Ch
Logo

Kingsman : Services secrets

Publié par G Groupe X Bakchich

A l’occasion de la sortie ciné de Kingsman : Services secrets, rencontre à Londres avec Mark Millar, le scénariste de BD le plus influent depuis… Stan Lee.

Mark Millar a transformé Superman en communiste, fait des Fantastic Four des zombies affamés et de Wolverine un vieillard inoffensif, inventé un super zéro qui se métamorphose en super-héros dans Kick Ass. En 20 ans, il a pulvérisé toutes les recettes de ventes de comics et propulsé les héros en collant dans le IIIe millénaire, avec subversion, ultra-violence cool, décalage pop et humour référentiel à la Tarantino. 

Parlez-moi de votre enfance en Ecosse.

Mark Millar : Une parenthèse enchantée. Je pense que c’est super de grandir en aimant les super héros. Cela rend tout beaucoup plus fun. Pour moi, tout a commencé avec le numéro 121 d’Amazing Spider-Man. C’est le numéro mythique avec la mort de Gwen Stacy. J’avais six ans quand je l’ai lu et je ne m’en suis jamais vraiment remis. Les comics ont toujours été ma passion, comme pour de nombreux petits Catholiques. Quand j’étais à l’école, j’étais toujours en train de dessiner des personnages comme Green Lantern. De fait, j’ai toujours voulu être scénariste de BD. 

Quel est votre itinéraire ?

M. M. : A 18 ans, j’ai commencé dans le comic indépendant, ici, en Angleterre, et ça m’a mené au magazine 2000 AD, avec la célèbre BD Judge Dredd et autres. Puis j’ai bossé chez Warner Brothers et DC Comics. Je suis parti chez Marvel à 30 ans, dans les années 2000. J’ai travaillé dix ans à Marvel. Mais au même moment, j’ai fondé ma propre compagnie - Millar World - pour écrire également mes propres histoires. Parce que les scénaristes qui inventent et écrivent les histoires de Superman, Batman, Flash, Spider-Man, tous ces personnages, n’en possèdent pas les droits. Je voulais avoir une compagnie et posséder les droits de mes persos. C’est ce que je fais maintenant. J’ai quitté Marvel et je me concentre sur mes personnages, mes propres histoires. 

Vous êtes le roi de la pop culture ?

M. M. : C’est très sympa de votre part de me dire cela, je ne sais pas, peut-être plutôt le prince ? (rires) Pour l’instant, je n’ai fait que quatre films. J’écris des BD depuis très longtemps, et mon activité dans le cinéma est plus récente. Mais c’est excitant. Quand vous êtes môme, vous avez des tas rêves pour votre futur, mais cela ne fonctionne jamais. Vous ne devenez jamais une star du foot ou un agent secret vraiment cool. Je suis en train de faire ce que je voulais faire quand j’étais gamin et c’est vraiment amusant. Même si je n’étais pas payé, ce serait un hobby très amusant. J’adore mon job, j’en adore chaque seconde.

Vous avez déclaré qu’Hollywood était un hobby.

M. M. : Absolument. C’est l’exacte vérité (il éclate de rire). Si quelqu’un réalise une adaptation à 100 millions de dollars d’une de vos BD, c’est la meilleure chose qu’il puisse vous arriver, parce que ça passe à la télé, au cinéma, il y a des affiches partout. Et ensuite, le public achète vos bouquins ! Je pense que la BD est mon vrai métier ; le truc marrant, c’est le ciné. Tous les 18 mois, je me montre à la télé, et je fais la promo d’un nouveau film. Mais je m’assois tous les jours derrière ma table pour écrire mes comics, c’est ça mon vrai boulot.

«Comme mes personnages, j’étais un loser et je deviens un bad ass»

C’est quoi la Millar’s touch ?

M. M. : Le schéma narratif de mes histoires, c’est le destin d’un personnage qui commence en ne sachant absolument rien et qui devient un expert à la fin. C’est comme Luke Skywalker, dans Star Wars, un fermier de Tatooine qui devient un maître Jedi. Toutes mes séries suivent le même cheminement. Kick Ass est un loser qui devient un super-héros. Wanted est un petit employé de bureau qui devient l’assassin ultime. Même chose avec Kingsman, une petite frappe se métamorphose en agent secret. 

Un petit mot sur la genèse de Kingsman.

M. M. : Quand j’étais enfant, j’adorais les espions, je voulais en devenir un. J’étais fan des 007 avec Sean Connery, mais aussi L’espion qui m’aimait, de la série Chapeau melon et bottes de cuir… Ces espions étaient cool, dangereux et très sexués. Je n’ai pas voulu faire un nouveau pastiche de Bond, il y en avait déjà tellement eu. J’ai simplement tenté d’emmener toute cette culture pop vers le IIIe millénaire.  

Comme Kick Ass, est-ce que Kingsman est autobiographique ?

M. M. : (rire) Comme mes personnages, j’étais un loser et je deviens un bad ass, une vedette. Mais peut-être suis-je toujours un loser…

Avec votre société, Millar World, vous transposez également vos séries en jeu vidéo. 

M. M. : Le jeu vidéo est un business énorme que les gens du comic n’ont pas encore assez infiltré. Le jeu vidéo est plus lucratif qu’Hollywood. J’aimerais bien voir mes personnages apparaître dans de grands jeux, c’est cette voie que je veux explorer maintenant.

Vous êtes également consultant pour la Fox, et vous présidez également aux destinées cinématographiques de certains super-héros maison. 

M. M. : Effectivement, à Los Angeles, je suis un consultant pour la Fox pour les  adaptations ciné de leurs personnages, à savoir les X-Men et les Fantastic Four. Donc je vais à des réunions avec des pontes du studio. C’est vraiment cool, le job le plus facile au monde. Je m’assois et je raconte des conneries pendant des heures… 

Quelles sont les prochaines adaptations ciné de vos BD qui vont sortir ?

M. M. : Il y a tout d’abord Chronauts, une histoire de voyage dans le temps. Je bosse également sur Starlight, une variation sur Buck Rogers, l’histoire d’un super héros et de ses enfants. Vous savez, j’ai des enfants et ils ne peuvent pas voir mes films car ils sont plutôt violents. Là, j’ai pensé que je pourrais enfin faire quelque chose pour eux…

Kingsman : Services secrets de Matthew Vaughn avec Colin Firth, Taron Egerton, Michael Caine et Samuel L. Jackson. 

En salles le 18 février 2015

Mots-clefs : , , ,

Publié dans la catégorie Médias
Sur le même sujet
Small marvel 0 La chute et la gloire de Marvel 0
7 mars 2014 Fin des années 90, Marvel, qui publie les BD de Spider-Man, des X-Men ou des Avengers, est au bor...
Small bakavril12avengers3 0 Avengers : super-héros et super film 0
24 avril 2012 Iron Man, la Veuve noire, Thor, Œil de faucon, Captain America et Hulk affrontent une horde d’ali...
Small bak13juilletservall 0 Wolverine, le combat de l’immortel : Arnaque en 3D 0
7 août 2013 Le mutant aux griffes d’acier déboule au Japon, trouve l’amour, bastonne des ninjas énervés et un...
Small bakmars12chronicle28 0 Chronicle : Des héros pas si super 0
7 mars 2012 Trois ados bourrés de testostérone se retrouvent dotés de pouvoirs mystérieux. Tourné en caméra s...
Small enclume man Iron-Man 3 / L’Ecume des jours : Match vraiment nul 0
2 mai 2013 A l’affiche, une armure vide et des hommes désincarnés. Deux grosses productions navrantes, sans ...