue l'idée de Ghost Company? C'est un projet auquel tu réfléchis depuis plusieurs années, ou est ce que cela s'est improvisé ?

En fait , l’idée de Ghost Company m'est venue très tôt :

Vers 1996, je commençais à composer énormément, et dans le flot d’ébauches et d’œuvres réalisées, avec Hi-Tekk on a tiré ce qui deviendra le son «Caution». Le reste  était, quelque part, «du Nikkfurie».

J’ai un rapport à la composition assez intime. Hi-Tekk soulignait souvent le côté visuel de ce pan de mes compositions, il aimait à parler de “B.O. d’un film qui n’existait pas (encore)”...

Comme je ne  travaille qu’en nocturne, la métaphore du “fantôme” qui définit parfaitement ce moment d’inspiration tâtonnante et hasardeuse, a caractérisé mon processus de création des morceaux.

Les titres composés en marge de ceux de La Caution sont donc petit à petit devenu “The Ghost Company”.

-Tu as composé toutes ces instrus entre 1996 et 2001. Quelles étaient alors tes influences, tes sources d'inspiration? 

J’ai toujours eu des inspirations diverses mais je n’ai jamais réussi à les utiliser de manière optimale,  qui verrait l’œuvre “inspirée” s’approcher, égaler voire dépasser l’œuvre influente.

Et avec le recul, j’ai compris que je ne pouvais faire  que du son “ Nikkfurie”, “du Caution” à partir d’influences que je qualifierais d’indirectes. A savoir, le pot-pourri entre toutes les influences que j'ai pu subir (new wave, pop, cold wave, top 50 des années 80 et 90…) Vues, ou plutôt entendues, sous le prisme de mes influences directes (Funk-soul, Hip Hop, Electro funk, musique arabe…).

-A t-il été facile de renouer avec ces "trésors cachés", de les remettre au goût du jour? On peut imaginer que ton style et tes inspirations musicales avaient beaucoup évolué, en presque 20 ans...

Il a été très spé de renouer avec la redécouverte de ces titres, en effet !

J’en ai retrouvé pas mal sur des cassettes DAT, format obsolète s’il en est, et j’avoue que j’ai vraiment aimé me replonger de manière détachée  dans l’écoute et la mise en place de cet album que je ne pourrais pas composer aujourd’hui, comme si je n’étais que simple auditeur de mes œuvres. Chacune des compositions regorge d’indicateurs d’époque, de techniques et bidouilles old school et sur d’anciennes machines. Avec le recul, je suis hyper fier et content d’avoir du matériel artistique attestant de “l’ancien moi” ! (il rit)

-Tu comptes parmi les producteurs les plus talentueux de la scène rap française, reconnu pour tes instrus caractéristiques et très identifiables. Ce coté "homme de l'ombre" n'est pas parfois incompatible avec la mégalomanie latente qu'implique parfois le statut de rappeur?

Pour moi, l’homme de l’ombre c’est celui qui compose ou écrit. Passer de feuille blanche à beau texte ou de sampleur vide à un “son frais” est incroyablement plaisant. La suite fait partie du processus de vente et la mégalomanie, le calcul qui va avec en font partie intégrante. Les Neptunes,  au début de leur carrière produisaient et apparaissaient avec la même mégalomanie que le MC qui posait sur leur titre ; mais tu as raison, un mec comme Nashiem Myrick qui a produit des tueries dans  l’écurie de Puff Daddy était l’homme de l’ombre dont P. Diddy vivait toute la mégalomanie par procuration.

-Quel regard portes tu sur la scène rap française d' aujourd'hui? Est ce que cet album, qui renoue avec tes fondamentaux, est une façon implicite de t'en distancier et de renouer avec un certain age d'or?

La scène rap française d’aujourd’hui rapproche de plus en plus notre musique des autres genres musicaux. Prenons le chant, que ce soit sur du rock, de la soul, de la musique traditionnelle, de la world…le point commun reste que les gens utilisent le chant comme un support d'interprétation vocale.

Le rap aujourd’hui se trouve à un tournant :  certes, les gens utilisent le fait de rapper mais en réalité, ils ne font pas tous la même musique.  

Et concernant le rap français, on voit clairement que les différentes sortes de rap s’adressent à des gens d'ages et de milieux différents, même si l’angle visé principalement  actuellement demeure l’enfant, l’ado ou le tout jeune adulte avec une culture musicale peu étayée ou en cours de construction  D’ailleurs ce jeune en question n’écoutera plus les meêmes sons que ceux écoutés en 2014 d'ici quelques années !  Par contre, je considère Ghost Company comme un album de compositeur, très éloigné de toutes ces contingences ; ni mieux, ni moins bien…juste éloigné !

 

 

 

Mots-clefs : , ,

Publié dans la catégorie Médias
Sur le même sujet
Small jpg musique beurre Pas de Caution morale 0
28 octobre 2011 A l’école, le jeune Mohamed se fait fracasser en philo ; il a l’arrogance de répondre aux questio...
Cabas Culture (du 19 au 26 novembre) 0
19 novembre 2010 Prix du cabas : 40 euros La liste des courses : Un caniche qui chante, de la radio pour goûter, l...
Small jpg la caution Mazouz, caution banlieusarde Hi-Tekk 0
27 octobre 2011 Un rappeur français d’origine marocaine qui pense, doute et critique, ça existe, n’en déplaise à ...
Small jpg jpg polanski 0 Les dessous de la libération de Roman Polanski 0
13 juillet 2010 Eveline Widmer-Schlumpf, ministre suisse de Justice et Police, mérite le grand prix de la langue ...
L'armée fantôme de la seconde guerre mondiale 0
8 mai 2010 « L’une des sensationnelles histoires de la deuxième guerre mondiale ». L’une des plus méconnues,...