Ch
Logo

En taule les footeux !

Publié par G Groupe X Bakchich

L’ancien défenseur de l’OM, actuellement joueur de l’OGC Nice, Souleymane Diawara a été incarcéré cette semaine, à la prison des Baumettes de Marseille, dans une affaire d’extorsion de fonds. « Soulé » est suspecté d’avoir voulu se faire justice lui-même en voulant récupérer une somme d’argent allouée à un intermédiaire pour l’achat d’une voiture, jamais livrée...Les footballeurs ne sont pas toujours des anges. Petit tour (non exhaustif) de ces footeux qui ont dérapé et sont passés par la case prison.

Non, les fotballeurs ne sont pas des anges. Braqueur, terroriste, présumé violeur... certains pros du ballon rond ont parfois manqué de réalisme devant les lois françaises et la déontologie, alimentant ainsi, après les pages sport, les feuillets des faits divers. Rétrospective.

Le gendre idéal derrière les barreaux !

Nous sommes au cœur de la France profonde, un samedi soir comme un autre dans une boîte de nuit provinciale, dans la banlieue de Nancy pour être précis. Une bagarre éclate entre des videurs et deux membres d’une même famille. La famille, c’est celle de Tony Vairelles, célèbre footballeur professionnel à la fin des années 90. Un joueur  aussi connu pour ses nombreux buts marqués pour le Racing club de Lens, son club de cœur, ou pour l’équipe de France, que pour son look, comment le qualifier…. « ringard-vintage ».

Tony Vairelles, du RCL, a passé 5 mois en détention provisoire pour avoir participé à une expédition punitive et tiré sur les videurs d'une boîte de nuit. Son procès n'a pas encore eu lieu. (photo DR)

Vexés d’avoir été mis à la porte de la boîte de nuit, les p’tits frères Vairelles demandent de l’aide au grand frère Tony. Réunis, les brothers reviennent, munis de carabines 22 long rifle. Les Vairelles font feu sur les videurs. Trois d’entre eux sont blessés. Arrêtes, les frangins, qui nient toujours avoir tirés, sont mis en examen, en octobre 2011, pour tentative d’assassinat et incarcérés à la maison d’arrêt de Metz. Tony Vairelles, que l’on présentait autrefois dans les médias comme le gendre idéal, a été remis en liberté en mars 2012 après cinq mois de détention provisoire. Toujours dans l’attente de son procès, il ne sait pas encore aujourd’hui s’il devra repasser par la case prison. Affaire à suivre.  

Le footballeur braqueur de Mc Do !

Le joueur de l'AS Cannes, Jeffrey Quarshie, a été condamné pour braquage. (photo DR)

Au club de Saint Quentin, dans l’Aisne, l’entraîneur se demandait bien, au cours du mois de février 2015, où était passé l’un de ses meilleurs joueurs Jeffrey Quarshie. Ce dernier était tout simplement devant la Cour d’Assisses de Rennes où il était jugé pour avoir commis, avec quatre amis, en janvier 2011, le braquage du Mc Do de Cesson-Sévigné, dans la banlieue chic de Rennes. Pour ces faits, le jeune footballeur a été condamné à six ans de prison ferme.

 A l’époque, Jeffrey, 19 ans, évoluait dans le club amateur de Vitré (CFA) et travaillait en parallèle dans le fameux restaurant braqué. Il avait pu livrer de précieux renseignements à ses complices mais au final les braqueurs n’avaient pas réussi à emporter la recette du coffre-fort. Seulement des toasteurs !  Une semaine plus tard, l’équipe tente, à nouveau, de se faire un autre Mc Do de la cité bretonne mais la police les repère. Course poursuite. Accident.  Seul un membre du gang est arrêté mais ce dernier  balance le nom de ses complices aux enquêteurs dont celui de Jeffrey Quarshie. Le joueur sera interpellé quelques semaines plus tard. Malgré ses dénégations, il est mis en examen. Incarcéré dans la foulée, le footballeur d’origine ghanéenne ressort quelques mois plus tard dans l’attente de son procès. Il reprend alors sa vie de footballeur mais quitte la Bretagne pour se mettre à l’ombre en Picardie. L’ouverture du procès a sonné comme la fin de sa parenthèse picarde.

Pas de prison mais direct l’HP pour Loko !

Patrice Loko a évité la prison bien qu'il ait "perdu le contrôle de son cerveau" et montré ses parties génitales à une policière... (photo DR)

Le football peut rendre fou. Les juges du tribunal de Paris l’ont bien compris et décideront au final de ne pas envoyer le footballeur Patrice Loko derrière les barreaux mais en hôpital psychiatrique pour un repos forcé de deux mois. Il faut dire que le garçon semblait au bout du rouleau au cours de cette nuit parisienne délirante de l’été 1995. Puisque sans avoir ni bu, ni consommé de la drogue, l’international français avait perdu le contrôle de « son cerveau ». Il avait dans un premier temps provoqué des bagarres dans une boîte de nuit parisienne, puis, à la sortie de l’établissement, avait détérioré de nombreux véhicules en stationnement. Arrêté par les hommes en bleu, l’ancien joueur de l’équipe de France avait alors exhibé ses parties génitales devant la policière chargée de l’interroger. Charmante attention mais très peu appréciée…

Le joueur était pourtant alors au sommet de sa carrière. L’attaquant vient de remporter le titre de champion de France avec le FC Nantes.  Courtisé par les meilleurs clubs européens, il décide de rejoindre le club de la capitale, le médiatique PSG. Tout va vite. Trop vite. L’homme est fragile. Encore miné, meurtri par la mort de son fils en 1992, victime d’une méningite à l’âge de huit mois. Un drame dont il ne s’est jamais remis. D’où ce trou noir dépressif de l’été 1995. A la surprise générale, il retrouvera les terrains dès la fin de l’année 1995, visiblement remis de sa folle soirée.  

