Ch
Logo

Hôpitaux, noir c'est noir

Publié par G Groupe X Bakchich

Forts de près de quatorze années d’expérience sur le sujet [1], Philippe Houdart, François Malye et Jérôme Vincent, ont eu la plume qui les démangeaient. Et choisi de dévoiler les coulisses d’un système hospitalier devenu fou. Petit exemple illustré tiré du livre noir des Hôpitaux.

Gaffe au bide

« Bonjour. Je vous téléphone parce qu’on m’a diagnostiqué un cancer de l’estomac. J’ai subi une fibroscopie pratiquée par un jeune médecin gastro-entérologue qui a révélé un cancer. Ce résultat m’a été communiqué téléphoniquement avec un tact et une délicatesse qui forcent l’admiration. Le médecin m’a conseillé un traitement chirurgical. J’ai consulté deux chirurgiens de Marseille, éminents et distingués, dont l’un, après avoir brièvement examiné le compte rendu de la fibroscopie et visualisé les photos de mon cancer, m’a infligé son verdict : gastrectomie totale (ablation de l’estomac), tout en insistant sur l’urgence de l’intervention. Le prix à payer, au titre des dépassements d’honoraires, pour avoir le plaisir d’arborer sur la plage une cicatrice signée de ce grand professeur, était de 1 000 euros ».

Merci le Point !

« Insatisfait des réponses faites et des solutions proposées, et m’appuyant sur le dossier du Point, je me suis adressé à un établissement parisien réputé pour le traitement du cancer de l’estomac, mais aussi pour la qualité de son accueil, l’approche des malades et une conscience professionnelle de ses personnels hors du commun. Le chirurgien, après avoir discuté collégialement avec les praticiens du département médico-chirurgical de pathologie digestive, m’a informé que les quatre biopsies pratiquées leur étaient apparues insuffisantes pour justifier une gastrectomie. Ils me suggéraient de me soumettre à un nouvel examen. Celui-ci a donné lieu à quinze prélèvements. Ces biopsies, aussitôt analysées, n’ont révélé aucun signe de cancer. Si j’avais suivi les conseils éclairés prodigués par les premiers praticiens pleins de savoir et de certitudes, je n’aurais plus d’estomac ! »

Le livre noir des Hopitaux - JPG - 26.3 ko Le livre noir des Hopitaux

Des as du classement des Hôpitaux

Tout le monde connaît ces « palmarès des hôpitaux » qui font, depuis une dizaine d’années, les beaux jours des magazines.

Ces classements ne livrent qu’une vision déformante de la réalité du système de soins. Derrière ces établissements sélectionnés pour leur excellence, se cachent en effet bon nombre d’hôpitaux et de cliniques défaillants où la sécurité des patients n’est même plus assurée. Le lecteur sera surpris de découvrir dans ce livre les multiples dérives soigneusement cachées du « meilleur système de santé du monde ».

Mortalité variant de un à dix dans des établissements éloignés de seulement quelques kilomètres, patients opérés alors qu’ils ne devraient pas l’être, petits hôpitaux à l’activité confidentielle (et médiocre) soutenus à bout de bras par des élus locaux qui, eux, se font opérer dans les grands centres, explosion des honoraires médicaux, fuite des praticiens vers le privé (ou à l’étranger), la liste est longue de ces errances que personne ne veut révéler aux patients.

Et, les auteurs les connaissent par coeur. En 1998, ils ont publié le premier palmarès des hôpitaux en 1998 avant de rejoindre Le Point il y a huit ans.

Lire ou relire sur Bakchich.info :

Les dix points noirs des hôpitaux français « Bakchich » a épluché les rapports de l’IGAS et de la Cour des Comptes qui pointent les dysfonctionnements de nos hôpitaux. Au bord de la syncope. Hôpitaux, des caisses noires à la discrétion de la ministre Un rapport de l’Igas, que « Bakchich » s’est procuré, révèle que de discrets financements peuvent être distribués discrétionnairement par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot. L’hôpital public à la toise des cliniques privées Nicolas Sarkozy doit annoncer, jeudi 17 avril, à Neufchâteau (Vosges), sa grande réforme de l’hôpital, basée sur le rapport du sénateur Gérard Larcher. Sous couvert officiel de réduire le déficit des hôpitaux publics, ce rapport cache leur remise en cause (…) Les infirmières en ont ras la blouse Mardi, se tenait au Carrousel du Louvre, la 12ème journée du recrutement infirmier. Les hôpitaux publics ont du mal à séduire du personnel à bout de souffle, qui déserte les salles de garde. La fièvre monte dans les hôpitaux Le plan hôpital public annoncé par Nicolas Sarkozy jeudi 17 ne va pas calmer la colère grandissante des professionnels de la santé. Au contraire. Des restrictions en série, des lits à fermer, du personnel à éjecter. Un nouveau front social se prépare, (…) Les hôpitaux de Paris tirent sur l’ambulance Chaque année, la CNAM paye 15 millions d’euros pour le remboursement des frais d’ambulances alors que cet argent est déjà compris dans l’enveloppe destiné à l’AP-HP. Quand l’hôpital fait des économies de serpillières La loi Bachelot est de retour au Parlement cette semaine. Pendant ce temps, incités à se comporter comme de bons managers, les directeurs d’hôpitaux commencent à rogner sur les dépenses d’entretien.

Mots-clefs : , , , , , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small jpg greffe de la faim 07d5f En attendant une greffe de budget 0
25 avril 2009 L’étonnant marathon chirurgical ayant abouti à des greffes multiples, un visage et deux mains ren...
Small jpg bacterie oliv Clinique du Sport, la prison germe 0
18 mars 2010 Au-delà des réquisitions, le tribunal correctionnel de Paris a condamné mercredi 17 mars l’ancien...
Small jpg cds oliv2 La Clinique des germes 0
24 novembre 2009 Avant que Virenque n’apparaisse dopé à l’insu de son plein gré, plein de braves gens ont cru que ...
Small jpg jpg jpg bakfevcnam b0e07 Hôpitaux: Les « mandarins » sonnent le tocsin 0
28 avril 2009 En plus de son goût immodéré pour les chaussures en plastique rose, Roselyne Bachelot se plaît à ...
Un Pelloux et trois tondus aux urgences 0
2 décembre 2008 Qui ne connaît pas Patrick Pelloux, l’urgentiste le plus actif médiatiquement, celui dont les cou...