Ch
Logo

Les 4 Fantastiques & La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil

Publié par G Groupe X Bakchich

Un reboot sombre et surprenant de la BD mythique de Stan Lee et Jack Kirby et le remake d’un thriller de Sébastien Japrisot, massacré par un dessinateur prétentieux et incapable.

Depuis des mois, la rumeur sur Les 4 Fantastiques était alarmante. Le tournage se passait mal, le Hollywood Reporter se faisant l’écho du comportement erratique du réalisateur, Josh Trank, 30 ans, qui se planquait sur le plateau, ne répondait pas aux questions de ses interlocuteurs, tandis que ses gentils toutous faisaient plus de 100 000 dollars de dégâts dans sa maison louée par la production à la Nouvelle-Orléans. Comme très souvent avec ce genre de blockbusters, des reshoots ont été effectués, mais ici, jusqu’à la fin avril, trois mois avant la sortie du film. On murmure même que Trank aurait été viré de la salle de montage et que les producteurs ont mené à bien le projet sans lui… Comme si cela ne suffisait pas, la Fox a organisé des projections de presse deux jours avant la sortie du film, interdisant aux journalistes français d’écrire la moindre ligne avant le mercredi 5 août. Et malgré une presse qui se bouche le nez des deux côtés de l’Atlantique, le film de Josh Trank est plutôt une bonne surprise.

Le zizi de la Chose

Au cinéma, les magnifiques héros de Stan Lee et Jack Kirby ont été trahis et salopés par Roger Corman, dans les années 90, et par Tim Story en 2005 et 2007, avec notamment Chris Evans et Jessica Alba dans les rôles de Johnny et Susan Storm. De purs nanars. Huit ans plus tard, on efface tout et on recommence avec un… reboot. Nouvelle histoire, nouveaux acteurs et nouveau réalisateur. Sauf que la nouvelle histoire nous raconte à nouveau la création du quatuor de super-héros et leur métamorphose. Mais les scénaristes prennent quelques libertés avec la BD des années 60, notamment avec une partie de l’intrigue qui se déroule dans une autre dimension, un monde parallèle. Il y a donc pas mal de surprises, de clins d’œil pour les fans, même si les scénaristes ne peuvent pas s’empêcher de nous fourguer leur morale à deux balles (« Il faut prendre soin les uns des autres, parce que c’est ça une famille ») et de foirer le dernier acte dans les grandes largeurs : le combat apocalyptique avec le docteur Doom se résumant à un bourre-pif de la Chose, un coup de flammèche de la Torche, une décharge d’énergie de Susan et une pichenette élastique de Red Richard, mais tous ensemble, car les 4 Fantastiques ont compris que l’on est plus fort à plusieurs. Oui, oui, l’union fait la force ! C’est assez lamentable, je l’avoue. Pourquoi la Fox, qui travaille avec des génies comme le scénariste de BD Mark Millar (Wanted, Kingsman), consultant sur leurs films de super-héros, confie une telle superproduction à un scénariste débutant et un autre dont les principaux faits d’armes sont des machins comme xXx2, Sherlock Holmes ou X-Men : l’affrontement final.

Malgré ces scories, Les 4 Fantastiques version 2015 plane au-dessus d’aberrations filmiques comme Avengers 2, Ant-Man ou le dernier X-Men. Tout cela grâce au talent exceptionnel de Josh Trank, découvert en 2012 avec l’excellent Chronicle, mix entre « found footage », film de super-héros et Akira. Ici, il signe un film de super-héros très sombre, élégamment mis en scène, avec très peu d’action. Pas vraiment aidé par les dialogues et par la Chose qui ne porte pas de slip (et il n’a pas de zizi), il sauve néanmoins les meubles en emballant plusieurs scènes (la découverte des super-pouvoirs est assez angoissante) et avec une direction d’acteurs épatante.

Viré du Star Wars qu’il devait réaliser, sûrement remplacé par Bryan Singer, le Yes Man de la Fox, pour le prochain 4 Fantastiques, Josh Trank va pouvoir se consacrer à des projets plus persos et autrement plus passionnants.

Le pire film de 2015 ?

Le très speed Joann Sfar enchaîne les BD, les romans, les films. Il devrait se reposer ou au moins lire les scénarios des films qu’on lui confie. La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil est à l’origine un roman noir passionnant de Sébastien Japrisot, déjà adapté par Anatole Litvak, en 1970, avec Samantha Eggar dans le rôle-titre. Si Japrisot avait écrit le scénario du premier film, ici, deux bras cassés s’y collent : le terrifiant Gilles Marchand, réalisateur de L’Autre monde, et scénariste de nanars comme Feux rouges ou Lemming, et Patrick Godeau, producteur de Camping ou des Morsures de l’aube. Bonjour les CV ! Le truc est mal écrit, bourré de fausses pistes, prétentieux, avec un sous-texte psychanalytique bidon. Mais ce n’est rien à côté de la mise en scène de Sfar qui se vautre dans les grandes largeurs. Et vas-y que je te découpe l’écran en deux, en trois, que je te mets des filtres partout, que j’abuse de la voix-off, que je te balance des flash-forward (pourquoi ce plan de la tête du cadavre dès le début ?), que j’assomme le spectateur avec une musique qui scie les nerfs et que je lui explique le pot aux roses final avec une carte de France et les déplacements des personnages qui s’animent avec de jolis pointillés. Rarement vu quelqu’un prendre autant son spectateur pour un con… Mauvais metteur en scène, Sfar est également un directeur d’acteurs exécrable et Benjamin Biolay et Elio Germano sont mauvais comme des cochons. Quant à sa façon de filmer son héroïne, la charmante Freya Mavor, c’est au-delà de l’obscène et l’on a l’impression qu’il n’y a qu’une chose qui intéresse Sfar : filmer sa petite culotte. Luc Besson, sors de ce corps !

Tandis que je priais pour qu’un AVC abrège mon supplice, je me demandais comment on peut produire un truc pareil, comment on peut offrir 3 mois de tournage à Sfar, quand Gaspar Noé boucle son Love en 5 semaines ? Il y a t-il encore un producteur qui lit les scénarios en France, qui regarde les rushs ? En tout cas, La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil est d’ores et déjà bien parti pour figurer en tête de ma liste des pires films de 2015.

Les 4 Fantastiques de Josh Trank avec Miles Teller, Rooney Mara.

La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil de Joann Sfar avec Freya Mavor, Benjamin Biolay, Elio Germano.

Les deux films sont sortis depuis le 5 août 2015.

Mots-clefs : , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small chris pratt velociraptor jurassic world Jurassic World : Le retour du retour de la grosse bête… 0
9 juin 2015 C’est l’été et les Américains débarquent. En force ! Au programme, du cinéma catastrophe (San And...
Small tales1 Tale of Tales : Il était une fois le désir féminin 0
3 juillet 2015 Boudé à Cannes, Tale of Tales arrive en salles dans la chaleur torride de ce mois de juillet, ére...
Small bak15fevamericansniperl American Sniper : la guerre dans le viseur 0
26 février 2015 Depuis 15 jours, c’est l’hallali. Clint Eastwood serait un va-t’en guerre, un immonde propagandis...
Small bellefin Une belle fin : Eddie Marsan superstar 0
13 avril 2015 Vous ne connaissez pas son nom, mais vous connaissez son visage. Car depuis 25 ans, le Britanniqu...
Small mi5 Mission : impossible Rogue Nation 0
12 août 2015 Dans la première séquence de Mission : Impossible – Rogue Nation, Tom Cruise s’accroche in extrem...