Ch
Logo

​Marseille, vue de trop haut

Publié par G Groupe X Bakchich

La journée du 9 février, entre visites ministérielles et tirs de kalachnikov contre des policiers, résume la volatile situation qui préside le destin de la plus vieille ville de France.

La ville était tranquille, engoncée dans la routine. A peine transpirait-elle depuis le mois d’août. Un seul règlement de compte sur ce large territoire qui en fait la commune la plus étendue de France. Une relaxe pour Jean-Noël Guérini, le président ex socialiste du conseil général, réélu sénateur de la République malgré la guirlande de mises en examen qui l’a transformé en grand satan de la politique marseillaise. Une grève des poubelles, mal maîtrisée par Force Ouvrière, grand maître des services publics de la ville et de la communauté urbaine, a bien sali les rues. Une grève de la Régie de transports marseillais (RTM) a bien vidé les couloirs des bus. Et l’OM, de nouveau dans le viseur de la justice, a continué à naviguer, poussif, sur les hauteurs du championnat de France de football. Depuis l’été, la cité a vaqué bon gré, mal gré, entre les méandres de l’actualité. Les premiers jours de février ont même paru la figer dans le froid. Une scène cristallisée. Oubliés les lointains rêves d’un aggiornamiento politique, d’une refonte des rapports sociaux, d’une redistribution politique des cartes. Au moins, les balles s’étaient tues. 

«On croise les doigts, a soufflé à Bakchich une huile de l’Evêché aux premiers jours de 2015. Les chiffres de la délinquance en 2014 sont bons. Enfin bon… Ils ont baissé dans presque toutes les catégories». Et d’égrener les faits auparavant pointés dans l’actualité. Arrachages de colliers (-80%), vols avec violence (-33%), vols à mains armées (-33%) et bien sur les règlements de comptes en sourdine. 25% de baisse globale que la police locale a attribué, sans fanfaronner à son travail. Un renforcement des moyens, de présence, et même de renseignement, adossé à une réorganisation autour des deux zones de sécurités prioritaires qui englobent quasiment toute la ville. Ne manquerait «qu’un millier de policiers» pour que les approches globales - cette méthode destinée à bousculer les trafics dans les cités sensibles et faire revenir les services publics - «entrées dans les moeurs», permettent d’éradiquer durablement le deal. Le discours raisonnablement optimiste, a volé en éclats le 9 février. Le jour même où la politique a voulu remettre Marseille au centre du jeu, le fragile équilibre s’est effondré.

Gargarismes politique

Un Premier ministre, Manuel Valls, un ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, une ministre de l’Education, Najat Vallaud Belkacem sont venus visiter la plus vieille ville de France, cédant à la tentation de la gargarisation autour de cette légère embellie.

Le bruit des Kalachnikov, selon les témoignages recueillis par La Provence et La Marseillaise ont salué leur venue dans la cité de la Castellane, aux confins Nord de la ville, ces quartiers qu’il faut rejoindre par l’autoroute tant ils semblent détaché de la cité… Rapidement alerté, les premières voitures de police, dont celle du directeur départemental de la sécurité public, Pierre Marie Bourniquel, ont été «rafalés» selon ses propres termes. Avant que le Groupe d’intervention de la police nationale n’investisse les lieux, découvrent une cache d’arme, et ramène le calme. Ni blessé avéré, ni arrestation. Entre démonstration de force de trafiquants, illustration de la difficulté de naviguer dans les 111 quartiers de la ville pour la police, et volatilité de la situation marseillaise. Un cocktail avec lesquels les élus n’ont de cesse de jouer. «Le degré de collusion, de corruption et de mélange des genres est impressionnant», contaste amère un autre gradé de la police marseillaise, qui pointe «le peu de dossier politico-financier, le peu d’affaires de bingo, de fausse monnaie» menées depuis deux ans.  «Les compromissions au niveau économiques, politiques ou flics sont énormes». Un exemple venu de trop haut pour que quiconque vienne parader.

Mots-clefs : , , , , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small marseillaise 0 The Voice 3 0
14 mai 2014 De la polémique sur Christiane Taubira qui n'a pas chanté la marseillaise.
Small marseille Total Kheops à Marseille 0
9 décembre 2011 Les armes de guerre dans les cités marseillaises ne sont pas une nouveauté. Ni leurs manipulation...
Small conchita wurst taubira eurovision marseillaise rayclid 0 Eurovision pour tous 0
12 mai 2014 Riche week end. Conchita Wurst remporte l'Eurovision quand Christiane Taubira est chahuté pour ne...
Small jpg droit de reponseouioui a486e Guaino fait mumuse sur le Vieux Port 0
26 mai 2009 Engoncée dans la torpeur et la fin des frimas, la plus belle ville du monde s’est réchauffée au f...
Small mennucci rc 2 La campagne de Mennucci passe par l'Evêché 0
3 décembre 2013 Le candidat socialiste a été entendu par la police judiciaire, dans le cadre d'une enquête pour p...