Ch
Logo

Corse du Sud: la malédiction de la chambre de commerce

Publié par G Groupe X Bakchich

Si l'enquête sur les morts d'Antoine Sollacaro et Jacques Nacer paraissent piétiner, les mobiles de leurs assassinats ne font plus guère de doutes.

L’homme a quitté la Une des médias, la bouche des politiques nationaux, déserté les plateaux télé. Des proches sont morts à l’instar d’Antoine Nivaggioni ou Antoine Sollacaro, d’autres ont été visés par ce qu’on les croyait intime avec lui, comme Charles Cervoni. Les balles et les cadavres se sont empilés autour de sa ville, dans une guerre du Milieu dont police, justice et journalistes essaient encore de comprendre le fil.

 Son fils Guy attend son procès aux assises d’Aix-en-Provence pour meurtre. Lui a été visé par une tentative de meurtre, devra répondre de menaces de mort. Mais pour l’heure, la pression semble retombé, l’actualité sanglante qui l’a porté sur le devant de la scène reflué. Alain Orsoni est presque retombé dans l’anonymat médiatique national. Les plus curieux peuvent encore le voir dans les tribunes des stades de Ligue 2 où son club a été relégué. Mais sa parole est rare. Pas de grande interview, seulement quelques auditions. La dernière remonte au 15 mai 2014. Dans les locaux de la police d’Ajaccio, le président de l’AC Ajaccio vient déposer un témoignage très attendu sur le meurtre de son avocat Antoine Sollacaro. L’assassinat en octobre 2012 de l’ancien bâtonnier a ému jusqu’au ministre de l’Intérieur de l’époque, Manuel Valls. Dans une tirade emportée, le futur Premier ministre enjoignait même Alain Orsoni à dire ce qu’il savait. «« Il sait sans doute des choses. Alors, qu’il parle ! »

Le Bel Alain au parloir

18 mois après, l’enquête s’est quelque peu englué. Les preuves vis-à-vis des suspects, la bande du Petit Bar viennent à manquer. Le mobile demeure flou. Malgré leur minutieux labeur sur la moto qui a servi aux crimes, les écoutes téléphoniques, les analyses, les policiers sont confrontés à une impasse. Ni arme, ni empreinte, ni tireur identifiés. Demeure la clé Orsoni. Leader du Mouvement pour l’autodétermination, un groupe nationaliste dissous au milieu des années 90, s’est depuis longtemps reconverti dans les affaires. Tout comme ses anciens camarades. La tendance a même dépeint sur leur histoire, le MPA se voyant souvent brocardé de «mouvement pour les affaires».

Après un long exil sud-américain, Orsoni est rentré en Corse, au moment même où la guerre a commencé entre factions rivales du Milieu insulaire. Triste coïncidence. Adieu la Brise de mer qui tenait le nord de l’île, au revoir Jean-Jé Colonna, parrain du Sud, tant pis pour l’équilibre de la terreur. Désormais les places sont à prendre.

Complot pour le grisbi de CCI

De la situation Orsoni, en audition ne veut pas parler. Tout juste consent-il à rendre hommage à son ancien avocat. Pour Me Sollacaro, il n’aura que des mots doux. «Gentil, brillant, convivial…Paradoxalement il était très discret et réservé dans la vie. Et aussi, alors qu’il était un avocat combattif, dans la vie il était quelqu’un qui arrondissait les angles». Des suspects, membre de la bande du Petit Bar, il consent décrire ne pas les apprécier, du fait de leur «activités malsaines». Ainsi a-t-il refuser de porter avec eux le cercueil d’un ami, s’est il fâché avec un proche qui les fréquentait trop. Mais rien de plus. «Ils m’indifférent». Quant à l’hypothèse qu’Antoine Sollacaro a été assassiné parce qu’ayant défendu à la fois Orsoni, Antoine Nivaggioni et un de leurs ami Francis Pantalacci, bref que Sollacaro a été l’avocat d’un clan, le premier nommé la balaie. «Il n’y a aucune raison d’assimiler Antoine Sollacaro à moi, à Nivaggioni ou à Pantalacci…ou alors cela relève de la psychiatrie». Le «bel Alain», surnom glané pour sa ressemblance avec Yves Montand, a tout de même sa «conviction» sur les raisons qui ont poussé à l’assassinat de son ancien conseil: la chambre de commerce et d’industrie d’Ajaccio, le poumon économique de la cité impériale et de toute la Corse du Sud. « Me Sollacaro a été tué non pas de part sa fonction d’avocat, mais dans le cadre d’un complot qui visait à l’assassinat de Jacques Nacer. Le but de l’assassinat de Sollacaro était de jeter le trouble». Quelques jours après le meurtre de l’avocat, le patron de la sulfureuse CCI sera assassiné. Ses prédécesseurs avaient été condamnés après des malversations financières. Une affaire surtout a ébranlé la chambre de commerce: le dossier SMS. Ou comment une petite boîte de sécurité a mis la main sur les lucratifs contrats de la chambre sur le continent et en Corse. Un dossier où Me Sollacaro, Antoine Nivaggioni et d’autres se sont affrontés. Violemment et encore au tribunal. «C’était inouï, se remémoré un magistrat qui a assisté aux débats. Je n’ai jamais compris pourquoi le président n’avait pas suspendu le procès». Nivaggioni fut abattu avant. Son avocat, Antoine Sollacaro sera assassiné après, comme Yves Manunta, rival en affaires de Nivaggioni. Un dossier jonché désormais de cadavres. «Le climat a peut-être servi à certains pour motiver leur crime», euphémise Orsoni.

Deux jours plus tôt, un autre témoin, un ancien également du MPA, a moins fait dans la nuance. Alain Lucchini a même pensé à prendre la suite d’Antoine Nivaggioni après son décès. Soit diriger «un système qui était aux limites de la légalité, qui s’appuyait sur un carnet d’adresses et une grande force de persuasion». Mais pas criminel. «Je réfuté le terme de contrôle de type mafieux, c’était surtout affairiste et opportuniste», nuance Lucchini. «Les différents évènements qui ont succédé à cette période et surtout malheureusement la mort de Jacques Nacer ont mis fin à cela». Et de résumer la situation. «La Corse a toujours été une terre difficile où les conflits sont nombreux et où les équipes de voyoux succèdent aux équipes de voyoux».

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small jirs 0 La justice marseillaise dans le maquis des enquêtes corses 0
28 octobre 2012 Attaqués par les avocats insulaires, les juges marseillais manquent surtout de moyens pour résoud...
Small bakavril13corsel L'Intérieur trinque à la santé du Petit Bar 0
9 avril 2013 L'arrestation de 3 membres du groupe criminel ajaccien, suspecté de l'assassinat d'Antoine Sollac...
Small bar corse 2 Le Petit bar avait son voiturier 0
23 septembre 2014 Dans le maquis des enquêtes corses, jonché d'assassinats, le cours de la justice trébuche depuis ...
Small dedejbfc 0 Grand Banditisme: Le Petit Bar craint une nouvelle tournée 0
26 septembre 2013 Ciblé par le ministre de l'Intérieur, le groupe criminel ajaccien, accusé du meurtre d'Antoine So...
Small jpg nivagionni vakoctnml 2 Antoine Nivaggioni, mort d'un flambeur 0
22 octobre 2010 Fini de frimer. Après une vie bien remplie, du nationalisme violent à la flamboyante (et opaque) ...