Ch
Logo

Paul Bismuth n'est pas marseillais

Publié par G Groupe X Bakchich

Trahi par ses écoutes avec un client en délicatesse avec la justice et le fisc, un célébre avocat marseillais a été placé sous mandat de dépôt.

La légèreté avec laquelle les élus marseillais badinent avec la loi, comme leur porosité avec le milieu du grand banditisme local n'est pas l'apanage du seul monde politique local. 

Lire: De la Corse à Marseille, un tout petit milieu

et «Une situation locale quasi mafieuse»

D'autres notables peuvent se retrouver dans le tourbillon de la justice, par «amitié» ou par «mégarde». Du moins, telle est la défense de l'une des figures du barreau marseillais, Antoine Béraud. L' avocat inscrit depuis 33 ans au barreau de Marseille  compte dans sa clientèle d'aussi prestigieux clients que Roland Cassone, survivant des guerres du Milieu marseillais,  MGC - l'ex société des frères Campanella (1) - ou Patrick Sitbon, célébre joaillier. Depuis le 17 juin, Maître Béraud est entré dans l'histoire du barreau de Marseille. Pour la première fois depuis 30 ans, un avocat est entré dans la prison des Baumettes, non pour visiter un client, mais en tant que détenu...en attendant qu'une expertise médicale ne vienne statuer sur son état de santé.

Le conseil de 58 ans est tout bonnement accusé de corruption active, complicité d'obstacle à la manifestation de la vérité, recel d'abus de bien sociaux et escroquerie en bande organisée, un chapelet de mis en examen administré le 28 mai dernier par le juge d'instruction Charles Duchaine. Qui n'a pas requis son placement sous mandat de dépôt. Mais le parquet n'a pas goûté que le juge des détentions et libertés laisse ce nouveau client sous contrôle judiciaire. Aussi a-t-il fait appel, demandé et obtenu de la chambre d'instruction d'Aix-en-Provence sa mise à l'ombre, avant que des incidents de santé ne retardent l'incarcération. «Une parodie, un scandale, grince son avocat Me Michel Pezet. Je ne sais pas ce qu'on veut lui faire payer, mais le contenu de la procédure ne justifie pas l'incarcération d'un homme jamais condamné et qui ne risque pas de fuir la justice». 

Toquantes, milieu et petite robe noire

En fait, l'avocat a poussé un brin trop loin son rôle de conseil, dans un simple dossier de fraude fiscal, prenant attache avec un fonctionnaire des impôts, lui promettant un emploi en échange de conseil pour sortir son ami bijoutier des griffes de ses collègues des impôts...le tout sans précaution téléphonique aucune. Un rien balourd en comparaison des exploits d'un Nicolas Sarkozy-Paul Bismuth, mais tout aussi compromettant. «Je considère que dans cette affaire, je n'ai pas respecté les règles déontologiques, et que je me suis davantage comporté en tant ami qu'en tant qu'avocat» a confessé Béraud au juge Duchaîne, qu'il a eu à pratiquer dans de nombreux dossiers. 

Le réseau de blanchiment fait plouf, pas le contrôle fiscal

Tout commence par une note d'information Tracfin, envoyé le 10 octobre 2013 au parquet de Marseille. Le service antiblanchiment du ministère de l'Economie et des finances s'interroge sur un éventuel réseau de blanchiment international passant par le Japon, le Liban et la Suisse, liée à la bijouterie Bornand,  Sise dans la cossue rue Paradis où les plus beaux noms du grand banditisme ont pour habitude de commander ses breloques et toquantes. Les limiers sont d'autant plus suspicieux que le patron de la boutique, Patrick Sitbon, a eu quelques affaires immobilières communes avec des promoteurs au patronyme particulièrement émoustillant aux oreilles policières. Sans compter quelques liens familiaux. « Disons que son environnement social a fini par déborder son environnemment professionnel, décrypte un joaillier marseillais. A force de laisser des casseroles cela n'a pas vraiment étonné que l'une fasse du bruit.» Bref un dossier qui promet tant qu'une information judiciaire est prestement ouverte le 8 novembre pour associateurs de malfaiteurs et blanchiment en bande organisée et confiée  au spécialiste en la matière, Charles Duchaîne. Las, ni le service national des douanes judiciaires, ni le service régional d'enquête ne parviennent à «objectiver» fraude ou blanchiment. Demeure néanmoins des abus de biens sociaux conséquents, dénichés par les services fiscaux qui ont également mené un contrôle dans la bijouterie. 

ABS, corruption, escroquerie...et c'est pas fini?

Entre emplois fictifs pour sa compagne, voyage pour lui et ses enfants, assurance scooter, défaut de comptabilité, des gestion de stocks, défaut de justificatif de ventes et absence d'inventaire, le redressement promettait d'être salé. D'autant que manque 450 000 euros dans la comptabilité, épicentre de nombreux échanges téléphoniques entre Sitbon, son avocat Béraud et un inspecteur des finances, Ravi André, conseiller municipal UMP d'Aix-en-Provence. Deux réquisitoires supplétifs pour ABS, corruption et escroquerie viennent alors garnir le dossier du juge Duchaîne qui met à jour une étrange tambouille.

Pour masquer le trou de 450 000 euros, Béraud sollicite les conseils l'inspecteur des finances André, et lui fait miroiter une reconversion dans son cabinet en tant qu'avocat fiscaliste. L'élu aixois, qui avouera avoir violer en d'autres occasions ss obligation de discrétion professionnelle, émet alors l'idée de déposer 450 000 euros en liquide dans le coffre de la bijouterie,  et faire constater leur présence par un huissier pour contrer les contrôles fiscaux. Un garagiste des connaissances de Sitbon est alors contacté pour prêter la somme, mécano fort amène et bien équipé...Un lot d'armes sera saisi dans son atelier et près de 80 000 euros en liquide. 

Passé au tourniquet des policiers le 28 mai dernier, ce beau monde a reconnu peu ou prou les faits, chacun minorant seulement son rôle dans la tambouille tout comme leur portée pénale et délictuelle.

Pas sûr que les orages d'été qui lézardent le ciel de Marseille suffisent à les laver.

 

(1) relaxé en 1ère instance le 2 juin dernier dans un affaire de marchés truqués, Michel Campanella attend un procès en appel. Il demeure mis en examen dans les dossiers Guernica-Guérini

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small jpg duchaine rc Le juge Duchaîne, pompier marseillais 0
8 septembre 2011 Du clientélisme dans les embauches, des marchés publics suspects, des entreprises liés au grand b...
Small marseille 0 Guérini-Duchaine, acte III 0
20 mars 2013 Le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, déjà deux fois mis en examen, est à nouveau...
Small pastis guerini 1 Encore un tour de manège pour Guérini 0
31 mai 2013 Le grand satan de la politique marseillaise est à nouveau convoqué par la justice marseillaise. E...
Small jpg baloct11pompier2 0 Du feu et des armes chez les pompiers marseillais 0
20 octobre 2011 L’été a été clément pour les massifs marseillais. Pas de grand feu, ni de bal de canadair luttant...
Small bakmai13campanellal 0 Marseille, le fantôme des Campanella 0
14 mai 2013 Discrets entrepreneurs de BTP, soupçonnés de dominer le grand banditisme marseillais, les frères ...