Ch
Logo

Roland Garros, ce que vous avez raté !

Publié par G Groupe X Bakchich

Ouf, avec la fin du tournoi de Roland Garros, de nombreux parents et chefs d’entreprises respirent. Les futurs bacheliers vont pouvoir reprendre leurs révisions en toute quiétude et les entreprises retrouver une productivité conforme à leur moyenne annuelle. Pour ceux qui sont passés à côté de la quinzaine de la petite balle jaune, voici ce qu’il fallait retenir de l’édition 2015 marquée par l’avènement d’un nouveau talent suisse Stan Wawrinka.

A Roland Garros, un Suisse peut en cacher un autre...

Stan et Roger

Pas facile pour un tennisman suisse de vivre dans l’ombre de Roger Federer, le plus grand joueur de l’histoire du tennis pour de nombreux observateurs. C’est pourtant l’exploit que réalise aujourd’hui Stan Wawrinka avec sa victoire à Roland Garros après avoir éliminé en quarts de finale un certain…. Roger Federer. L’élève a « tué le maître ».  Pour le natif de Lausanne, c’est le deuxième succès en Grand Chelem de sa carrière après l’Open d’Australie, conquis en janvier 2014. Encore loin des 17 titres du Maître Federer...

Avec sa personnalité singulière sur le circuit, Stan s’est construit au fil des années pour parvenir, à l’âge de 30 ans, à percer au plus haut niveau, au moment même où Federer entame, lui,  son inexorable et logique déclin.  Malgré quelques accrochages entre les deux hommes, comme lors d’un match aux Masters de Londres en novembre dernier où  Stan avait demandé à la femme de Roger, Mirka, de « fermer sa gueule », irrité de voir cette dernière hurler à chaque point marqué par son champion de mari, les deux compatriotes se respectent et s’apprécient. Les deux compatriotes suisses l’ont  d’ailleurs prouvé en dominant avec autorité, la France, en finale de la Coupe Davis.  Après la victoire de Stan à Roland Garros, Roger Federer, qui a suivi la finale sur son téléphone, assis dans les tribunes d’un stade de football où il assistait à la défaite de son équipe favorite le FC Bâle en finale de la Coupe de Suisse, a posté sur son compte twitter un message de félicitations. La classe ce Roger… 

Serena et Patrick

Ouh lala, il était ému le Patrick quand l’inénarrable Nelson Monfort (sic) lui a tendu son micro quelques minutes après la victoire de sa protégée Serena Williams en finale dames de ce Roland-Garros 2015. « Oh le joli moment de sport » aurait aimé dire le non moins inénarrable Gérard Holtz (sic bis). « Pat », c’est Patrick Mouratoglou, un personnage du tennis féminin français, devenu en 2012, à la surprise générale, l’entraîneur de la championne américaine puis quelques mois plus tard son compagnon. Depuis que la joueuse a entamé sa collaboration avec celui qui possède depuis 1996 une Académie de tennis dans la région parisienne (où il a formé Baghadatis, Dimitrov) et bientôt une seconde sur la Côte d’Azur, Serena ne cesse d’étoffer son palmarès et de battre tous les records sur le circuit féminin WTA. Son succès à Roland Garros, c’était tout simplement son 20ème titre en Grand chelem. Seule l’Allemande Steffi Graff a fait mieux dans l’histoire du tennis. Et, marquer l’histoire, Patrick  Mouratoglou en a envie, même si ce n’est « qu’avec » la casquette de coach, lui qui fut « seulement » un jeune joueur prometteur. Son comportement agace, dérange dans un milieu feutré où l’on juge le « garçon » arrogant, hautain. Celui qui commente le tennis sur Eurosport aime la lumière et ne s’en cache pas. Avec la belle Serena, « Pat » a trouvé le diamant brut qui lui a permis de trouver la reconnaissance professionnelle, la gloire…. et l’amour.

Rafa et Juan Carlos

Le meilleur joueur de tennis espagnol et l’ancien Roi d’Espagne ont appris à s’apprécier au fil de leurs rencontres, souvent à Roland Garros où l’ancien monarque venait assister, à Paris, aux triomphes de Nadal. Mais pas de déplacement cette année pour celui qui endossa le costume de roi d’Espagne en 1975. Lors de leur prochaine discussion, Juan Carlos, qui a cédé son trône à son fils en 2014, pourra donner des conseils au tennisman pour appréhender au mieux la fin d’un règne et l’abandon du trône. Après une domination incroyable sur la terre battue parisienne, l’Espagnol, nonuple vainqueur de l’épreuve, a, cette année, rendu les armes dès les quarts de finale face à Novak Djokovic. Une élimination prématurée historique ! Depuis ses débuts sur le circuit professionnel, et avant le début de l’édition 2015, Nadal avait remporté 64 matchs sur les courts de la Porte d’Auteuil, avec une seule défaite au compteur. C’était en finale de l’édition 2009 face au Suédois Soderling, un ovni du circuit. Malgré l’échec de mai 2015, l’objectif d’une dixième victoire sur la terre battue parisienne semble encore malgré tout possible dans l’avenir proche surtout si le neveu de l’ancien défenseur du FC Barcelone Miguel Angel Nadal est épargné par les blessures dans les prochains mois.

