Ch
Logo

Le beau Bézard d'Uramin

Publié par G Groupe X Bakchich

Le futur directeur général du Trésor a eu un rôle décisif dans l'achat d'Uramin par Areva. Une manoeuvre qui a grèvé les comptes de l'entreprise public...sans lester les carrières.

Autour du berceau Uramin, société canadienne immatriculé aux îles Vierges Britanniques, se sont penchées bien des fées. En juin 2007, le nouveau né de la prospection minière, appelé junior dans le jargon financier, fait l'objet d'une offre publique d'action de la part du géant mondial du secteur, le français Areva. Une offre alors imbattable. 2,5 milliards de dollars contre la totalité des actions émises aux bourses de Toronto (TSX) et Londres (AIM), dont 25% au moins sont encore aux mains de ses fondateurs. Une bascule faramineuse pour Stephen Dattels, James Mellon, Neil Herbert ou encore leur président, le ghanéen Sam Jonah. «Pour les actionnaires d’UraMin, l’offre d’AREVA constitue une occasion unique de profiter aujourd’hui d’une prime très attractive», se félicite Dattels dans un communiqué commun avec Areva le 15 juin 2007avant de remercier tout «les membres du Conseil d’administration, le management et l’ensemble des collaborateurs d’UraMin pour leur extraordinaire contribution». Il serait toutefois malhonnête de ne pas compléter leur hommage. D'autres ont contribué à leur colossale réussite, qui a fait d'Uramin plus qu'une simple opération: une légende boursière.

Lauvergeon aime les Alp

D'abord Areva elle-même. Malgré les réticences de ses experts, le géant du nucléaire n'a pas hésité à mettre la main à la poche. Profondément. Presque dix fois ce que lui ont conseillé ses analystes comme le prouvent les documents publiés par Bakchich. L'industriel tricolore a également fait fi des précautions d'usage quant à des achats si lourds sur une matière si délicate. Les rapports de ses miniers et leur bémol au potentiel d'Uramin, ont été largement allégés pour ne pas trop peser sur la décision. Même le calendrier n'a pas freiné. Décidé à la mi mai 2007, entre les deux tours de la présidentielle française, l'offensive a été actée le 15 juin suivant, en pleine législative. Un passage au bulldozer...qui a laissé quelques gravas sans conséquence.

Lire: Les coquilles d'Areva

La valorisation d'Uramin dans les comptes d'Areva, entreprise à 85% publique, flirte depuis fin 2011 avec zéro. Voire un peu moins si sont repertoriés les centaines de milions d'euros investis par la suite sur les mines africaines, inexploitables en l'état.

Un crash industriel qui n'a pas trop pesé sur les carrières de ses acteurs.

Président d'Areva au moment de l'achat Anne Lauvergeon n'a certes pas vu son mandat renouvelé en juin 2011. Atomic Anne a cependant gardé son humour. En décembre suivant, elle a tout bonnement baptisé son cabinet de conseil ALP. Un homonyme de la société d'intelligence économique qu'elle accuse de l'avoir espionné elle et son mari durant ses derniers mois à la tête d'Areva. Le procès de l'affaire qui fit grand bruit lors de sa révélation à Noël 2011 se tient ce 16 mai à Paris.

Lire: Atomic Anne balaie le clan...et Uramin

Son ancien vice président, Daniel Wouters, a également accusé Alp Services d'avoir violé ses correspondances et sa vie privée. Mais l'homme a su rebondir. Clé de voûte désigné par les documents mêmes de la Bourse de Toronto dans l'achat d'Uramin, Wouters avait laissé un si bon souvenir à Dattels, Herbert et Stalker qu'ils l'ont embauché. Comme l'a révélé Capital, après son départ d'Areva dans les valises de Lauvergeon en juin 2011, le minier belge a rebondi dans les nouvelles sociétés des fondateurs d'Uramin, qui ressemblent à s'y méprendre à leur jeune aïeule…

Le directeur de l'Agence de Participation de l'Etat n'a pas non plus eu à subir un trop mauvais sort. Le boss de APE, qui a autorisé le rachat d'Uramin par Areva a d'abord été nommé à la tête Direction générale des finances publiques, enchaîne les promotions. Bruno Bézard est en passe d'être nommé directeur général du Trésor, principale direction du ministère. Un poste à la hauteur de son succès dans le dossier Uramin et des talents bien utiles en ces temps de rigueur dans la dépense publique…

Bienheureuses bonnes fées qui auront peut-être la chance de se bientôt se recroiser pour parler de leur bon sort. Depuis qu'une enquête préliminaire, 7 ans après les faits, a été lancé par le parquet national financier, ne manque qu'une date à caler pour leurs retrouvailles. A charge pour le juge Van Ruymbeke de coordonner les agendas.

Mots-clefs : , , , , , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small areva uramine perkiz Areva n'a pas fini de payer Uramin 0
4 juin 2014 La plus grosse acquisition d'Areva depuis sa création continue de peser sur son histoire. Acquise...
Small afrique uramin Uramin, un business si ordinaire...   0
8 octobre 2014 La nuit est tombée sur Johannesbourg. Froide, sèche, rapide : le genre de soirée que le plateau d...
Small lauvergeon 1 Areva: L'affaire d'espionnage mise à l'amende 0
20 mai 2014 L'étrange dossier Pomerol IV s'achève en queue de poisson au tribunal de Paris. Une simple ame...
Small lauvergeon Lauvergeon arrête la chasse au Brero 0
15 mai 2014 Le procès pour l'espionnage de l'ancienne patronne d'Areva et son époux par une agence privée sui...
Small jeu de dame Uramin-Areva, le bal des témoins 0
8 juillet 2014 La France n'est pas toujours terre d'accueil pour les ressortissants belges. Parti d'Areva dans l...