Ch
Logo

Cannes : Audiard en force

Publié par G Groupe X Bakchich

Le jury des frères Coen a mis plusieurs fois le cinéma français à l’honneur et décerné sa Palme d’or à Jacques Audiard pour Dheepan. Revue de détail.

Dheepan, de Jacques Audiard, reçoit la Palme d'or Cannes 2015.

Voilà, c’est fini ! Après 10 jours de bling, de stupre et de paillettes, le Festival a remisé ses stars en petites culottes, ses scandales à deux euros et son tapis rouge. Jusqu’à l’année prochaine… Un Festival 2015 en demi-teintes, avec plusieurs films ratés en compétition (Mon roi ou Marguerite & Julien), des grands films hors compétition (le Desplechin à la Quinzaine des réalisateurs, Mad Max : Fury Road) ou encore des œuvres honnêtes, passionnantes mais en deçà du talent de leurs auteurs (je pense à Mountains may depart de Jia Zhang-ke ou Youth de Paolo Sorrentino).

Cannes : « une pute géante »

La cérémonie de clôture était - comme d’habitude - moins terne et pathétique que celle de l’ouverture, une grande partie étant consacrée au palmarès. Après un interminable ballet, une chansonnette coolissime de John C. Reilly, un hommage à Jean Zay et à Agnès Varda, Lambert Wilson a déclaré que Cannes était « une pute géante » (alors que lors de l’ouverture, « Cannes était une femme »). Trève de suspense, c’est Jacques Audiard qui a raflé la mise avec Dheepan (sortie le 28 août) C’est sa troisième récompense à Cannes et sûrement son film le moins abouti (quelques problèmes de scénario, flirtage éhonté vers le cinéma de genre, mise en scène à l’épate). Bon, Audiard a de l’humour et de l’esprit et pour cette réplique « Je remercie Michael Haneke de ne pas avoir tourné cette année », il lui sera beaucoup pardonné… Le prix de la mise en scène accordé à Hou Hsiao-hsien est quant à lui absolument justifié. Le réalisateur taïwanais de Goodbye South, Goodbye ou de Millennium Mambo est un génie formaliste et The Assassin (sortie le 9  décembre) son film d’arts martiaux, est une splendeur.

« Dire que j’ai fait tout ça pour mon père et ma mère et qu’ils ne sont plus là »

C’est un Vincent Lindon très ému qui a décroché le Prix d’interprétation masculine (« C’est la première fois que je reçois un prix dans ma vie », « Dire que j’ai fait tout ça pour mon père et ma mère et qu’ils ne sont plus là »). Il est bien sûr formidable dans La Loi du marché, mais pourquoi ne pas distinguer également ses partenaires, non-professionnels ? Ça aurait eu de la gueule… Et que penser du Prix d’interprétation féminine, avec Rooney Mara ex-aequo avec Emmanuelle Bercot ? Bizarre de récompenser Rooney Mara sans sa partenaire dans Carol, la géniale Cate Blanchett. Si Emmanuelle Bercot semblait émue (« Une inconnue de 46 ans », « Maïwenn, tu m’as regardée comme personne avant »), ce prix met quand même en avant une œuvre faiblarde, qui sera vite oubliée.

Pour le reste (The Lobster, Le Fils de Saul ou Chronic), le juré a mis le projecteur sur trois œuvres épatantes, décalées et audacieuses. Des films en forme de promesse…

PALMARES

Palme d'or : Dheepan de Jacques Audiard

Grand Prix : Le Fils de Saul de László Nemes

Prix de la mise en scène : The Assassin de Hou Hsiao-hsien

Prix du scénario : Chronic de Michel Franco

Prix d'interprétation féminine ex aequo : Rooney Mara dans Carol de Todd Haynes et Emmanuelle Bercot dans Mon roi de Maïwenn

Prix d'interprétation masculine : Vincent Lindon dans La Loi du marché de Stéphane Brizé

Prix du Jury : The Lobster d'Yorgos Lanthimos

Caméra d'Or : La Tierra y la Sombra de César Augusto Acevedo

Palme d'or du court-métrage :Waves '98 d'Ely Dagher

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small la t te haute Cannes : C’est parti ! 0
14 mai 2015 "La Tête haute" d'Emmanuelle Bercot a ouvert le Festival de Cannes, et ô surprise, c'est un b...
Small dheepan Dheepan : Regarde Audiard tomber 0
29 août 2015 Je l’avoue, j’ai honte, je n’aime pas beaucoup le cinéma de Jacques Audiard. Je sais, ce n’es...
Small love Cannes : La drôle de sélection française 0
20 mai 2015 Plus les jours passent, plus je m’interroge sur la sélection française à Cannes. L’excellent La T...
Small bakdec12cine2012z2l Cinéma: Best Of 2012 0
25 décembre 2012 2012 a apporté son lot de très grands films, de chefs-d’œuvre, de confirmations et de révélations...
Small fatimafaucon 2 Philippe Faucon : «Dans la société française, ces immigrés se sentaient invis... 0
7 octobre 2015 Philippe Faucon (à gauche) aux côtés du personnage principal incarné par Yassine Azzouz, dans son...