Jo et Yannick

Hé non, ce n’est pas encore cette année que le tennis français s’offrira successeur à Yannick Noah, dernier vainqueur de Roland Garros. Trente deux ans de disette et cela continue encore et encore… Plus aucune Marseillaise n’a retenti sur le Court central de la Porte d’Auteuil pour honorer la victoire d’un Français depuis le 8 juin 1983. Alors, lorsque Jo-Wilfried Tsonga, (qui n’était pas né le jour de la victoire de Noah sur Wilander!), a éliminé le finaliste de Monte-Carlo Thomas Berdych et le solide outsider nippon Nishikori en quarts de finale, les supporters français de la p’tite balle jaune ont cru pouvoir revivre 1983. Oui mais voilà, « Jo » a échoué en demi-finales dans la quête de son rêve, éliminé par le futur lauréat. Et aujourd’hui, à 30 ans, ses chances de remporter un jour Roland Garros s’amenuisent. Comme celles des autres Français de cette génération dite dorée avec Monfils, Gasquet, Simon. Ces derniers  ont réalisé un tournoi satisfaisant mais sans cette étincelle, ce truc en plus qui les ferait basculer dans un autre monde... Il faudra peut-être attendre l’éclosion dans les prochaines années d’un espoir du tennis français comme par exemple Lucas Pouille, 19ans, suivi depuis peu par un certain…Yannick Noah.  

Andy et Amélie

Avec son ventre arrondi pour cause de grossesse en mode GPA, Amélie Mauresmo a suivi la quinzaine de Roland Garros dans la loge réservée au staff d’Andy Murray, joueur que l’on disait jusqu’à présent incompatible avec la terre battue parisienne. Est-ce dû à l’influence de la coach française, mais toujours est-il que ce spécialiste du gazon a réalisé une saison 2015 sur terre battue remarquable avec deux tournois remportés (Munich et Madrid) et en bonus une place dans le dernier carré de Roland Garros.  En ½, l’Ecossais a poussé Djokovic dans ses ultimes retranchements, ne cédant qu’au cinquième set. Cela fait un an maintenant que ce couple improbable Andy Murray/Amélie Mauresmo s’est formé. Après des débuts difficiles, le duo a trouvé ses marques et les résultats semblent traduire une certaine complicité entre les deux personnages. Le prochain rendez-vous important pour le duo franco/écossais sera Wimbledon où là, sur le gazon londonien, Andy endosse à la fois le costume de favori et celui de héros de tout un peuple. Mais pas sûr cette fois qu’Amélie puisse être présente avec ce petit bébé qui ne saurait tarder…

Novak et John

Dans sa loge de commentateur, John Mc Encore a dû avoir des frissons d’émotion quand, en finale de Roland Garros, Novak Djokovic, passablement énervé, frustré de ne pas prendre le dessus sur son adversaire, a martyrisé, cassé de rage sa raquette. Celui qui analyse le tennis sur la chaîne Eurosport a dû se projeter quelques années en arrière quand lui aussi, alors qu’il était numéro un mondial, la terre battue de Roland Garros refusait de lui ouvrir ses bras. Comme John en finale en 1988, Novak Djokovic n’a pas réussi ce dimanche 7 juin 2015 à inscrire son nom au palmarès de Roland Garros. Le Serbe la voulait pourtant tellement cette victoire car c’est le seul titre majeur du circuit qu’il n’a jamais réussi à gagner.  « Nole » a promis de revenir en 2016… Mais celui qui habite Monaco pourra t-il briser un jour la malédiction de Roland-Garros. Rien n’est moins sûr.

Anne et Ségolène

Tous les duels de ce Roland Garros 2015 ne se sont pas joués sur les courts de la Porte d’Auteuil. L’épineux sujet de l’avenir de Roland Garros a été le théâtre d’échanges musclés entre la maire de Paris, Anne Hidalgo, et la Ministre de l’environnement Ségolène Royal. Cette dernière, soutenue par la droite et les écolos au Conseil de Paris s’est prononcée contre l’élargissement du site de Roland Garros pour des raisons environnementales. (Dans le projet d’extension de la FFT, une partie d’un jardin botanique doit être détruite). Une prise de position qui a provoqué la colère d’Hidalgo, qui estime : « indispensable le développement du tournoi pour que Roland Garros reste un tournoi du grand chelem, avec des retombées économiques majeures et du poids sur la future candidature aux JO de 2024 ». La première magistrate de la ville de Paris a même accusé Royal de lui avoir « pourri la vie » sur ce dossier, remerciant Manuel Valls, le premier ministre du Gouvernement, d’avoir donné son aval au projet d’extension. Mais Royal n’a pas dit son dernier mot invitant les associations environnementales à déposer des recours. Vive l’esprit d’équipe des socialistes…

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie Sport
Sur le même sujet
Small jpg nadal 0 PPDA, Jospin, Leeb… les préretraités à Roland-Garros 0
9 juin 2008 Cette 80e édition de Roland Garros ne fut certainement pas la meilleure pour le toujours très sé...
Small jpg delanoe rc060 0539f Roland-Garros fait monter Delanoë au filet 0
17 décembre 2010 La richissime Fédération française de Tennis ( FFT) qui menace de délocaliser le tournoi de Rolan...
Federer : le baiser du revers 0
8 février 2009 Roger Federer victime de Nadal ou plutôt d’une mononucluéose infectieuse, cette affection que l’o...
Small jpg hippodrome 0 Hippodrame à Auteuil 0
26 mai 2009 Dans le monde de l’immobilier chic et class, Bertrand Delanoë se prépare à ne plus compter que de...
Domenech, Sarko, même combat 0
29 mai 2010 Le vieux sage chinois se complaît à ânonner que les montagnes ne se rencontrent jamais. Pays à la...