Ch
Logo

Cannes : La drôle de sélection française

Publié par G Groupe X Bakchich

Incompréhensible. Deux nanars français se retrouvent en compétition, alors que le chef-œuvre d’Arnaud Desplechin est dans une section parallèle et le porno de Gaspar Noé en séance de minuit. Vous avez dit bizarre ?

Plus les jours passent, plus je m’interroge sur la sélection française à Cannes. L’excellent La Tête haute était projeté en ouverture, mais hors compétition. Les deux films suivants, en compétition, sont de (grosses) déceptions, des trucs mode et flashy usinés pour Cannes. Tout d’abord Mon roi, un véritable naufrage. La réalisatrice du très surestimé Polisse raconte une passion toxique entre une bourgeoise sympatoche et un prince charmant, flambeur, menteur et dissimulateur, du sur mesure pour Vincent Cassel. C’est hystérique, racoleur et surtout déjà vu, aussi passionnant qu’un épisode des Marseillais en Thaïlande.

La seconde (très grosse) déception, c’est Marguerite & Julien, de Valérie Donzelli. J’avais été plus que dubitatif devant La Guerre est déclarée, itinéraire d’un couple face au cancer de leur môme, avec de beaux jeunes gens bien peignés et un gros chantage émotionnel (la mort d’un enfant). Ici, Donzelli s’offre un vieux scénario de Truffaut, bosse sur un sujet choc (l’amour incestueux entre un frère et une sœur), avec plein d’afféteries de mise en scène, de trucs zarbis (les acteurs se figent sans raison), d’anachronismes et du recyclage de Truffaut ou de Demy. A l’arrivée, le truc est beau comme du Just Jaeckin vintage ou une pub pour une eau gazeuse. Bref, on est loin du cinéma.

Un géant nommé Desplechin

"Trois souvenirs de ma jeunesse" d'Arnaud Desplechin, avec Quentin Dolmaire, Lou Roy Lecollinet...

Vous savez déjà ce que je pense de La Loi du marché. Le film de Stéphane Brizé est loin au-dessus des deux précédents, mais s’apparente quand même à un objet préfabriqué, plein de bons sentiments mais dénué d’émotion. Il suffit de visionner un film des frères Dardenne pour voir la différence…

La moisson est donc assez désastreuse. Ce n’est pas bien grave - c’est juste un festival - mais cela reste incompréhensible. Pourquoi prendre en compet’ des objets creux, bling bling et vains comme Mon roi et Marguerite & Julien quand tu as la possibilité de sélectionner Trois souvenirs de ma jeunesse, le chef-d’œuvre d’Arnaud Desplechin, qui se retrouve à la Quinzaine des réalisateurs. Question ! Comment peut-on choisir Maïween et Valérie Donzelli plutôt qu’Arnaud Desplechin ?

Vingt ans après Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle), Desplechin retrouve le personnage de Paul Dédalus, déjà croisé dans ses précédents films. Il livre une réflexion à la fois personnelle et universelle sur des moments fondateurs de l’existence : la naissance de l’amour, la passion adolescente, la découverte de l’autre, la métamorphose d’un garçon en homme, la liberté… Un très grand film, déjà distribué en salle.

Du porn sur la Croisette

Mélo porno en 3D, Love, de Gaspar Noé, va être projeté ce jeudi 21 mai en Séance de minuit. Pourtant, ça aurait eu de la gueule en Sélection officielle, non ? Noé est un des plus grands cinéastes français, son film semble excitant, animal, jouissif. Pourquoi lui refuser la compétition ? C’est simplement incompréhensible.

Il reste encore à attendre un (petit) miracle de la part des deux derniers sélectionnés en compétition : Guillaume Nicloux (Valley of Love) et Jacques Audiard (Dheepan).

Mots-clefs : , , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small dheepan Cannes : Audiard en force 0
25 mai 2015 Dheepan, de Jacques Audiard, reçoit la Palme d'or Cannes 2015. Voilà, c’est fini ! Après 1...
Small jpg non ma fille  tu n iras pas danser 0 0 "Non ma fille tu n’iras pas danser" : Honoré chez les Bretons 0
1 septembre 2009 Pas mal, cet été, non ? Le Pixar, Bronson, le Suleiman, le Tarantino, le Audiard… - C’est vrai, m...
Small jpg s.thoen et pierre samuel Cannes sous la pluie, seule la nuit rit 0
17 mai 2008 « Il pleut, on en profite pour se faire une toile ? » Pas vraiment. Déjà, en milieu de matinée, p...
Cinéma, nos chouchous de 2008 0
6 janvier 2009 1 Valse avec Bachir Signé d’un parfait inconnu, un dessin animé qui fouille la mémoire israélienn...
Small jpg harvey milk sean penn Harvey Milk : Van Sant académique 0
3 mars 2009 Sur la carte du cinéma, il reste quelques grands : Nuri Bilge Ceylan en Turquie, Takeshi Kitano a...