Ch
Logo

FIFA : le sergent Garcia taclé par Bernardo

Publié par G Groupe X Bakchich

La guerre reprend à Zurich : pour le juge Eckert, les conditions épiques de l’attribution des Coupes du Monde 2018 et 2022 est une affaire classée.

Comme il l’avait indiqué au début du mois, Hans-Joachim Eckert, le président de la Chambre de Jugement du Comité d’Ethique de la FIFA, a rendu public le 13 novembre son commentaire de 42 pages sur le rapport de son collègue Michael Garcia, boss de la Chambre d’Instruction du même comité.

Comme le savent maintenant tous les lecteurs de Bakchich, ce dernier a passé beaucoup de temps – trop, disent ses détracteurs – à essayer d’y voir un peu plus clair sur les conditions dans lesquelles a été attribué par la FIFA à la Russie et au Qatar, le droit d’organiser les versions 2018 et 2022 de sa Coupe du Monde.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que Garcia est devenu fou-furieux en prenant connaissance du commentaire public d’Eckert. Pour un peu, il tiendrait même le juge allemand pour une mauvaise réplique de Bernardo, le personnage sourd et muet de la cultissime série télévisée, auquel il reproche d’avoir mal lu son rapport et de le décrire de façon inaudible, voire d’agir dans l’intérêt supérieur de la grande famille mondiale du football en enterrant inexplicablement l’affaire.

Garcia a d’ailleurs indiqué dans les heures qui ont suivi la parution du commentaire de son rapport, qu’il allait « faire appel » de la décision du président – indépendant tout comme lui – de la Chambre de Jugement du Comité d’Ethique de la FIFA. 

On se prépare donc à une jolie guerre de tranchée du côté de Zurich pendant qu’on doit, à juste raison, se délecter de la situation à Moscou et à Doha où, en dépit de postures avantageuses, on n’en menait pas large.

Les doutes du juge Eckert

Affirmer comme le fait Eckert à partir du rapport de son collègue dont personne ne connaît la teneur exacte, que les anomalies relevées ne sont pas de nature à décider qu’on remette la balle au centre afin de rejouer la partie, est pour le moins audacieux et suscite forcément pas mal d’interrogations dans l’esprit de ceux qui connaissent assez bien les données de l’affaire. 

Quand bien même les reproches qu’il adresse à Garcia et qu’on devine entre les lignes, seraient pour partie justifiés (« …Pour un organe à vocation judiciaire comme le Comité d’Ethique de la FIFA, il ne suffit pas d’établir l’origine de paiements à vocation corruptrice. Il faut aussi démonter leur caractère frauduleux. Ainsi, l’impression selon laquelle un vote pour la Coupe du Monde de la FIFA aurait été ‘acheté’ pour l’unique raison que le pays hôte retenu n’était pas favori des sondages (une appréciation très fréquente dans les médias) est une pure spéculation très éloignée de ce qu’un organe judiciaire tel le Comité d’Ethique de la FIFA est fondé à accepter comme une preuve. Au contraire, la Chambre d’Instruction du Comité d’Ethique de la FIFA a l’obligation de recueillir des faits véritables, autrement dit des preuves qui devront ensuite être évaluées par les 2 Chambres du Comité. A cet égard, il n’est pas inutile de rappeler qu’elles doivent être substantielles, appuyées par de la documentation (officielle), les résultats de recherches bancaires, des emails et autres correspondances, ainsi que des attestations de témoins qui constituent toujours les preuves les moins discutables. Pour autant, ne perdons jamais de vue en ce qui concerne les attestations, qu’il convient toujours de s’interroger sur la possibilité qu’elles soient corroborées par d’autres preuves puisqu’elles sont susceptibles de contenir des appréciations subjectives, des récapitulations parcellaires, voire constituer des accusations mensongères envers autrui… »).

Salement habillé pour l’hiver l’ex-procureur de New-York !

Obstruction russe, dribbles qataris

D’un autre côté, comment aurait-il pu contourner la volonté russe évidente de faire obstruction à l’enquête ? (paragraphes 6.7 et suivants). Prétendre comme l’ont fait les lauréats de la version 2018, que les ordinateurs du Comité de Candidature ‘Russie 2018’ ont tous été malencontreusement détruits, que les demandes adressées à Google pour obtenir copies des emails échangées à partir desdits ordinateurs ont été infructueuses constitue une quasi reconnaissance de culpabilité. Mais comment le prouver ? Tout comme la collusion manifeste avec le Japon.

