Ch
Logo

Mission : impossible Rogue Nation

Publié par G Groupe X Bakchich

Brushing impeccable, pectoraux saillants, l’agent Tom Cruise fait de la moto, de la plongée, de l’avion et bastonne une armée de méchants terroristes. Beaucoup de bruit (et de cascades) pour rien.

Dans la première séquence de Mission : Impossible – Rogue Nation, Tom Cruise s’accroche in extremis à la carlingue d’un Airbus A400M russe, bourré d’armes bactériologiques, en train de décoller. L’avion prend de la vitesse sur le tarmac, s’envole et Tom s’agrippe à une poignée tandis que Benji s’escrime à hacker l’avion pour ouvrir sa porte. Devant ce « moment d’anthologie » mis en avant par le marketing dans la bande-annonce, le spectateur devrait s’agripper à son fauteuil, ressentir quelque chose. Rien ! Rien de viscéral, rien d’essentiel car tout est factice, tout est gratuit. Des cascades, le spectateur en a déjà vu des milliers et celle-ci - probablement réalisée avec des câbles effacés numériquement - n’a aucun intérêt. Comment avoir peur pour Tom Cruise, comment vibrer ? On est sûr qu’il va pénétrer dans l’avion. Et c’est ce qu’il fait au bout de… 90 secondes – quel suspense - avant de sauter sans parachute avec la cargaison létale de l’avion. Ben voyons ! Le storytelling nous raconte que cette cascade a été filmée huit fois, que Tom Cruise a été légèrement blessé, mais présentée en introduction du film, sans enjeu narratif, elle ne fonctionne pas. Comme le film. Car Rogue Nation semble avoir été conçu comme les autres volets de la saga Mission : impossible, à savoir la star scientologue et ses amis cascadeurs ont dû imaginer une série de scènes d’action spectaculaires et ensuite un scénariste (voire plusieurs) a eu pour mission (impossible) de relier plus ou moins bien ces séquences entre elles et inventer quelques lignes de dialogue. Comme l’avait confirmé le scénariste Robert Towne (Chinatown) qui avait travaillé de la sorte pour Mission : Impossible 2 : « On m'a dit : on a des scènes d'action, t'aurais envie d'écrire une histoire entre ? L'expérience a été très curieuse. J'ai été obligé d'écrire à l'envers. » Pas vraiment la méthode optimale pour obtenir un bon film…

Le torse épilé de Tom Cruise

L’idée force de ce Rogue Nation, c’est donc de surpasser le précédent volet de la saga, Le Protocole fantôme, avec sa poursuite au cœur d’une tempête de sable, l’explosion du Kremlin ou l’anthologique escalade sur le gratte-ciel Burj Khalifa à Dubaï. Pour relever le défi, Christopher McQuarrie, âme damnée de Tom Cruise. Avec un cahier de charges très précis, il ménage un maximum de scènes d’action pour son patron, fait des autres membres de l’équipe des figurants de luxe (aucune cacade pour Jeremy Renner), cisèle certaines séquences (le méchant épargne à dessein Tom Cruise chez le disquaire), en bâcle une multitude d’autres (quelles sont les motivations du méchant qui accumule les attentats aux quatre coins du globe, pourquoi planquer une clé cryptée dans les bassins d’une centrale marocaine ?). Son job est de servir le mieux possible la star de 53 ans, avec ses pectoraux épilés, son brushing à 300 dollars et son nouveau lifting. Et donc nous assistons pendant 2h 10, entre deux placements de marque pour BMW, à un festival narcissique, le Cruise Show : Ken Cruise en apnée, Ken Cruise torse nu, Ken Cruise en moto, Ken Cruise torse nu, Ken Cruise fait des pompes, Ken Cruise torse nu, Ken Cruise barbu, Ken Cruise torse nu et – ô extase - Ken Cruise torturé torse nu !

De Tom Cruise, avec Tom Cruise et pour Tom Cruise

Pour la première fois de sa carrière, Christopher McQuarrie est en charge d’une grosse machine hollywoodienne. Epaulé par le chef opérateur Robert Elswit (There will be Blood), encadré par pas moins de dix producteurs dont Tom Cruise et par une cinquantaine d’assistants ou de réalisateurs de deuxième ou troisième équipe, McQuarrie livre un blockbuster impersonnel, sans âme et sans génie, loin des versions ultra-stylés de Brian De Palma (le 1er volet de la série) ou de Brad Bird (le 4ème). Entre Vienne, Marrakech, Londres ou Kuala Lumpur, McQuarrie cite Hitchcock lors d’une scène d’opéra, pille plusieurs James Bond, glisse quelques notes de Turandot pour faire riche. C’est élégant, sympathique parfois, McQuarrie filme de beaux garçons et une jolie femme (la Suédoise Rebecca Ferguson, qui remplace Jessica Chastain, est la révélation du film) mais il manque l’essentiel : du nerf, un sentiment d’urgence, du cinéma quoi. Pendant toute la projection, j’avais l’impression de revoir un vieux nanar de Jean-Paul Belmondo, qui faisait un film simplement pour le plaisir de se suspendre à un hélicoptère.

De fait, Rogue Nation est un film de Tom Cruise, avec Tom Cruise, sur Tom Cruise, pour Tom Cruise. Il y a du mouvement, des images qui bougent, c’est speed, bruyant et coloré. Ca a le goût du cinéma, l’odeur du cinéma, ça ressemble à du cinéma, mais ça n’en est pas.

Mission : impossible  - Rogue Nation de Christopher McQuarrie avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Rebecca Ferguson.

En salles le 12 août 2015.

Mots-clefs : , , , ,

Publié dans la catégorie Société
Sur le même sujet
Small chris pratt velociraptor jurassic world Jurassic World : Le retour du retour de la grosse bête… 0
9 juin 2015 C’est l’été et les Américains débarquent. En force ! Au programme, du cinéma catastrophe (San And...
Small bellefin Une belle fin : Eddie Marsan superstar 0
13 avril 2015 Vous ne connaissez pas son nom, mais vous connaissez son visage. Car depuis 25 ans, le Britanniqu...
Small jpg tom cruise valkyrie 0 Walkyrie : Tom Cruise en bon aryen 0
27 janvier 2009 Depuis ses débuts, le cinéaste Bryan Singer, 43 ans, semble fasciné par le nazisme et l’origine d...
Small bak15fevamericansniperl American Sniper : la guerre dans le viseur 0
26 février 2015 Depuis 15 jours, c’est l’hallali. Clint Eastwood serait un va-t’en guerre, un immonde propagandis...
Small tales1 Tale of Tales : Il était une fois le désir féminin 0
3 juillet 2015 Boudé à Cannes, Tale of Tales arrive en salles dans la chaleur torride de ce mois de juillet, ére...