Ch
Logo

Clinique du Sport, la prison germe

Publié par G Groupe X Bakchich

Au-delà des réquisitions, le tribunal correctionnel de Paris a condamné mercredi 17 mars l’ancien directeur de la Clinique du Sport (CDS), le Dr Pierre Sagnet, à 4 ans de prison, dont 18 mois ferme. Un autre médecin, le chirurgien Didier Bornert, écope de deux ans, dont 6 mois ferme. Ils sont condamnés pour leur responsabilité dans la contamination d’une soixantaine de patients par une infection nosocomiale. Retour à la clinique des germes.

Article publié le 24 novembre 2009

Avant que Virenque n’apparaisse dopé à l’insu de son plein gré, plein de braves gens ont cru que le sport et la santé, c’était la même chose. Mais la performance crée aussi des névroses. Comme à Paris, à la « Clinique du Sport ». A peine créé, l’endroit est devenu d’un chic….

Chirurgien malin - JPG - 27.5 ko Chirurgien malin © Oliv’

Pourtant un malhonnête « Mycobacterium xénopi », de son petit nom M.xenopi s’est incrusté dans les tuyaux de la clinique en 1989. Incroyable mais, peinard, il pourrit l’eau de la si huppée clinique pendant 4 ans. Dans l’indifférence. Pourtant la bactérie a mauvaise réputation. Elle provoque des multiples infections, par exemple une sorte de tuberculose osseuse. Pendant toutes ces années certains clients de la clinique se demandaient bien pourquoi ils souffraient de maux étranges… « Ce n’est qu’en juillet 1997 qu’une lettre de la direction de l’établissement de santé les alerte, par courrier, en les invitant à subir des examens radiologiques de contrôle », décrit dans son réquisitoire du 12 février 2008, le parquet de Paris.

Une bactérie comme on les aime - JPG - 20.7 ko Une bactérie comme on les aime © Oliv’

Et le procès fait à cette médecine de rêve, s’est achevé le 27 octobre. Le 3 février, on saura si les docteurs Mabuse iront de la Clinique du Sport à la Santé. Achevé sans trop de brouhaha. A la même heure les bouchers de Clearstream sortaient leur croc et l’Angolagate publiait le résultat des courses. Sur les ravages de M.xenopi, les colonnes des journaux officiels sont restées quasi-muettes. Pourtant, sur l’échelle du grave, «  cette affaire est la plus terrible depuis celle du sang contaminé », apprécie Me Olivier Baratelli, avocat de l’un des seize plaignants.…

Rappel des méfaits

Histoire d’un scandale. Entre 1988 et 1991, des travaux de réfection ont « perturbé le circuit de lavage-décontamination-stérilisation des instruments". Joli litote policière pour décrire une vraie infection . En 1989, le professeur Meunier, basé à Lyon, découvre qu’un de ses patients, opéré à la Clinique du Sport, rencontre quelques complications : « La surprise de découvrir non pas une récidive de hernie discale, mais un tissus granulomateux (…) dont l’examen évoquait de manière assez caractéristique une tuberculose ». Excellent confrère, le doc’ prévient le patron de la CDS, le docteur Sagnet afin de le prévenir d’une possible infection… Des prélèvements ont alors lieu, mais pas dans le circuit d’eau alors que c’est ici que M.xenopi prospère…. Ballot.

De 89 à 93, les cas d’infections se multiplient dans cet établissement qui pratique une chirurgie d’abattage avec 5 000 opérations par an. Ce qui implique qu’on est pressé, que pour stériliser les outils, les blocs, Bof, on passe un petit coup vite fait. Pour nettoyer leurs scalpels, pinces et scies les chirurgiens les passent sous l’eau du robinet. Certes les tuyaux sont munis de filtres, pas pour autant stérilisés. Quant à l’utilisation de « solutions » génocidaire de microbes, elles sont peu usitées. Mêmes les kits à «  usage unique » sont réutilisés.