Mais c’est sans conteste sur la partie de l’enquête consacrée à la candidature du Qatar que les coups de griffes d’Eckert auront été les plus douloureux pour le sergent Garcia. A la décharge du juriste teuton, il faut reconnaître que les découvertes et les méthodes de Garcia telles qu’elles sont commentées par son collègue, ont parfois de quoi surprendre.

Pour quelle raison en effet, l’ancien procureur admet-il avoir reçu (et donc accepté comme moyen de preuve) de nombreux documents et passé des heures d’entretien « pendant près d’un an à partir de décembre 2012 » avec un whistleblower (bien que non nommément désigné par Eckert, il ne peut s’agir que de Phaedra al-Majid, membre déchue du Comité de Candidature qatarien) qui s’est rétractée dès juillet 2011 des lourdes accusations qu’elle portait à l’encontre de 3 membres africains du Comité Exécutif de la FIFA ayant pris part au vote controversé ? (paragraphe 6.6.7)

Quant aux dizaines de millions de dollars distribués tous azimuts et de préférence en espèces, par Mohamed Bin Hammam avant son bannissement à vie de toute activité footballistique (paragraphe 6.6.6), au généreux sponsoring par le minuscule émirat, du congrès de janvier 2010 de la Confédération Africaine de Football en Angola (paragraphe 6.6.5), de l’organisation des plus suspectes du match amical à Doha le 17 novembre 2010 entre l’Argentine et le Brésil (paragraphe 6.6.4), au rôle troublant de la Aspire Academy (paragraphe 6.6.3), et aux agissements ayant « de manière avérée, violé plusieurs dispositions du Code d’Ethique de la FIFA » de deux conseillers/consultants du Qatar contre lesquels ne peuvent être prises aucune sanction « sportive » puisqu’ils n’exercent aucune fonction d’aucune sorte dans le football, c’est manifestement de manière abusive que le juge Eckert affirme que tous ces faits délictueux sont sans rapport direct avec la candidature de l’émirat…

Bref, rien n’est joué malgré la ferme intention de Hans-Joachim Eckert de classer l’affaire tout en s’opposant à ce que le rapport de Garcia soit intégralement rendu public.

 

D’autant qu’il se murmure aujourd’hui du côté de Zurich avec une troublante insistance, que les organes disciplinaires de la FIFA seraient sur le point de prendre des mesures désagréables envers le chef de ses inspecteurs en charge d’étudier et de donner un avis technique sur les candidatures à l’organisation du Mondial. 

Le chilien Harold Maynes Nicholls, inconnu du grand public, aurait eu une petite faiblesse injustifiée pour le dossier qatarien dit-on aujourd’hui, histoire de faire payer à quelqu’un la prétendue omission de l’information capitale sur la température ultra caniculaire observée en été dans l’émirat, période pendant laquelle est supposée se dérouler l’épreuve.

Sauf que le garçon se défend en rappelant – un peu dans le désert c’est le cas de le dire – qu’il avait évoqué à l’époque le dossier qatarien comme celui qui présentait un risque technique exceptionnel, et de loin le plus élevé de toutes les candidatures.

Qui croire donc ? Une question récurrente dès qu’il s’agit de la FIFA…  

Mots-clefs : , , , ,

Publié dans la catégorie Sport
Sur le même sujet
Small qatar2022 FIFA : saura-t-on un jour si le Qatar a triché ? 0
9 novembre 2014 Michael Garcia, l’ancien procureur du District Sud de New York devenu président – indépendant - d...
Small fifa montre Fifa: le Sergent Garcia attend Zorro 0
2 octobre 2014 350 pages, 200 000 pages d’annexes, les enregistrements audio des auditions de 75 témoins, le rap...
Small phaedraalmajid rayclid FIFA : Phaedra se rebiffe 0
30 novembre 2014 Phaedra Almajid est révoltée et vient de vertement le faire savoir à Michael Garcia, dans un cour...
Small fifaflotte 0 FIFA : chassez le naturel…il joue les prolongations 0
22 janvier 2013 La FIFA tente de convaincre les footeux qu’elle a changé. Les circonstances du départ de Mohammed...
Small bakjan12blatter5 0 Fifa : Droits TV au rabais contre vote utile 0
7 février 2012 Un courrier manuscrit du n°2 de la Fifa laisse entrevoir l'âpreté des négociations des droits TV ...