Okpara : le monstre du PSG

 La description des faits avait plongé la Cour d’Assises des Yvelines dans l’effroi. Comment cet ancien joueur du PSG, international nigérian, avait pu endosser ces habits de « monstre » alors que rien ne laissait imaginer dans sa personnalité un tel comportement barbare ? Pendant des années, Godwin Okpara, avec la complicité active de son épouse, a violé, torturé sa propre fille adoptive Tina, une jeune femme nigérianne de 19 ans. Pour ces faits, le joueur a été condamné à treize ans de réclusion criminelle, son épouse a 15 ans et 5 ans dont un ferme pour la belle-mère. Le couple est toujours en prison actuellement.

Arrivée en France en 2001, à l’âge de treize ans, Tina était devenue, dès 2003, l’objet sexuel du couple qui n’avait de cesse de lui infliger des sévices.  Godwin Okpara la violait. La femme lui infligeait des brimades physiques comme lui raser la tête ou lui écraser des cigarettes sur son visage. « Les époux Okpara sont tous deux autant responsables d'avoir maintenu leur fille adoptive dans des conditions de travail et de vie incompatibles avec la dignité humaine", avait accusé l'avocate générale, allant jusqu’à parler de "crime contre l'humanité".

Une carrière de footballeur puis de terroriste

Formé à l’AS Cannes, comme un certain Zinedine Zidane, Yann N’Saku rêvait de gloire lorsqu’il signe pour le club de Portsmouth à la fin des années 2000. Malheureusement pour le jeune joueur, une vilaine blessure au genou stoppe de manière brutale sa carrière de footballeur professionnel. Il se réfugie alors dans l’Islam. Le jeune homme, issue d’une famille chrétienne, se fait embrigader par des esprits malveillants dont un certain Jérémy Louis-Sydney, figure de l’islamisme radical, et bascule dans la radicalité.

N’Saku est arrêté en octobre 2012. Le garçon est soupçonné d’appartenir à la cellule islamiste « Cannes-Torcy », impliqué dans l’attentat contre un magasin Cacher, commis à Sarcelles en septembre 2012. Après six mois derrière les barreaux, il avait été remis en liberté au cours de l’année 2013. Mais, pour n’avoir pas respecté son contrôle judiciaire, Yann N’Saku a été de nouveau arrêté puis placé en détention au mois de janvier dernier. 

Un autre illustre footballeur, le tunisien Nyzar Trabelsi, a choisi au début des années 2000 d’endosser une carrière de terroriste. L’ancienne vedette de la Bundesliga, le Championnat allemand, est accusé, en 2001, d’avoir voulu commettre un attentat contre une base américaine de l’OTAN. Après avoir passé huit années en prison en Belgique, il a été extradé aux Etats-Unis en octobre 2013 pour y être jugé. Il encourt la prison à vie.

Brandao, souvent au cœur du scandale

Accusé de viol en 2011, Brandao a échappé à la prison après que le tribunal ait prononcé un non-lieu sur le dossier. (Photo DR)

Le footballeur Brandao n’a pas encore dormi en prison mais cela a failli lui arriver en 2011 après qu’une jeune femme l’ait accusé de viol, au retour d’une soirée en discothèque. Au final, le juge d’instruction a choisi, au regard des incohérences dans le dossier et des déclarations contradictoires de la plaignante, de prononcer un non-lieu en sa faveur. 

Même si c’est improbable, Brandao risque encore de passer plusieurs nuits « au trou » après sa condamnation, au mois de décembre dernier, à un mois de prison ferme pour avoir infligé un coup de tête à Thiago Motta, le joueur du PSG, dans les couloirs du Parc des Princes, après le match entre le PSG et Bastia. Celui qui sera ce samedi au Stade de France pour disputer la finale de la coupe de la Ligue face au….PSG de Motta devrait bénéficier d’un aménagement de peine.

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie Sport
Sur le même sujet
Small greve foot 75 0 Blanc football 0
29 octobre 2013 En protestation contre la volonté d'instaurer la taxe à 75 % sur les revenus des footballeurs, le...
Small jpg bakfevmettomo 0 Mettomo plus très Vert 0
7 mars 2010 Un rien tape-à-l’oeil, un poil bling-bling, volontiers hableurs, les footeux n’ont pas forcément ...
Small voile foot 0 Un voile sur le foot 0
20 mars 2012 La fédération internationale de football s'apprête à modifier son règlement pour autoriser le por...
Ça dégage dur dans le Calcio ! 0
12 octobre 2008 La sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie neurologique dégénérative, qui vous tue à c...
Small jpg jpg recrue foot 2 Itinéraire d'un footballeur pas gâté 0
31 août 2009 Fini. Ou presque. Le grand animateur de l’été footballistique, le marché des transferts des joueu...