Abattage en salle d’opération

Le 1er aout 1991 vingt-trois opérations sont réparties entre deux chirurgiens. Elles concernent des hernies discales malgré « un nombre insuffisant de boîtes d’instruments disponibles », précise l’enquête. Ce rythme prouve, à lui tout seul, que « les procédures de remise en état des salles d’intervention, la décontamination et la stérilisation du matériel n’étaient pas réalisables dans le temps imparti. »

Un chirurgien qui inspire confiance - JPG - 21.9 ko Un chirurgien qui inspire confiance © Oliv’

Légère conséquence certains patients se retrouvent des années après « avec des abcès tout le long de la colonne vertébrale ». Il parait que ça gratte une peu… Après une quarantaine de cas de contamination révélés, des questionnaires « de satisfaction », assez lapidaires, sont postés. En vue de préparer un séminaire à Agadir. Six cents envois pour 175 réponses. Et aucun examen de dépistage pratiqué. Circonstance atténuante ? La pauvrette ne dispose pas, à l’époque, d’un CLIN (centre contre les luttes et infections nausocomiales), qui ne s’impose « qu’aux établissements qui dépendent de l’Etat, ou liés contractuellement avec lui. Et pas du tout aux établissements privés indépendants, comme la CDS ». Là les juges lavent la réputation de la clinique.

Jusqu’à trois ans de prison

Poursuivis pour blessures involontaires et tromperie, trois chirurgiens risquent de huit mois à trois ans de prison. Avec le M.xenopi d’or pour l’ancien directeur de la clinique, l’excellent docteur Sagnet, alias « le Pinocchio du scalpel, le Pinocchio du bistouri » selon les mots enjoués de Me Baratelli. Trois ans de prison dont deux avec sursis sont requis. Verdict le 3 février 2010. Le temps d’étudier le spore.

A lire ou relire sur Bakchich.info

L’hôpital a les foies Pour voir ou revoir les vidéos de cette année, Bakchich TV vous a sélectionné tout au long de cette semaine une petite série. Et on commence par un petit tour à l’hôpital. Aux bons soins du docteur Maure Encore une prescription foireuse du docteur Maure, ce médecin marseillais devenu chirurgien esthétique autodidacte. Afin d’éviter une condamnation pour publicité mensongère, tromperies aggravées, mises en danger d’autrui et blessures involontaires, il (…) Hôpitaux : Les « mandarins » sonnent le tocsin Bachelot a fait descendre tout ce que compte l’hôpital public dans la rue. Pour autant, chacun des corps n’oublient pas de défendre ses propres intérêts. Les pontes de l’AP-HP en tête de cortège. Quand l’hôpital fait des économies de serpillières La loi Bachelot est de retour au Parlement cette semaine. Pendant ce temps, incités à se comporter comme de bons managers, les directeurs d’hôpitaux commencent à rogner sur les dépenses d’entretien. Les dix points noirs des hôpitaux français « Bakchich » a épluché les rapports de l’IGAS et de la Cour des Comptes qui pointent les dysfonctionnements de nos hôpitaux. Au bord de la syncope. La fièvre monte dans les hôpitaux Le plan hôpital public annoncé par Nicolas Sarkozy jeudi 17 ne va pas calmer la colère grandissante des professionnels de la santé. Au contraire. Des restrictions en série, des lits à fermer, du personnel à éjecter. Un nouveau front social se prépare, (…)

Mots-clefs : , , ,

Publié dans la catégorie Sport
Sur le même sujet
Small jpg cds oliv2 La Clinique des germes 0
24 novembre 2009 Avant que Virenque n’apparaisse dopé à l’insu de son plein gré, plein de braves gens ont cru que ...
Small jpg hopitaux Hôpitaux, noir c'est noir 0
28 mars 2009 Forts de près de quatorze années d’expérience sur le sujet [1], Philippe Houdart, François Malye ...
Un Pelloux et trois tondus aux urgences 0
2 décembre 2008 Qui ne connaît pas Patrick Pelloux, l’urgentiste le plus actif médiatiquement, celui dont les cou...
Small jpg baknovhosto1 Combien de morts dans votre hosto? 0
22 octobre 2008 Dans le cadre de la réforme du système de santé français, présentée le mois dernier par le Présid...
Small jpg hopital 0 Les dix points noirs des hôpitaux français 0
30 décembre 2008 Papier paru le 23 octobre « Bakchich » a épluché les rapports de l’IGAS et de la Cour des Comptes...